Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Dr Ben Kirat - publié le Dimanche 21 Juin à 18:05

Le Ramadan pour ceux qui peuvent: le monopole des paniers ou la course à la propagande






Le Ramadan pour ceux qui peuvent: le monopole des paniers ou la course à la propagande
Il est regrettable que chaque mois de Ramadan, la télévision marocaine donne une image négative et dégradable des pouvoirs marocains. Ils sont réduits, suivant Le Matin du 18 juin 2015, à recevoir un ‘panier’ [qui] revient à moins de 24 DH par personne ou 116.06 DH par ménage (473.900 ménages), une fortune, peut-être pour ces misérables, non?

Ce qui n’empêche de se demander combien coûte cette mobilisation de milliers de personnes engagée, du début à la fin de cette entreprise, pour livrer 24 DH par personne, ou 116.06 DH par ménage des 473.900 recensés par l’Etat?

En envoyant des chèques ou bons (les bons sont largement utilisés en Europe, que ce soit en Angleterre, en Belgique ou ailleurs, échangeables pour les produits dans des supermarchés) aux ménages aurait était une meilleure solution, moins couteuse, digne et respectueuse de la personne marocaine, au lieu de les réduire à la mendicité et une propagande médiatique dégradante. Plusieurs personnes préfèrent ne pas se rendre par fierté marocaine et pudeur humaine....

Ajouter à cela il y a d’autres Paniers de Mépris des organisations, surtout les acheteurs de faveurs, islamo-politiques visant les votes en général et les prochaines élections en particulier. Mr Hassad a bien anticipé cela, mais le Maroc est vaste et varié et les clientèles corrompues sont nombreuses.

Avec ces nouveaux paniers de propagandes en plus des 55 millions de dirhams de l'INDH d’un total de plus de 201 millions de dirhams de la collecte pour ‘la Fondation Mohammed VI pour la solidarité en 2015’, on peut donc constituer un fonds de distribution en espèce digne des marocains.

En plus de ces 55 millions de DH, il y a une moyenne de 33 milliards DH allouée à la Caisse de compensation, pour faire un total d’environ 33.055.000.000 DH.

S’il y a 473.900 de ménages des démunis qui reçoivent des paniers, par contre L’Economiste avance que suivant le Haut-Commissariat au Plan, il y a 1.157.000 chômeurs en 2015 (et 69.000 enfants qui travaillent…), on pourrait donc assumer qu’il y a 1.630.900 de personnes entre chômeurs et ménages ayant besoin d’aide sociale, car les enfants, une fois la question de précarité est résolu et leurs parents reçoivent l’aide dont ils ont besoin, doivent regagner les portes des écoles, et non soumis à l’esclavage.

Alors si on additionne et distribue seulement les sommes réservées à la Caisse de Compensation et celle des Paniers de l’INDH, on peut obtenir une moyenne annuelle pour chaque personne de recevoir environ, (33.055.000.000 / 1.630.900 =) 2,026.80 DH par an ou 168.9 DH par mois. Du moment que cette somme n’est pas suffisante, il faut ajouter à cela d’autres aides et dons pour assurer une aide de subsistance adéquate dans l’esprit du SMIG et des allocations familiales…

D’autre part, il faut réorienter tous fonds d’aides à ce Fonds unique répondant aux besoins des démunis de toutes natures et catégoriser les différents cas… (handicaps, veuves, vieillards/retraités et autres) pour arriver à une distribution équitable qui doit être décidée par des Universitaires et autres organisations caritatives, en dehors de toute représentation politique ou religieuse.

Cette politique coupera le chemin aux religieux comme aux corrompus politiques et donnera la suprématie à l’état de Droit…

Il y a parmi ces chômeurs ceux qui bénéficient des indemnités introduites en 2015, un fait qui va accroitre les sommes disponibles à distribuer…Voir l’article sur Medias 24 «Le ministère des finances a débloqué, cette semaine, 250 millions de DH pour promouvoir l'indemnité pour perte d'emploi (IPE).

Attendue depuis 2000 et activée en décembre 2014, l'indemnité pour perte d'emploi (IPE) est sur de bons rails. Le gouvernement a débloqué la quote-part relative à la mise en place du fonds de soutien pour perte d'emploi, soit 250 millions de DH…, […]

Selon le ministre, "4.000 personnes en bénéficient pour l'instant. Nous tablons sur 30.000 bénéficiaires par an".»

Pour reculer un peu, il y a tellement de controverse en ce qui concerne la Caisse de Compensation qui d’abord cible très mal ces clients, car les marocains au pouvoir d’achat le plus élevé en profitent mieux que les pauvres, ce qui rend sa contribution plus profitable à certains qu’a d’autres.

