Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Abdelkarim Chankou - publié le Jeudi 27 Septembre à 10:33

Le mot de trop d’Abdellatif Jouahri, gouverneur de la banque centrale




La politique quand elle se mêle trop de l’économie c’est très mauvais pour les affaires ! Cette vérité, Dominique Strauss-Kahn, ex-patron du FMI, l’a rappelée récemment à Marrakech. Selon l’ancien ministre français de l’Economie et des Finances, la crise actuelle de la zone euro est redevable à l’interventionnisme du politique dans l’économique. Autrement dit, on est libéral ou on ne l’est pas !



Le mot de trop d’Abdellatif Jouahri, gouverneur de la banque centrale
 Au Maroc, le gouverneur de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, sauf lapsus ou omission, a lâché lors d’un point de presse une petite phrase assez incongrue que si elle l’avait prononcée dans un pays comme les Etats-Unis, elle lui vaudrait l’honneur de prendre la porte dans les plus brefs délais. « Toutes les banques marocaines réunies ne gagnent pas ce que gagne à elle seule une société de télécoms » ! Sauf négligence de traduction de notre part, c’est la réponse de Jouahri à une question lors du point de presse tenue ce mercredi à Rabat, à l'issue de la réunion trimestrielle du Conseil d'administration de la Banque des banques.

Que veut insinuer le gouverneur par cette phrase ? Si c’est pour prendre la défense des banques c’est raté ! Car ces dernières ont leur syndicat ; en l’occurrence le Groupement  professionnel des banques marocaines (GPBM pour les intimes). Si pour montrer du doigt le secteur des télécoms dont la bonne santé agacerait à ce point, les banques n’ont alors qu’investir dans ce créneau. Tenter la 4 G, par exemple ou  la Bourse…. Celle-ci est faite pour ça. Jouahri n’a-t-il pas mieux à faire ? Veiller aux bons équilibres financiers du royaume entre autres…

Mieux : la petite phrase de Jouahri n’est même pas  parfaitement  juste, ne serait-ce que parce que tout le secteur des télécoms ne croule pas sous les roses. Loin s’en faut. Les meilleurs non seulement sont au sommet de la réussite mais aussi à celui de la contribution au budget de l’Etat… Allô !



               Partager Partager


Commentaires