Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


Leila Assam - Lemag - publié le Lundi 21 Avril à 20:28

Le Monde: Après l'élection de Bouteflika, le FLN réclame son dû



Algérie : Après la réelection d'Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat, le Front de libération national (FLN) qui a été « la locomotive » de la victoire du président sortant à l'élection présidentielle, selon les propos, dimanche 20 avril, de son secrétaire général, Amar Saadani, réclame son "dû"; souligne Le Monde.



Amar Saadani - Ph. Le Monde
Amar Saadani - Ph. Le Monde
"La bataille pour la succession du chef de l'Etat, malade, au sein même du clan présidentiel traversé par plusieurs courants, commence sans doute ici. Trois jours après le scrutin du 17 avril" souligne Isabelle Mandraud, envoyée spéciale du quotidien Le Monde, à Alger.

En effet, le parti réclame la place de premier ministre dans le futur gouvernement, sinon celle de vice-président. Toutefois, pour apaiser les tensions apparues pendant la campagne, le FLN prône la création d'un véritable statut pour l'opposition inscrite dans une future Constitution appelée à être « consensuelle », souligne toujours la même source.

Faisant allusion aux récentes déclarations Ali Benflis, arrivé en deuxième position avec un peu plus de 12 % des voix, et qui a crié à la fraude et clamé haut et fort qu'il ne reconnaissait pas l'élection et donc la légitimité de ce pouvoir, Saadani a souligné: « Ceux qui parlent de fraude le font pour masquer leur échec ».

Quant à la violente répression dont ont été victimes les militants de Barakat [“Ça suffit”, un collectif né pendant la campagne], lors d'une tentative de rassemblement le 16 avril à Alger, le chef du FLN a vivement répliqué : «Est-ce que ce mouvement est agréé ? Qui est derrière ? Barakat en Égypte et en Algérie, est-ce que ce ne sont pas des jumeaux ?» Puis, poursuivant : « Celui qui veut importer le printemps arabe en Algérie ne connaît pas bien l'Algérie.»

Le Monde rappelle qu'aucune condamnation n'est venue sur les attaques virulentes, comparables à de véritables appels au lynchage, qui ont ciblé des figures de Barakat dans certains médias considérés comme proches du pouvoir.

Finalement, lors de cette conférence de presse, un journaliste s'est levé pour demander à quel moment Abdelaziz Bouteflika s'adresserait aux Algériens pour leur parler et les remercier, la réponse a fusé : « C'est le peuple qui a félicité le président ! », rapporte l'envoyée du quotidien français.

               Partager Partager


Commentaires

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus