Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 19 Mai à 09:57

Le logiciel libre dans les pays du sud, thème d'un colloque international les 23 et 24 mai à Meknès



Meknès - L’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM) organise, les 23 et 24 mai à Meknès, un colloque international sur "Le logiciel libre dans les pays du sud : outil stratégique de formation, d'innovation et de développement durable".



Initiée en partenariat avec l'ISESCO, ce colloque se propose de lever le voile sur le monde du logiciel libre en tentant de répondre à un certain nombre d’interrogations sur l’importance économique de ce type de logiciels et son rôle pour combler la fracture numérique, informatiser l'administration publique, s'affranchir du piratage et drainer des forces jeunes et motivées à entreprendre et à créer sur une base de valeurs de partage, de travail collaboratif et associatif. Les publics cibles de ce colloque, organisé avec le soutien du ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique et l'académie Hassan II des Sciences et Techniques, sont les jeunes étudiants, les ingénieurs, les enseignants universitaires, les entrepreneurs, les décideurs, ainsi que les acteurs politiques.

"Logiciel libre et droits d'auteurs", "Logiciel libre dans les formations universitaires, enjeux et blocages", "logiciel libre dans les administrations publiques", "logiciel libre dans les entreprises", "logiciel libre et innovation", "logiciel libre et développement durable" et "logiciel libre et édition" sont quelques thèmes qui seront débattus lors de cette rencontre. De l'Enigma de Turing aux "clouds" en passant par le web sémantique, le numérique ne cesse de chambouler les concepts et us de travail, lit-on dans une note de présentation de cette rencontre qui ajoute que le logiciel représente un enjeu stratégique en matière de recherche, d’innovation et de croissance. Il s’agit d’un logiciel muni d'un droit de propriété permettant à chacun de l'utiliser, de l'étudier, de le modifier et de le redistribuer, explique la même source, relevant que le patrimoine des applications dites "libres" est d'une telle richesse qu'il représente l’équivalent de 131.000 années/hommes.

Avec une économie moyenne de 36 pc en recherche et développement, 14 pc des entreprises dans le monde utilisent le logiciel libre, rappelle la note. Alors que la part de marché du logiciel libre n’est aujourd’hui que de 2 pc, cette dernière croît rapidement avec des taux avoisinant les 40 pc annuellement. En concurrençant les monopoles exclusifs des logiciels propriétaires, le logiciel libre dispose d’un potentiel innovant en agissant sur la structure du marché et mettant à mal les systèmes de privilèges et les positions de rentes, précise la note. Selon les organisateurs, les mutations technologiques initiées par le logiciel libre bouleversent la hiérarchie des puissances et proposent une culture basée sur le partage et la transparence.

Le logiciel libre compte plusieurs réalisations à son actif, dont Internet, Android, la plateforme LAMP (Linux-Apache-MySQL-PHP), Java, OpenOffice, Prolog et Python. Conscient des enjeux du secteur numérique, le Maroc a multiplié les initiatives pour combler son déficit en ce secteur en érigeant l'économie numérique en axe prioritaire de sa politique et en mettant en oeuvre plusieurs projets structurants tels que Maroc Numeric Cluster, les programmes GENIE, INJAZ et eGov, ajoute la même source. "Malheureusement, le logiciel libre n'a pas eu la place qui devait être la sienne dans l'ensemble de ces initiatives", déplore la même source, relevant que cet intérêt grandissant pour le logiciel libre reste marginal et marqué d'inégalités dans les pays du sud.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara