Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 18 Octobre à 15:55

Le lait du diable pourrait lutter contre les antibiorésistants



Sydney - Le lait du diable de Tasmanie, marsupial vivant sur l'île au sud de l'Australie, comprend des protéines qui pourraient être utilisées dans la lutte contre les "super-bactéries" résistantes aux antibiotiques, ont annoncé mardi des chercheurs australiens.



Ces "super-bactéries", connues sous le nom de bactéries antibiorésistantes, sont une préoccupation majeure en matière de santé publique car elles font planer la menace d'une recrudescence d'infections mortelles, puisque les antibiotiques utilisés pour les combattre deviennent inopérants. 

Des chercheurs de l'Université de Sydney ont cependant découvert que des peptides -des éléments de base d'une protéine- présents dans le lait de la femelle du diable de Tasmanie pouvaient tuer certaines bactéries résistantes, parmi lesquelles le staphylocoque doré et les entérocoques, responsables d'infections nosocomiales graves. 

Ces scientifiques se sont intéressés aux diables de Tasmanie parce que ces marsupiaux donnent naissance à des petits dont le système immunitaire est très peu développé mais qui vont néanmoins poursuivre leur croissance dans une poche remplie de bactéries, pour certaines pathogènes. L'étude a porté sur le diable, mais aussi sur le wallaby de l'île Eugène et l'opossum. Des tests sont en cours sur le lait du koala. 

Les chercheurs ont artificiellement recréé une peptide appelée "cathelicidin", après avoir extrait la séquence correspondante dans le génôme du diable de Tasmanie, et découvert qu'elle pouvait "tuer des bactéries résistantes et d'autres bactéries". 

Ils espèrent que ces peptides pourront être utilisés pour mettre au point de nouveaux antibiotiques susceptibles d'aider à lutter contre les "super-bactéries". On estime que la résistance aux antibiotiques est responsable de 700.000 morts par an dans le monde. Et le phénomène pourrait causer dix millions de décès par an d'ici à 2050, selon une étude britannique récente, soit autant que le nombre des victimes du cancer. 

L'émergence des bactéries résistantes a été au départ contrée par la mise au point de nouveaux antibiotiques, mais on assiste aujourd'hui à l'essoufflement de la recherche et à la diminution du nombre de nouvelles molécules disponibles. 

Aucune nouvelle classe d'antibiotiques n'est arrivée sur le marché depuis 30 ans. 

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara