Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Abdelkarim Chankou - publié le Lundi 24 Décembre à 12:46

Le PJD et la tentation d’acheter les communales de 2013




Le parti de la justice et du développement (PJD), le chef de file de la majorité gouvernementale actuelle, aime claironner chaque fois qu’il en a l’occasion qu’il est contre l’achat des voix lors des élections. Soit ! On ne peut qu’applaudir cette posture honorable. Mais quand on examine la démarche de ce parti islamiste qui abuse de l’art de la rhétorique politicienne si bien qu’il est difficile de le prendre en faute tant il trouve toujours des excuses on constate que quand il s’agit de monnayer des voix indirectement il ne dit pas non.



Exemple de ce double langage : l’annonce par l’un de ses ministres en faction aux affaires générales et la gouvernance, Najib Boulif, de lancer les premières opérations de versement d’aides pécuniaires directes aux ayants droit  au premier trimestre 2013 avec les premiers transferts dès le mois de juin suivant (Vieeco N° 4683 du 21 au 27 décembre). Or en mai 2012, le chef du PJD et du gouvernement, Abdelilah Benkirane,  a pesé de tout son poids pour que sa majorité accepte la date de juin 2013 pour organiser les communales. Dès lors l’on saisit l’objectif recherché par le PJD ; à savoir de faire coïncider la distribution de pécules aux pauvres et ce scrutin communal qui revêt un caractère désormais fondamental ; dans ce sens que la nouvelle constitution et la régionalisation avancée ont donné des pouvoirs quasi régaliens aux futurs présidents des conseils provinciaux, préfectoraux ou régionaux qui pourront aussi bien passer des marchés publics que de signer des ordres de paiement.

Autrement dit, le PJD attend des ayants droit aux aides pécuniaires prévues pour compenser le projet d’envoyer à la casse le système actuel de la caisse de compensation de lui renvoyer l’ascenseur en votant pour les candidats locaux du  grand bienfaiteur qui pense à eux. Machiavélique ! Et ce qui l’est le plus c’est le silence des partis de la majorité qui connaissent ce but inavoué du PJD mais n’osent pas le dénoncer publiquement de peur de fragiliser l’actuelle coalition qui leur a distribué des strapontins qu’ils ne sont pas très sûrs de retrouver en cas de Législatives anticipées. Quant à l’opposition ou ce qui en reste elle se contente de réclamer le retardement de la date des communales mais  sans dire pourquoi. Ils ne veulent tout simplement pas mécontenter les grands manitous de la Banque Mondiale qui tiennent mordicus à ce que la caisse de compensation soit supprimée et fissa, et pour une fois qu’ils ont trouvé un parti politique docile et qui applique leurs directives à la lettre ils risquent, en effet, de voir d’un très mauvais œil toute source de nuisance pour le PJD. Amie comme adversaire.



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles