Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Drissi My Ahmed - publié le Vendredi 4 Avril à 12:17

Le cas Mezouar, défense et illustration : ‘’Pratiques élégantes et enseignements de la politesse’’




‘’Pratiques élégantes et enseignements de la politesse, de la courtoisie avant toute bonne diplomatie ’’



Le cas Mezouar, défense et illustration : ‘’Pratiques élégantes et enseignements de la politesse’’

EXTRAIT DU ‘’MANUEL’’ AFFABLE’ D’UN PRESIDENT ‘’NORMAL’’, HADJ HOLLANDE :

DEFENSE ET ILLUSTRATION DE M. MEZOUAR. DETENTE SEMANTIQUE POLEMIQUE :


EXTRAIT DU ‘’MANUEL’’ AFFABLE’ D’UN PRESIDENT ‘’NORMAL’’, HADJ HOLLANDE :

1-Changer de ‘’partenaires’’ le plus souvent, en gardant un faible pour les plus fortes de caractère. Huum ! Quitte à les reprendre, la Royale en tête. Remembrer son harem élyséen en vue d’une plus belle entente.
2-Changer de ton et de chef d’orchestre, le Premier de Maquignon en cas de ratés et renvoyer le héros disgracié, l’Ayrault, à sa Nantes…pour plus de rentes.
3-Opter pour le rythme des VALLS. Je parle des danses et non des pastilles de menthe.
4-Faire danser ‘’nu’’ dans la halqa du Charles De Gaule notre basketteur des affaires étrangères, Saladine Mezouar, le chef RNIste himself , d’un gouvernement ‘’ami ‘’, zaâma, c’est une honte !
On a vu sur la personne de notre ministre des relations extérieures, M. Mézouar, comment on déshabille les fidèles d’entre les dignes fils de la ‘’partenaire facile’’, ‘’La’’ Maroc, avant qu’ils ne pénètrent au sein de la douce France…A mini-stre serein, maxi stress en colère !

D’abord une question logique.

Que pouvait cacher le ministre Mézouar en allant chez les ultimes Gaulois ? Dans ses poches, dans ses basques ou sous son slip ? Une arme de destruction massive, une cigarette roulée dans le kif, des diams ou quelques malheureux euros ?

Si j’étais à la place de notre Ministre des Relations Extrêmes ou de Jamal Desbouses, qui ont subi la même plaisanterie, la même épreuve, cette sorte de bizutage de carabins, j’aurais opté pour l’une des conduites suivantes, voire pour toutes. Debbouze Jamal en piquera une de ses vannes, à moins que notre princier maroquin, Gad Elmaleh, n’en fasse une de ses ‘’coquinades*’’ bien salées au goût des marrakchis !

Une mesure de rétorsion. Ou de retro torsion ? Entrer ‘’nu’’ à Paris ! Un ministre nu, c’est adorable sur les Champs Elysées ! Un homme peinturluré comme des Femen, c’est d’un chic parfumé pour la ville lumière, l’avenue de la Paix, le Moulin Rouge, la Comédie Française, le Panthéon, empalé sur la Colonne Vendôme, l’Obélisque ou la Tour Effel, face au Sénat ou au Père Lachaise. C’est la reconnaissance internationale, l’Arc de Triomphe, l’Oscar du Nobel, la célébrité mondiale. Ou directement la psychiatrie, jusqu’à ce que ‘’maure’’ s’en suive !

Et je leur laisserais mes hardes et mes fringues dans le caniveau de déshabillage. En cadeau mes babouches et mes chaussettes sur la ‘’banquise’’ qui leur sert de cœur ! Parce que ça doit sentir des pieds les Sudistes, après un si long voyage. Surtout qu’il venait juste, le Ministre, de serrer la patte du beau brun, notre ami, Barak Obama. Cette mesure de prophylaxie, propre au Charles De Gaule est nécessaire pour chasser les mouches du tarmac. Elle permettra de dissuader les touristes malvenus, mulâtres ou nègres, d’Afrique. Comme elle devra instruire ceux d’Orient. Ces péteurs de pétrodollars, qui n’ont rien à foutre auprès des humaines des pays démocratiques, modernes et civilisés.

Une riposte aussi et un mea culpa. Démissionner pour ce Ministre, obligé au devant des voyeuristes, du Ministère des Affaires ‘’Etranges’’ ! Du Gouvernement marocain et du Parti RNI par la même ! Car si un ponte de ces mensurations-là, s’il n’est pas capable de traverser les frontières, avec respect et dignement, c’est qu’il n’a ni couverture, ni amis, ni ouailles c..illes ! Mais aussi par compassion et solidarité, faire démissionner en bloc le Gouvernement RNI-PJD Benkirane. A moins qu’une fatwa ne vienne demander aux ministres marocains d’aller en France, vêtus dans leur simple apparat ! Nus, affin d’éviter les fouilles ! Un anuscope enserré au rectum pour vérifier si leur colon ne contient ni devises, ni poudre ni dynamite.

