Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


MAP - Lemag - publié le Jeudi 20 Février à 14:55

Le juge espagnol Pablo Ruz décide la mise en examen du FC Barcelone



Madrid - Le juge Pablo Ruz de l'Audience nationale de Madrid, la plus haute juridiction pénale en Espagne, a décidé la mise en examen du FC Barcelone pour présumé délit fiscal, dans le cadre de l'enquête sur le transfert du joueur brésilien Neymar, l'été dernier, ont indiqué jeudi des sources judiciaires espagnoles.



Neymar
Neymar
Le ministère public avait demandé mercredi à ce magistrat la mise en examen du Barça en tant que personne juridique, pour un délit contre le Trésor public commis en 2011 et 2013.

Le Parquet estime que les sommes tirées des opérations de ce transfert ont été de 10 millions d'euros en 2011 et de 27,92 millions en 2013, et que la somme détournée du Trésor public atteint 9,1 millions, selon des sources judiciaires.

Le juge Pablo Ruz avait jugé recevable une plainte déposée par un socio du club catalan, visant l'ex-président du FC Barcelone Rossel, qui avait démissionné le 23 janvier dernier de son poste.

Selon la presse espagnole, le transfert de la star brésilienne n'aurait pas coûté 57,5 millions d'euros au Barça comme annoncé par le club catalan, mais 95 millions d'euros. Son père aurait touché une commission de 8,5 millions d'euros dans cette opération.

Le magistrat de l'Audience nationale avait demandé, le 18 décembre, au Barça de lui transmettre les contrats liés au recrutement de l'attaquant brésilien afin de décider de l'ouverture ou non d'une enquête.

Le champion d'Espagne en titre dit officiellement avoir payé 17,5 millions d'euros à Santos et 40 millions à une société pour s'attacher les services de Neymar, soit un transfert global s'élevant à 57,5 millions d'euros. Mais le club catalan s'est abrité derrière des clauses "de confidentialité" pour ne pas dévoiler le détail du montage financier.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara