Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Abdelatif Oubella - publié le Jeudi 14 Août à 23:04

Le "Réseau Ferroviaire des Provinces du sud" : un projet structurant à forte portée stratégique




L’amorce de la « Régionalisation avancée » fait entrevoir d’importants changements sur la nature des projets régionaux.



En effet, ce sont les infrastructures de transports, de logistique et la création de pôles économiques régionaux qui constituerons des puissants leviers « de croissance et développement des régions », lesquelles seront appelés à s’inscrire dans « la création de richesses et d’emplois locaux » ainsi qu’elles devront « créer leurs propres revenues » et se détacher peu à peu des ressources de l’Etat (autonomie financière des régions).
Ainsi, le développement régional dans le cadre du processus de « régionalisation avancée » doit-il être amorcé par des projets structurants à forte portée stratégique.

I. Le projet du réseau ferroviaire est un projet structurant à «forte portée stratégique ».
Issue de la vision de Feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu l’Ait en Sa Saint Miséricorde, « le projet du réseau ferroviaire des provinces du sud » correspond à la réalisation de 2 lignes ferroviaires reliant par trains régionaux, les principales villes et provinces du sud : (1) - AGADIR- TIZNIT-GUELMIM-TAN-TAN. (2) -TAN-TAN, TARFAYA, LAAYOUNE.
En favorisant l’accélération des échanges entre le Nord et le Sud du pays (réduction du temps et des coûts de transport), la connexion entre pôles économiques (ports de pêches, pôles touristiques, marchés locaux et internationaux), l’émergence de nouveaux pôles urbains, et en s’inscrivant dans la logique de réduction de la facture énergétique (qui anticipe sur l’ère post-pétrolière), ce projet conduira à une transformation profonde de la réalité socio-économique de plus de 3 millions d’habitants.
L’impact est majeur, il consolide et inscrira le développement des provinces du Sud dans une nouvelle ère.

Principales Gares :
-AGADIR (GARE DE DAKHLA)
-Tikiouine
- AIT MELLOUL
- Sidi Bibi
- Belfaa
- TIZNIT
- Lakhssas
- Bouzakarne
- Tagant
- GUELMIM (GARE BAB SAHARA)
- Ras Oumlil
- TAN-TAN Ville (GARE DE TAN-TAN)
- Tan-Tan Al Ouatia
- Tan-Tan Oued chbika
- Parc national kheneifis
- TARFAYA (GARE DE TARFAYA).
- LAAYOUNE (GARE Al MASSIRA).

II. Un Coût du Projet maitrisable.
Le coût du projet du « réseau ferroviaire des provinces du sud » est estimé entre 35 à 50 milliards de Dirhams (3,5 à 5 milliards de dollars USD), il correspond a l’aménagement en voie ferré du tronçon AGADIR-TANTAN AL OUATIA (350KM) et le tronçon TANTAN AL OUATIA-TARFAYA-LAAYOUNE (300km). L’estimation du coût projet se fait en fonction du prix moyen mondial du kilomètre de rail (qui varie entre 5 à 8 millions de dollars le Kilomètre), d’une situation géographique sans véritable contrainte (peu de difficultés : terrain plane avec franchissement du plateau de LAKHSSAS) et la projection de la réalisation de plusieurs ouvrages d’arts ainsi que des principales Gares. Par ailleurs, le Maroc est capable de construire lui-même son réseau ferroviaire à travers des savoir-faire déjà présent en matière industriels et d’aménagements du territoire (ONCF, SCIF etc.). La réalisation du projet en 2 tranches successives (5ans) permet de facilité son financement.
- Le coût du projet correspond à 1/3 du coût du projet proposé par le CESE (140milliards dirhams) relative à la mise en place « d’un nouveau modèle de développement des provinces du sud » (création de 130.000emplois, autoroute Atlantique, mégaprojet du « port Atlantique Sud » de Dakhla). Ou 2/3 des dépenses annuelles liées à « la caisse des compensations » (subventions alloués aux importations de gaz, pétroles, céréales etc.)

- Réduction du coût du projet : le "réseau des provinces du sud" est un réseau autonome entre Agadir et Laayoune.

- Il existe plusieurs pistes pour le financement du projet : augmentation de la TVA sur les communications téléphoniques (taxe indolore), investissements privés nationaux et étrangers, actionnariat et emprunt obligataire de l’Etat (5ans), dons privés et étatiques (nationaux et étrangers), création d’un fonds de gestion et de valorisation des actifs destinés aux projets.
III. Un projet qui tient à une décision politique.
Certaines initiatives dont une « pétition nationale » en faveur du projet ( « Collectif Militant Pour le Réseau Ferroviaire des Provinces du Sud » ), ainsi que les recommandations du Centre Marocain de la Conjoncture (CMC) ont eu pour but d’amener le gouvernement à œuvrer dès à présent à la réalisation de cette infrastructure majeur et à mettre en place un calendrier dans cette perspective.
Cependant, le lancement de ce projet qui sera une «étape histoire » dans la consolidation du développement du territoire national, émanera d’abord « de la décision suprême » du Roi.

Abdelatif OUBELLA
Acteur associatif (TARGAMAIT, PROVINCE DE GUELMIM), Militant pour « le Réseau ferroviaires des provinces du Sud ».




               Partager Partager


Commentaires