Déchirer le passeport et ses visas schenguinolents vaseux, tout comme cette corvée des empreintes et des coulisses aux consulats ! Comme si nos pays ne pouvaient pas se communiquer nos estampilles digitales, au besoin des polices !
Rester chez soi, faire la queue, tout seul ! Rigoler seul pour Jamal, parce que ça ne sert à rien de faire rigoler les reliques des Gaulois qui vous rendent mal vos ‘’sorties’’ et vos rentrées ! Ça ne sert à rien, non plus, que ces épousailles françaises. Et la nationalité acquise à coup de zizi par un Zarabe, ça compte pour du Beur !

Ou, pour le Ministre Mézouar, revenir aux basques des Séides pour les embrasser. Leur cirer les pompes aux pontes qu’il est allé voir, afin de péleriner en toute quiétude aux hauts lieux où il aurait était invité ! Certes, non !

Ou se recycler à cause de cet échec correctif cuisant ! Retourner au basquet, son sport favori de l’époque, afin de ‘’se marquer’’ d’autres paniers aussi époustouflants qu’incongrus. D’autres buts que la niaiserie politique, qu’il défend si mal, en se laissant palper et peloter à la douane policée de Paris ! Pas assez policée ni polie, en fait ! Fête ou défaite ? Surfaite, tout comme pour nos doux agneaux ! Car le dol ou la honte est nationale.

Marquer cette journée d’un drapeau noir, témoin de ces ‘’plages interdites’’ et preuve des mauvaises vagues inattendues à venir, d’un tsunami sentimental prévu. Voire comme fêter cette date dorénavant comme une journée internationale de la dignité. La face cachée de l’irrespect envers les bougnoules et du manque de diplomatie envers la pute, pardon, la ‘’respectueuse attitrée’’ qu’on est obligé de défendre ! Comprendre, interdire d’accès !

Pour des maîtres es-diplomatie, nos enseignants francophones, nos parangons, ceux des Relations Extérieures ou mieux des affaires étrangères, (très étrangères), c’est la fin du cycle francophile. Le repoussoir est arrivé à la fin de sa vis d’Archimède. A la fin de sa vie ou à son vice de forme ! Trop c’est trop !

Défendre son ministre, c’est aussi défendre sa propre fierté, devant ces excès et face aux erreurs, des dits-premiers-partenaires et grands amis ostensibles du Maroc. Mais le petit peuple, lui, est sujet aux exactions régulières. Et c’est un fait d’inégalité et de xénophobie, qui rappellent sans hypocrisie une autre époque. Ce qui met en doute toute la littérature et tout le blabla qui enjolivent nos relations. Des relations intimes, fidèles et étroites, de dépendances multiples et de promiscuité, entachées malheureusement de manques d’égards manifestes. La preuve est sortie de la bouche de cet ambassadeur onusien …Passons.

Comme le cœur, la vessie est pleine. Pleine d’assentiments au point d'éclabousser malgré la prostate les murs de la honte, ceux du silence, celui des lamentations et du Web, la coupe est pleine. Ras le bol, le passeport diplomatique est un leurre, une foutaise bien établie. C’est de la scatologie diplopique !

Il vaut mieux rester chez soi, loin de la police et des douanes, même des nôtres. Elles, qui reçoivent complaisantes et hospitalières, sans visa, sans chicaner, toutes les minois du Nord, riches ou me..diques mesquins, sans racisme, sans ostentations ni suspicions maladives. Sans enfreindre aux lois de la bienséance et sans atteintes aux droits de l’homme.

Demain, il faudra donc un régime spécial à l’endroit de nos hôtes de France, de Hollande et de Navarre ! Déshabiller les ministres et les politicards, à leurs entrées comme à leur sorties. Ça s’appelle en diplomatie, rendre la politesse par la pareille. Et alors, un gentil ministre, en porte parole officiel ou en catimini, pourra toujours crier sur les journaux et embuer le Net : ‘’ Merci de nous excuser, pour cette nécessité sécuritaire vitale, empreinte de déférence, mais hélas applicable démocratiquement à tous nos illustres visiteurs ’’. A la manière de Fabius ou des fables de La Fontaine.

On reçoit ces jours-ci le Secrétaire d’Etat américain, alias Ministre des Affaires Etrangères des States. Que faire et quel rite observer, sur quel rythme nudiste danser avec ce John Kerry ? Quand on pense, Sahara oblige, à ses cousins pro-Polisàriens et à leurs effervescences lobbyistes et ennemies de notre entité et cause première, ce sera la valse Kerry ? La Walkyrie ? Le déshabiller, notre super hôte, lui chercher des poux‘’ dans’’ la tête, des morpions, parce qu’il est descendu chez la sœur Algérie ?

Non, non France, que tu soies ‘’ gauche ou plus adroite’, corrige ton français ! Parce que si c’est notre langue d’ouverture et d’échanges, de sciences et de diplomatie, elle restera de politesse aussi !


Tagué : Drissi My Ahmed

               Partager Partager