Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Lundi 13 Juin à 10:14

Le groupe français de télécommunications Orange revend sa participation dans Telecom Kenya à la firme britannique Helios (ministre)





Le groupe français de télécommunications Orange a achevé la vente de la totalité de sa participation (70 pc) au sein de Telkom Kenya, où l’Etat détient 30 pc, à « Helios Investment Partner », une firme focalisée sur des investissements privés en Afrique, basée à Londres, annonce-t-on auprès des autorités kényanes.
« Nous allons prendre notre part des prêts dus par l’entreprise à l’actionnaire sortant », a déclaré le ministre des Finances, Henry Rotich après la conclusion de la vente annoncée à Nairobi, sans toutefois communiquer la valeur de la transaction que la presse estime à environ 8 milliards de shillings (1 dollar = environ 101 shillings).
Le Trésor national devrait injecter 12 milliards de shillings dans Telkom Kenya, dans un nouvel accord de capitalisation signé avec Helios, qui a accepté, dans le cadre du contrat de vente, de transférer 10 pc des parts au gouvernement du Kenya pour une contrepartie de 1 shilling symbolique, selon «Business Daily».
Les deux parties ont également convenu de partager les prêts des actionnaires (30 milliards de shillings) sur la base de la nouvelle structure de participation (60 pc pour Helios et 40 pc pour le gouvernement du Kenya), ce qui signifie que Helios contribuera à hauteur de 18 milliards de shillings tandis que le gouvernement va injecter 12 milliards.
Le nouvel acquéreur, qui a enregistré Jamhuri Holdings Limited en tant que société locale pour prendre en charge les actions, va continuer à utiliser la marque « Orange » pendant au moins 18 mois, selon l’accord conclu après d’intenses négociations.
« Orange France Télécom » avait annoncé le 9 novembre dernier avoir signé un accord ferme avec Helios pour la reprise de l’intégralité des 70 pc de sa participation au sein de Telkom Kenya, le troisième opérateur sur le marché mobile du pays.
La société de télécommunications française a indiqué, vendredi dans un communiqué, la finalisation de la transaction, qui a été soumise à l’approbation des autorités compétentes, y compris le gouvernement kényan.
« La région de l’Afrique et du Moyen-Orient demeure une priorité stratégique pour le groupe. Cette cession reflète le souci constant d’Orange sur l’optimisation de son portefeuille d’actifs », indique le communiqué.
L’entreprise de télécommunications française avait payé 390 millions de dollars pour sa participation dans Telekom Kenya en 2007. En novembre 2014, elle avait tenté de vendre sa participation majoritaire dans Telkom Kenya à la firme de télécommunications vietnamienne Viettel, un projet échoué car Viettel se serait retiré de l’affaire après que le gouvernement kenyan ait rejeté un certain nombre de ses conditions pour la transaction.
Telkom Kenya, qui gère les services de ligne fixe du pays, exploite un réseau de données mobile de haute qualité et compte plus de quatre millions de clients mobiles à la date d’avril dernier, selon les chiffres publiés par le régulateur du secteur, Communications Authority du Kenya.
Au Kenya, l’opérateur de téléphonie « Safaricom » – en partie détenu par le Britannique Vodafone (40 pc) – a la majorité des abonnés sur le marché mobile aujourd’hui. Il détient une part de marché avoisinant les 80 pc, alors que Telkom Kenya contrôle moins de 10 pc.
La compagnie est connue aussi pour ses services de transfert d’argent par téléphone mobile (M-Pesa) avec plus de 22 millions d’utilisateurs du m-banking, commercialisé depuis mars 2007.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara