Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


Khalid Ibrahim Khaled - Polisario Confidentiel - publié le Mardi 2 Juin à 18:22

Le Polisario déprimé par l’initiative de l’Union des Avocats Arabes



Des sources bien informées dans les camps de Tindouf assurent que le chef du Polisario a été très secoué par l’initiative de l’Union des Avocats Arabes de délocaliser la dernière séance du congrès de l’UAA, en la transférant dimanche de la ville d’Agadir, sur la côte Atlantique du Maroc vers Laayoune, chef-lieu du Sahara occidental.



Le Polisario déprimé par l’initiative de l’Union des Avocats Arabes
Une décision à forte charge symbolique en faveur de l’unité territoriale du Maroc, qui a été montée en épingle par la démarche de l’UAA de demander aux Etats arabes de défendre la cause du Maroc « au sein de toutes les instances internationales ».

Il s’agit d’un coup dur pour le mouvement indépendantiste sahraoui et pour l’Algérie, son principal soutien diplomatique et militaire, selon les mêmes sources. Un revers d’autant plus amèrement ressenti par le Polisario et l’Algérie qu’il fait suite à une série de déboires au niveau international.

Le dernier échec en date est celui essuyé en avril dernier au Conseil de sécurité de l’ONU. Les 15 membres de l’organe onusien avaient adopté une résolution qui ignore les revendications de l’Algérie et du Polisario pour l’élargissement du mandat de la Minurso.

A cela s’ajoute l’incapacité chronique de l’Algérie et du mouvement indépendantiste sahraoui à réaliser la moindre percée au niveau arabe. Un espace qui est demeuré résolument hermétique au projet algérien de créer un sixième Etat au Maghreb. L’Algérie rencontre la même infortune au niveau international, où aucune grande capitale dans le monde ne semble prête à accorder le moindre crédit à une république du Sahara.

Aucun des membres permanents du Conseil de sécurité n’adhère, non plus, au projet d’un Etat sahraoui sous le contrôle du front Polisario, un mouvement aux structures staliniennes qui vit encore sur les souvenirs des années 60 et 70. Pire encore, les grandes capitales considèrent que le soutien de l’Algérie au mouvement indépendantiste sahraoui contribue au maintien d’un climat d’instabilité dans une région particulièrement vulnérable.

Cette analyse a gagné en pertinence avec la prolifération des groupes séparatistes et djihadistes au Mali et dans la région du Sahel et du Sahara, et l’enlisement de la Libye dans une situation de chaos.

Source : http://polisario-confidentiel.com/1262-le-polisari...

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus