Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr


AFP - publié le Mercredi 24 Août à 13:31

Le burkini ne fait guère de vagues en Afrique du nord



Alger - Le débat lancé cet été en France sur le burkini rencontre peu d'écho en Afrique du nord, où ce costume de bain islamique a trouvé sa place sur des plages où les tenues sont de plus en plus pudiques.



A Zeralda, station balnéaire à l'ouest d'Alger, rares sont désormais les femmes qui osent se mettre en maillot, surtout en bikini, sur les plages publiques.

Hakima, professeur de mathématiques d'une quarantaine d'années, nage en burkini puis s'entoure d'un large paréo en sortant de l'eau. "C'est plus décent. Le maillot intégral est la solution pour les musulmanes pratiquantes qui aiment la mer", explique-t-elle.

Mais certaines se couvrent à contrecoeur, comme Manel Brahimi, étudiante en biologie: "J'adore nager mais si je porte un maillot de bain normal, on me regarde comme une martienne".

Siham, 24 ans, s'est également résignée à porter, au dessus de son maillot une pièce, un short cycliste afin d'"éviter les regards".

Sur les plages de Rabat, les baigneuses se trempent aussi dans les tenues les plus disparates, du bermuda au bas de survêtement en passant par le legging, le short en jean, ou même le suggestif tee-shirt mouillé.

Mais rares sont celles arborant un burkini proprement dit, ce costume de bain créé en Australie dont le prix moyen (au moins 500 dirhams, 50 euros) le met hors de portée pour la majorité d'entre elles.

"Ce phénomène est surtout le fait des MRE (les Marocains résidant à l'étranger). Ils ont importé cette mode cette année lors de leur vacances sur les plages marocaines", en particulier dans le nord du pays, plus conservateur, souligne Miloud, un retraité.

Fadel, un quadragénaire, y voit avant tout "une histoire de gros sous" qui "fait les affaires des boutiques de mode islamique". "Mais la plupart des gens ici s'en foutent", souligne-t-il.

De ce fait, la polémique créée en France par l'interdiction du burkini par plusieurs communes du sud, comme Nice ou Cannes, paraît décalée.

"Ce débat n'intéresse pas en Tunisie", indique le sociologue Abdessatar Sahbani. "Le port du burkini, qui a évolué d'une façon considérable depuis la révolution (de 2011), n'a pas provoqué de problèmes sur les plages... Et cet été les Tunisiens sont surtout préoccupés par la situation économique et sécuritaire".

L'évolution des moeurs a ouvert la voie aux plages privées réservées aux seules femmes et enfants. Comme le "Marina club" ouvert à l'est d'Alger par l'entrepreneur Riadh Bourayou.

Bien que son prix d'entrée soit élevé, les clientes, voilées ou non, se bousculent autour de la piscine, où se côtoient bikinis, maillots échancrés ou burkinis loin des regards masculins. Seules des femmes, étudiantes pour la plupart, y sont employées comme serveuses ou maîtres nageuses.

"C'est un havre de paix, un endroit discret pour une femme musulmane", se réjouit Ouahiba Chatouri, une hôtesse de l'air à la retraite voilée heureuse de porter son maillot deux pièces en toute tranquillité.

Un peu plus loin, un mur sépare sur la plage ces baigneuses de celles portant le voile intégral.

Ces dernières "en fait n'apprécient pas qu'il y ait de jeunes garçons", affirme une cliente, étonnée que l'on puisse comparer le regard d'un gamin de 7 ou 8 ans à celui d'un adulte.

Début août, un article de la presse arabophone algérienne avait provoqué un tollé sur les réseaux sociaux en assimilant les femmes en bikini à des débauchées. La journaliste y affirmait que "certaines plages d'Alger se sont transformées en points noirs, interdites de fait aux familles, à cause de la nudité et de la mixité".

Or, jusqu'aux années 1990, la mixité et les maillots de bain étaient la règle sur les plages d'Algérie, où la baignade habillée était l'exception le long de ses 1.600 km de côtes.

"Au lieu d'avoir une mixité sociale sur les plages comme cela avait toujours été le cas, des murs sont érigés entre celles qui peuvent se permettre une plage payante et bronzer comme elles le veulent et celles qui, par conviction ou par obligation, nagent dans une tenue décrétée décente par la société", regrette Saida, une enseignante d'anglais.

Près d'elle, Katia Ouahid, est en bikini "par principe".

"J'ai pris du poids avec mes grossesses mais je refuse le diktat de la société. Quand les islamistes interdisaient aux femmes d'aller à la plage, on n'a pas cédé. On partait en famille et avec des amis et on se mettait en maillot", rappelle Katia, la cinquantaine.

Amina, l'une de ses amies, regrette aussi que "la société ait énormément régressé sur le plan des libertés individuelles". "Il ne manque plus que l'on placarde à l'entrée: +plage familiale, tenue décente exigée+", s'insurge-t-elle, en se disant "nostalgique" des grandes plages où les filles étaient en maillots aux couleurs chatoyantes.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara