Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



AFP - publié le Samedi 20 Juin à 14:30

Le nord du Mali, une région écumée par une myriade de groupes armés






Bamako - Rebelles ou loyalistes touareg et arabes, groupes d'autodéfense sédentaires, jihadistes repentis ou non: une myriade de mouvements armés écument le nord du Mali, où la seule force régulière permanente est celle de l'ONU, soit à peine 10.000 militaires et policiers pour un territoire deux fois plus grand que l'Irak.
 
REBELLION - COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), fédère les principaux groupes rebelles. Elle est dirigée notamment par Bilal Ag Achérif.

Le MOUVEMENT NATIONAL DE LIBERATION DE L'AZAWAD (MNLA), est une organisation politico-militaire majoritairement touareg née en octobre 2011 de la fusion de groupes rebelles.

Ouvertement indépendantiste en 2012, elle a évolué vers la revendication d'une forte autonomie, voire d'un système fédéral, pour "l'Azawad", la partie nord du Mali, considérée par le MNLA comme le berceau des Touareg.

Le MNLA avait été à l'origine de l'offensive lancée contre l'armée en janvier 2012 avec des islamistes, dont des groupes proches d'Al-Qaïda dans le Nord, qui lui ont ensuite damé le pion.

Ses combattants sont ensuite réapparus à Kidal, dans l'extrême Nord-Est, dans la foulée de l'opération Serval, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France contre les jihadistes.

Le HAUT CONSEIL POUR L'UNITE DE L'AZAWAD (HCUA) a été créé en mai 2013. L'essentiel de ses forces est constitué de dissidents d'Ansar Dine, un des groupes jihadistes qui ont contrôlé le Nord jusqu'à l'opération Serval, dirigé par Iyad Ag Ghali, ancien chef historique des rébellions touareg depuis les années 1990.

Son quartier général se trouve à Kidal et la majorité de ses combattants sont issus de la tribu des Ifoghas, considérée comme la plus noble dans la hiérarchie touareg.

Le MOUVEMENT ARABE DE L'AZAWAD (MAA), créé en mars 2012, regroupe majoritairement les membres de cette communauté dans le Nord. A partir de 2013 et surtout de 2014, le mouvement est fragilisé par une scission entre deux tendances, l'une alliée aux rebelles, et une autre, appelée le MAA loyaliste, fidèle à Bamako.

Outre ces trois mouvements, la CMA comprend la Coalition pour le peuple de l'Azawad (CPA), créée en mars 2014 par un ancien cadre du MNLA et formée essentiellement de Touareg, ainsi qu'une aile des mouvements d'autodéfense "sédentaires".

GROUPES PRO-GOUVERNEMENTAUX

- Le GROUPE D'AUTODEFENSE TOUAREG IMGHAD ET ALLIES (GATIA):

Ce groupe qui se dit d'"autodéfense" a été créé en août 2014 par des Touareg de la tribu Imghad, autrefois tributaire des Ifoghas, pour y "défendre les intérêts de notre communauté, notamment contre le MNLA", selon son secrétaire général Fahad Ag Almahmoud.

Ce nouveau groupe, qui affirme "reconnaître l'intégrité territoriale du Mali et ne pas réclamer l'autonomie", constitue le gros des troupes pro-gouvernementales.

Depuis l'automne dernier, de rudes combats ont opposé le Gatia à la rébellion.

La prise le 27 avril par le Gatia des positions rebelles à Menaka (nord-est), près de la frontière nigérienne, a mis le feu aux poudres, la CMA ripostant par une série d'attaques qui ont fait des dizaines de tués de part et d'autre, les combats les plus meurtriers entre rébellion et armée en pratiquement un an.

- La COORDINATION DES MOUVEMENTS ET FORCES PATRIOTIQUES DE RESISTANCE (CM-FPR) est composée de groupes d'autodéfense, comprenant essentiellement des communautés noires du Nord, peules et songhaï.

- LE MAA LOYALISTE. Il compte de nombreux anciens combattants du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes jihadistes qui ont contrôlé le Nord.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».