Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Adam Sfali - Lemag - publié le Mercredi 26 Mars à 09:06

Le gouvernement Benkirane autoriserait-il le ‘codesa’ d’Aminatou Haidar ?




Rabat : ‘‘Le gouvernement devrait autoriser l’officialisation de toutes les associations et ONG et se plaindre devant la justice, s’il considère que l’une d’elles viole la loi’’.



Aminatou Haidar (centre)
Aminatou Haidar (centre)
Ainsi a clamé Driss El Yazami, le président du conseil national des droit de l’homme (CNDH) lors d’une conférence qu’il a donné en début de semaine, au forum de l’agence de presse marocaine MAP.

Selon le quotidien londonien Al Quds Al Arabi, qui s’est fait écho de la déclaration du président du CNDH, Driss El Yazami a indiqué lors de son intervention que toutes les associations, strictement sans exception, devraient obtenir de l’Etat, leurs papiers légaux, officialisant leurs existences et que le gouvernement, s’il constate qu’une organisation viole la loi marocaine, devrait porter plainte contre elle devant les tribunaux et non procéder unilatéralement à son interdiction.

Cette recommandation du CNDH, concernant la question des associations interdites administrativement, poserait au Maroc un dilemme constitutionnel de taille.

En effet, la constitution marocaine institue le principe d’immuabilité et d’inviolabilité de quatre valeurs fondamentales du royaume : L’Islam, l’intégrité territoriale, la démocratie et la monarchie; or certaines associations s’activent pour la violation de certains de ces 4 piliers constitutionnels comme c’est le cas d’Al Adl Wa Al Ihsan concernant la Monarchie ou codesa, l’association séparatiste d’Aminatou Haidar qui s’en prend à l’intégrité territoriale marocaine.

Suivant cette thèse du CNDH, le gouvernement Benkirane, devrait-il légaliser les associations, des antis-commanderie des croyants d’Al Adl Wa Al Ihsan et des polisariens de codesa et aussitôt les poursuivre en justice pour violation de la constitution ?



               Partager Partager


Commentaires