Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Fouad ARIF - MAP - publié le Samedi 6 Février à 18:16

Le Roi dans les provinces du Sud: Les prescripteurs d'opinion US saluent la régionalisation avancée en marche, appellent Alger et le polisario à se rendre à l'évidence






La visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans les provinces du Sud, qui se déroule dans une ambiance de liesse populaire et de communion d'une rare intensité, est perçue par les experts et prescripteurs d'opinion américains comme étant l'illustration de la mise en marche irréversible de la régionalisation avancée, initiée sous l'impulsion de la vision Royale, en tant que modèle de développement de cette partie du Royaume et vecteur efficient visant la promotion de la démocratie participative.

A Washington, on constate, en effet, que ce nouveau modèle de gouvernance territoriale, né d'une large consultation citoyenne et entre les différentes forces vives de la nation, place le Maroc dans le giron des démocraties soucieuses du bien-être des citoyens et de leurs aspirations légitimes, et se veut aussi la mise en place sur le terrain des instruments institutionnels permettant la promotion de la démocratie participative et inclusive au niveau local.

Les élections régionales, qui s'étaient déroulées au Maroc en septembre dernier, ont donné naissance à des conseils élus au suffrage universel direct. Les présidents de ces instances disposent désormais de pouvoirs exécutifs dans des domaines aussi différents que variés, liés au développement de leurs régions.

Dans le discours adressé par Sa Majesté le Roi à la Nation à l'occasion du 37ème anniversaire de la Glorieuse Marche Verte, le Souverain avait dit : "Nous réaffirmons notre engagement à mettre en oeuvre la régionalisation avancée, en commençant, en premier lieu, par Nos provinces du Sud, au regard de la possibilité qu'elle offre aux populations de participer à la gestion de leurs affaires locales et de contribuer au développement humain intégré et durable. En plus, elle crée un climat mobilisateur porté par une dynamique sociétale prometteuse favorisant l'émergence de nouvelles élites, notamment parmi les femmes et les jeunes, dans le cadre d'une alternance démocratique ouverte au pouvoir".

Cette dynamique vertueuse, initiée sous le leadership du Souverain, a vu la mise en oeuvre d'investissements colossaux engagés dans cette partie du Royaume depuis leur recouvrement, à la faveur d'efforts essentiels consentis, dans ce sens, en matière d'élargissement et de consolidation des infrastructures, de mise en place et de promotion des services sociaux et de lutte contre la pauvreté.

Lors d'une table ronde abritée en début de semaine par le prestigieux think tank américain, Brookings Institute, le Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Nizar Baraka, a tenu à préciser que "le succès de cette dynamique vertueuse a été tel qu'aujourd'hui plusieurs indicateurs socio-économiques dans les provinces du sud sont supérieurs au reste du Royaume, comme en témoigne notamment le PIB par habitant qui est supérieur de 50 pc à la moyenne nationale".

Autant les 40 dernières années ont été axées sur l'investissement en matière de construction et de consolidation des infrastructures de base, d'élargissement de l'accès aux services sociaux et de lutte contre la pauvreté, "autant les prochaines années donneront corps aux ambitions des populations, tout en véhiculant l'esprit de la régionalisation avancée, de l'autonomie et de la création d'emplois et de richesses", a-t-il souligné.

C'est dans cet esprit que Sa Majesté le Roi avait lancé, depuis Laâyoune en novembre dernier, plusieurs projets à la faveur de la signature de conventions entre les Présidents des conseils régionaux et le gouvernement. Pas moins de dix milliards de dollars ont été engagés en vue de consolider les conducteurs de croissance que sont les secteurs de la pêche, l'agriculture, les phosphates et le tourisme, outre le soutien des investissements privés, la promotion de l'emploi, la création d'entreprises et l'amélioration de la formation.

Vendredi encore, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé à la commune de Foum El Oued, au lancement des travaux de réalisation de la technopôle Foum El Oued-Laâyoune, une cité du savoir et de l'innovation au service du développement des provinces du Sud. Le Souverain a procédé le même jour, au site Phosboucraâ, à la commune urbaine Al-Marsa, au lancement du projet de réalisation du complexe industriel intégré de production d'engrais.

Dans cette stratégie de développement tous azimuts des provinces du sud, la connectivité électrique sera aussi consolidée, l'objectif étant d'arriver à la capacité de transporter et d'exporter l'électricité produite à partir de l'énergie solaire vers d'autres pays. Le but ultime est de créer un hub régional au service de la consolidation des relations de coopération entre le Royaume et les pays subsahariens, tout en étant une source de prospérité et de stabilité.

Face à cette réalité adossée aux droits historiques irréfragables du Royaume sur son Sahara, note le Huffington Post de jeudi dernier, l'Algérie et le polisario doivent se rendre à l'évidence et embrasser les vertus du plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, seule option à même de garantir la prospérité, la stabilité et la sécurité dans la région à laquelle appelle la communauté internationale de tous ses voeux et qui dictent aujourd'hui les priorités de cette dernière dans cette partie du monde.

Aujourd'hui, précise le Huffington dans cette contribution intitulée : "Une chance rare pour la paix dans un contexte de guerre et de migration", aussi bien l'Algérie que le Maroc "font face aux visées extrémistes, d'autant plus que des membres du polisario sont devenus une force d'appoint à des groupes terroristes et trafiquants de drogues transnationaux". 

La situation est devenue "intenable" dans les camps de Tindouf, dans la mesure où la jeune génération commence à appréhender la réalité malheureuse où elle vit avec un œil critique et une attitude révoltée, indique le quotidien US, qui observe que cette jeunesse, sans perspectives d'avenir, ne tolère plus la paupérisation des camps de Tindouf, et leur instrumentalisation par les dirigeants du polisario.

Des experts américains en relations internationales appellent ainsi l'Algérie et le polisario à se soumettre "au verdict de l'Histoire et de la réalité sur le terrain" dans le but de trouver une solution au conflit du Sahara, qui, mettent-ils en garde, donne des ouvertures à une intensification "déstabilisatrice pour toute la région" des activités d'Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique (AQMI) et de Daesh.

C'est dans ce contexte que la promulgation par le Président des Etats-Unis, Barack Obama, de la loi de finances au titre de l'année 2016, consolide encore une fois le soutien de Washington au plan d'autonomie au Sahara, dans la mesure où ce texte de loi stipule sans équivoque que l'aide américaine destinée au Maroc soit affectée à l'ensemble du territoire national, y compris les provinces du sud. 

En effet, dans son rapport législatif adossé à la loi de finances 2016, le Congrès, avec ses deux Chambres, a réitéré son soutien bipartisan solide à la politique américaine en vigueur, de longue date, portant sur une solution négociée à la question du Sahara, sur la base du plan d'autonomie, sous souveraineté marocaine. La branche législative va bien au-delà et lance un appel au secteur privé américain à investir dans les provinces du sud. Dont acte !.

               Partager Partager