Donc il faut procéder à un système d’état providence pour enregistrer tous les marocains au chômage, invalides et autres et recevoir une aide mensuelle suivant des procédures justes et fiables pour créer une société fière de son pays.

Ceci réduirait aussi les aventures des pateras qui ne mènent nul part, sinon à une mort certaine. L’Europe elle-même est malade et n’a que le chômage à offrir. Cette initiative plus humanitaire peut donner en même temps une dignité à tous les marocains, sans en faire d’eux des mendiants en leur niant la part de la richesse du pays qui leur revient de droit.
Comme je l’avais déjà exprimé dans des articles précédents ici là, à quoi sert de mobiliser 5,000 personnes pour cette opération pour livrer 24 DH au lieu d'envoyer un chèque bancaire à chacune des familles concernées et laisser cette activité de livrer ‘la harira’ ou ‘paniers’ aux pauvres, à titre individuel ou d’Associations caritatives contrôlées par les fonctionnaires de l’Etat, mais non l’action de l’état politique.

Les subsides alimentaires et énergétiques ne font pas l’affaire non plus, car il faut redistribuer une partie, même médiocre de la richesse du pays aux démunis, ce qui leur revient de droit, comme les allocations de chômage qui s’imposent.

Cette aide doit s’appliquer à toute personne inscrite et aux autres nécessiteux qui sont incapacités pour une raison ou une autre, que ça soit l’âge, un handicap physique ou mental et autres qui doivent être déterminés par les experts dans le domaine de la justice sociale avec la participation de la société civile et des services de santé, mais exclure toute notion d’exploitation religieuse du modèle des Frères Musulmans dont fait partie le PJD et les salafistes Istiqlaliens, politiques et d’autres, (pour ces derniers il y a le Zakat, ce qui est proposé est différent et c’est laïc).

Il ne faut en faire des marocains des mendiants, des nécessiteux et porter atteinte à la dignité des démunis et ceux qui se trouvent dans des situations précaires. Ils ont des droits comme ils ont des responsabilités, et à chacun d’honorer son contrat, base de tout gouvernement démocrate et de tout citoyen.

Or, le gouvernement veut convaincre les marocains de sa politique d’austérité lorsqu’on remarque Benquiqui juguler et fustiger les caisses de compensation et de la retraite, lorsque seulement 13,1 % de la population (vivant en dessous de la pauvreté) bénéficient de 257 dirhams par personne et par an de la subvention du gaz butane. Alors que les couches les plus favorisées, lesquelles représentent près de 30%, bénéficient de 585 dirhams par personne et par an.

Quant au sucre, le quintile le plus défavorisé (13,4%) bénéficie de 106 dirhams par personne et par an, contre 229 dirhams pour le quintile le plus favorisé (29%). Pour ce qui est de la consommation de la farine, les couches les plus défavorisées (11,1% du total) bénéficient de 59,2 dirhams par personnes et par an contre 166 dirhams au profit du quintile le plus favorisé (31,2 %).
Il paraît clairement que ce sont les riches qui tirent profit de la manne étatique. En termes plus simples, l’État prend en charge 2,7 dirhams sur le litre de l’essence, 3,9DH/l du gasoil, 2 371 dh/tonne du fuel (numéro 2), 3 463 dh/T du fuel pour l’électricité, 4 525 dh/T du fuel spécial.

L’État paye à la place du consommateur 83,72 dirhams pour une bouteille de gaz de 12 kilogrammes, écrit Mohammed Mounjid. Il devient légitime de se demander pourquoi ne pas annuler complètement la Caisse de Compensation qui favorise plus les aisés que les pauvres et si on ciblait les 52 milliards de dirhams en 2011 vers les nécessiteux et distribuer ses fonds directement on assurerait une moyenne de 866.67 DH par mois pour 5 millions de marocains.

Or il faut recourir au model Brésilien ou Indonésien ou autres.

La leçon qu’on peut retenir du ‘le Printemps Arabe’, c’est que l’Insurrection militaire n’est organisée que par une poignée limitée d’Officiers éphémères. Une fois détenue c’est la décapitation et la fin du mouvement comme le cas au Maroc des années 70. Mais l’insurrection sociale n’a pas seulement une tête mais plusieurs et sont remplaçables que l’exemple de Daech et de Qaeda en témoigne. Une tête vaut une autre, ils sont tous des généraux et il n’y a pas de soldat, sauf des combattants et des militants…

C’est ce qui doit unir tous les marocains, gouvernement et citoyens, à travailler ensemble pour combattre l’obscurantisme et remédier les problèmes de la précarité.


Tagué : Ben Kirat

               Partager Partager