Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Stéphane Richard : Orange étudierait un rachat de Canal+ en cas de... | via @lemagMaroc https://t.co/hBzYztbJ0I https://t.co/oNgFfGqDnb


Wafaa Taha Latik - LeMag - publié le Mardi 7 Janvier à 20:33

Le chercheur marocain, Rachid Yazami, obtient le prix Draper, le "Nobel" des ingénieurs




Lemag : Une grande fierté pour le Maroc et pour les chercheurs marocains dont Rachid Yazami qui vient de couronner ses travaux de recherche, notamment dans le développement des batteries lithium rechargeables, en remportant le prix Charles Stark Draper 2014 de la prestigieuse National Academy of Engineering (NAE) de Washington DC.



Le prix Charles Stark Draper a été décerné au chercheur marocain Rachid Yazami en guise de «reconnaissance à ses travaux déterminants dans le développement des batteries lithium rechargeables, il y a 30 ans»; selon le communiqué de la National Academy of Engineering

Le prix doté de quelque 500 000 dollars sera remis officiellement le 18 février 2014, lors d’une cérémonie prévue dans la capitale américaine. Yazami partage cette distinction avec l’Américain John B. Goodenough, et les Japonais Yoshio Nishi et Akira Yoshino, qui ont également contribué à cette conquête scientifique et industrielle; rapporte la MAP.

Parcours d'un grand chercheur

Rachid Yazami a eu son bac en sciences mathématiques à Fès en 1971. Après avoir étudié une année à l’université Mohammed V de Rabat, il part à Rouen, en France, pour intégrer des classes préparatoires; puis l'Institut Polytechnique de Grenoble (INP) en 1978, où il obtient un premier diplôme. Il décroche après un doctorat sur « les composés d’insertion du graphite, qui sont des matériaux complexes utilisés dans les électrodes des batteries ».

Yazami préparait sa thèse et fut le premier, en 1980, à réussir à intercaler du lithium dans du graphite de façon réversible.
Pour cela, il a eu l'idée d’utiliser un électrolyte solide et non pas liquide comme cela était classiquement fait à l’époque. Le lithium est inséré dans le graphite sans encombre pour se comporter au final comme une anode (électrode négative) de batterie. Mieux encore: le processus d’insertion du lithium dans le graphite était réversible, sans perte de métal. Cette électrode a permis de convertir la pile lithium en batterie rechargeable.

Rachid Yazami a, ainsi, travaillé pour le Centre national de recherche scientifique (CNRS), puis a enseigné à l'Université de Kyoto et au California Institute of Technology (Caltech) à Los Angeles.

Il est actuellement Professeur en Énergétique à Nanyang Technological University à Singapour ou il poursuit ses recherches sur les batteries en collaboration notamment avec BMW.



               Partager Partager


Commentaires