Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Fahad Al-Homoudi - publié le Lundi 3 Juin à 13:27

Le monde a changé mais la réponse au conflit entre le monde musulman et l'Occident reste la même






Le monde a changé mais la réponse au conflit entre le monde musulman et l'Occident reste la même
Riyad - Au début du XXIe siècle, le monde entier nourrissait de grands espoirs de progrès et de paix. Cependant, les attentats du 11 septembre 2001 commis par quelques musulmans ont réveillé des tensions historiques entre l'Occident et le monde musulman.

Cet événement et les guerres subséquentes des Etats-Unis ont malheureusement creusé le fossé entre l'Occident et le monde musulman.

Pourtant, contrairement à d'autres divisions géopolitiques, ce paradigme ne tient pas debout. Le rapport entre l'Occident et l'Islam ne repose pas exclusivement sur deux religions (l'islam et le christianisme), ni sur deux régions (l'Est et l'Ouest). Il ne repose pas non plus sur deux idéologies socio-politiques comme le capitalisme et le communisme. C'est la culture qui est le dénominateur commun.

Toutefois, s'il est délicat de dire que les Etats-Unis et la France - deux pays occidentaux - ont exactement la même culture, il en va de même avec le monde musulman. Ainsi, le paradigme islam-Occident est assez vague et ne peut être décrit que comme deux cultures se croisant l'une l'autre, se fondant l'une dans l'autre ou, tout simplement, étant en relation l'une avec l'autre.

Dans notre monde moderne, les pays, sociétés, dirigeants, alliances et paradigmes ne cessent de surgir et tiennent compte du lien entre le monde occidental et le monde musulman, particulièrement dans des domaines tels que la sécurité globale, l'environnement, la santé publique et l'économie.

Aujourd'hui, grâce aux nouvelles technologies, les changements socio-politiques et économiques interviennent à une vitesse incroyable. Nous l'avons constaté durant le Printemps arabe. De plus, les changements qui surviennent dans un pays ou une région peuvent avoir des conséquences indirectes sur d'autres pays et d'autres régions.

Ce qui se produit au Moyen Orient a une influence directe sur l'Occident aux niveaux social, politique et économique. A titre d'exemple, l'économie mondiale peut être bouleversée par une crise des ressources naturelles dans un pays donné.

D'un point de vue politique, un changement de régime peut modifier les rapports de force et les alliances au niveau mondial. De même, tout changement majeur en Occident peut, directement ou indirectement, influer sur le monde musulman en raison d'une interconnectivité croissante entre les régimes, l'économie, voire les modes de vie.

Il est une fois de plus temps pour les citoyens du monde de se rassembler et d'exprimer leurs inquiétudes. En Occident, par exemple, certaines personnes critiquent avec aisance le prophète Mahomet en tant qu'expression de liberté. Dans quel but? Il en a résulté des tensions accrues et une réaction excessive dans le monde musulman. Les deux parties auraient plutôt intérêt à parler ouvertement des affaires sous-jacentes qui conduisent à de tels incidents - qu'il s'agisse d'un désir des besoins universels de liberté ou de respect.

Soyez clairs et les gens vous écouteront.

Mon expérience en termes de dialogue interreligieux me fait dire que le dialogue interpersonnel au niveau de la base est encore le meilleur moyen d'aboutir à la compréhension. L'honnêteté et la franchise dans le dialogue tendent à briser les barrières, les idées fausses et les préjugés et contribuent à établir des liens forts. Les Occidentaux et les musulmans qui vivent dans des pays majoritairement musulmans doivent se parler directement et ouvertement. Après tout, le Traité de paix israélo-égyptien n'aurait pas vu le jour si les deux présidents ne s'étaient pas entretenus directement.

Pour faciliter cette ouverture, des centres de dialogue reliant les citoyens aux citoyens, les organisations aux organisations, comme le centre pour le dialogue interreligieux et interculturel du roi Abdullah bin Adulaziz à Vienne - un effort de collaboration entre l'Arabie saoudite, l'Autriche et l'Espagne - ont vu le jour dans le monde entier.

Cependant, il faut plus d'activités de la société civile dans le monde musulman. Les activistes, socialistes, nationalistes et chefs religieux musulmans devraient être engagés dans un dialogue aux niveaux national et international afin de communiquer avec leurs homologues occidentaux.

Des mosaïques de cultures sont parvenues à coexister en harmonie sous le système d'Etat moderne - il me vient à l'esprit le cas des Etats-Unis où des personnes d'origines diverses ont migré et vivent aujourd'hui dans les mêmes villes et travaillent dans le même environnement tout en conservant la beauté de leur propre culture.

Cette situation relativement harmonieuse peut encore se reproduire entre différentes sociétés et différents pays à l'échelle mondiale. Prendre soin des autres autant que de soi peut considérablement nous aider à résoudre nos problèmes.


###



* Fahad Al-Homoudi est professeur à l'université islamique Imam Muhammad bin Saud. Il est aussi président de l'Institut des études occidentales à Riyad. Cet article, le cinquième d'une série, a été écrit pour Service de Presse de Common Ground (CGNews).



               Partager Partager


Commentaires