Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh



Aniss Moumen - publié le Mercredi 12 Novembre à 12:50

Le Système d’Information d’Eau au cœur du processus de la bonne gouvernance




Disposer d’une information de qualité et en temps voulu pour mieux gérer une ressource vitale, l’Eau. C’est en effet, le défis majeur qu’il faut relever au Maroc et ailleurs.



Le SNIE au Maroc et ailleurs

Différents groupes, institutions et organismes, ont insisté sur l’importance d’un mécanisme permettant de mieux suivre l’exploitation des ressources en eau, et surtout de mieux agir face à des situations de crise : inondation, sécheresse, manque d’eau potable, pollution, changement climatique…ce mécanisme permet aussi, d’apporter plus de transparence pour les citoyens et les bailleurs de fond internationaux pour améliorer le mode de gouvernance de ce secteur. Ce qui permet d’avoir plus de visibilité sur la gestion au quotidien au sein des différents départements publics et agences concernées.

Ce mécanisme est appelé « Système d’Information d’Eau », définit selon l’USGS, comme le moyen qui permet de : collecter, stocker, traiter, diffuser et réutiliser les données sur l’eau à l’échelle régionale, nationale et mondiale.

Au Maroc, le projet du Système National d’Information d’Eau (SNIE), a été identifié parmi les axes et actions de développement de la Stratégie de l’Eau (SNE) présentée en 2009 devant le Souverain. Et bien avant la SNE, des rapports et études ont été réalisés pour concevoir un SNIE, intégrant l’ensemble des bases de données des différents acteurs du secteur de l’Eau et bénéficiant des expériences d’autres pays. Exemple de ces études, le rapport préparé par le Centre d’observation « Plan Bleu » en 2011, qui propose une estimation financière pour la réalisation d’un annuaire des données hydrographiques (s’élevant à 29 Million de DH) ou encore les études de faisabilité réalisées par le SEMIDE (Système Euro-méditerranéen d'Information sur les savoir-faire dans le Domaine de l'Eau), dont le rapport préparé en 2012, qui fait un état de lieu du projet SNIE au Maroc et qui identifie les actions à mettre en place pour achever ce projet. Et récemment, le rapport publié par l’Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen, en Juin 2014, qui souligne que l’un des principaux freins à l’accès à l’Eau et à l’Assainissement dans cette région, réside dans le manque d’efficacité dont souffre le mode de gouvernance dans ce secteur, surtout en ce qui concerne l’allocation des ressources financières existantes. Ce qui implique, selon cette institution, un nombre important de mesures d’accompagnement du financement des infrastructures, dont « la mise en place d’un système d’information neutre et indépendant sur les ressources en eau et les causes de la pollution de la Méditerranée ». Dans ce contexte, il devient urgent pour le Maroc et d’autre pays, de mettre l’accent sur ce volet. Surtout que le Plan National d’Eau (PNE) finalisé récemment, a identifié les grandes problématiques dont soufre le secteur de l’eau au Maroc et l’ensemble des actions et réformes qu’il faut apporter pour mieux répondre à la demande croissante en eau par les différents secteurs d’activité dans la société. Il serait judicieux de tirer profit des actions prévues par ce plan pour inscrire le SNIE Marocain, dans le cadre des réformes prévues de la loi sur l’Eau 10-95, comme l’exemple de la loi sur l’Eau en France, qui inscrit le Système d’Information d’Eau comme l’instrument official pour la diffusion des informations sur l’Eau.

Dans ce cadre, et pour partager les expériences et communiquer les résultats des travaux, une rencontre internationale a été organisée à Rabat, en Mars 2014, et qui a regroupé la communauté des scientifiques et experts concernées par la thématique des Systèmes d’Information d’Eau à l’échelle de la méditerranée WIS Meday (http://wismeday.amjgistes.org/). Cette rencontre a initiée la création d’une Association Scientifique dédiée à cette thématique (Association Scientifique pour les Systèmes d’Information d’Eau SAWIS : http://sawis.org/), et qui organise le 02, 03 et 04 Décembre 2014 à Rabat, un colloque sur le Système National d’Information d’Eau (http://nwis.sawis.org/).

Ce colloque serait l’occasion de mieux approcher l’apport des technologies géospatiales pour accompagner les stratégies nationales concernant l’ensemble des secteurs impliqués dans la gestion des ressources en eau au Maroc. Et aussi, le rôle que peut jouer le SIE pour plus d’accessibilité aux données sur l’Eau, dont dispose les administrations publiques (le projet Open Data au Maroc), ce qui serait un exemple pour l’application de l’article 27 de la constitution.


Tagué : Aniss Moumen, Eau

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème