Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



MAP - publié le Jeudi 7 Avril à 12:26

Le nouveau modèle de développement des provinces du Sud, "un saut qualitatif" dans le processus de décollage de ces régions (responsable)




Dakhla - Le nouveau modèle de développement des provinces du Sud, lancé par SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte et qui traduit la haute sollicitude dont le Souverain entoure ces provinces, constitue un "saut qualitatif" dans le processus de développement et de décollage efficace de ces régions, a affirmé, mardi à Dakhla, le directeur de l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume, Jabrane Reklaoui.



Les provinces du Sud, qui représentent 58 pc du territoire national, ont connu un saut qualitatif depuis l'épopée de la Marche verte de 1975 ayant permis le recouvrement de ces provinces et leur intégration efficace dans la dynamique socio6économique et politique que connaît le Royaume, a souligné M. Reklaoui dans une allocution sur le thème: "La dimension environnementale du développement urbain et sectoriel des provinces du Sud: L'expérience de l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume" .

M. Reklaoui, qui s'exprimait dans le cadre du colloque scientifique international sur "les défis environnementaux et leur impact sur le développement urbain des villes et régions" dans les pays arabes, organisé du 5 au 7 avril par le ministère de l'Intérieur en collaboration avec l'Institut arabe de développement des villes basé à Ryad, a souligné que ces provinces font face à de nombreux défis notamment écologiques, eu égard à l'environnement désertique de ces régions, à la rareté des ressources naturelles et aux risques liés à la désertification, outre les défis relatifs au déficit en infrastructures de base, à l'éloignement des zones urbaines et la concentration des populations de ces régions.

Face à ces défis, l'ensemble des acteurs (autorités publiques, élus et société civile) ont été mobilisés pour accélérer la croissance économique, améliorer la qualité de vie des habitants de cette région et la hisser à la hauteur des autres régions du Maroc, a-t-il noté, relevant que la hausse des indicateurs de croissance économique et de développement humain sont la meilleure illustration des efforts déployés par tous les intervenants dans ces provinces.

Le directeur de l'Agence du Sud a, à cet égard, mis en avant les efforts fournis au niveau des infrastructures de base, de l'éducation, de la pêche maritime et de la valorisation du patrimoine local, soulignant que l'approche adoptée dans ce sens a contribué efficacement à la réussite des investissements publics.

Il a ajouté que grâce à la mise en oeuvre des principes de bonne gouvernance, à l'implication de toutes les catégories sociales, l'adoption d'une approche genre ainsi que la participation des composantes de la démocratie locale à travers des programmes contractuels, plusieurs programmes intégrés, durables et multidimensionnels ont été réalisés.

Et de préciser que ces programmes tiennent compte de l'aspect et des potentiels environnementaux, sans en négliger les contraintes, et ce en conciliant les exigences de développement et la nécessité de préserver les ressources naturelles.

L'Agence du Sud, qui a été créée conformément aux Hautes instructions royales par une loi en 2002, est un outil visant à assurer la convergence des politiques publiques et mettre en œuvre les programmes de développement, a-t-il rappelé, ajoutant que cette agence avait adopté cette approche à travers des conventions multisectorielles et multidimensionnelles avec l'ensemble des intervenants publics, les élus et la société civile. 

Le responsable a expliqué que, compte tenu de la fragilité du milieu naturel, la dimension environnementale a été au centre des opérations d'aménagement urbain des provinces du Sud, citant l'exemple de la baie de Dakhla, classée site d'intérêt biologique et environnemental exceptionnel et une zone humide d'importance internationale (RAMSAR), sans oublier l'implication des interventions publiques et des investissements privés grâce à des études environnementales prenant en compte l'impact de la croissance urbaine et démographique de la ville sur la baie. 

Dans ce cadre, il a évoqué, notamment, l'équipement de la ville d'une station d'épuration des eaux usées pour un débit journalier de 10.000 m3 et la réalisation d'une nouvelle décharge publique en dehors de la péninsule.

Ces projets réalisés dans le domaine de l'assainissement solide et liquide des provinces du Sud, ont permis respectivement à 92,5 pc et 73,3 pc des ménages d'être raccordés aux services d'assainissement solide et d'assainissement liquide, a-t-il noté

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».