Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Abdellatif Chamsdine - publié le Lundi 7 Avril à 23:35

Le Maroc est-il son image ?






Abdellatif Chamsdine
Abdellatif Chamsdine
Propos vulgaires et insultants attribués récemment à un ambassadeur français¹,  démentis par la suite par le quai d’Orsay ; plainte contre le chef du contre-espionnage marocain en réunion importante à Paris ; fouille du ministre des Affaires extérieures marocain transitant par l’aéroport de Roissy ; propos racistes contre la communauté marocaine par le populiste hollandais ; touriste revenant d’un séjour au Maroc et déclarant à son arrivée sur le sol français qu’elle revient à la civilisation … Il est inutile de continuer à lister ces exemples indignes.

Partout et à tous les niveaux,  les Marocains ont ressenti ces insultes et agressions récentes jusqu’au plus profond de leur être. Certes, les nombreuses réactions et mises au point des politiques, de la société civile et des intellectuels marocains de la Diaspora en particulier, ont réduit les tensions et apaisé les cœurs blessés malgré tout pour longtemps par ces humiliations répétées, mais les esprits continuent de s’interroger. La raison patriotique est interpelée : c’est ainsi que l’on voit le Maroc à l’extérieur de ses frontières ? Comment dès lors expliquer une telle image mentale dans l’imaginaire collectif étranger ? Quel rapport a-t-elle avec la réalité du Maroc ?  

Nous sommes dans l’ère de l’image. Celle-ci est partout et elle tend à se substituer dans bien des cas à la réalité. Ainsi, les Nations et les Etats qui ont le plus évolué  sont ceux qui ont pris très vite conscience des enjeux  liés à la maîtrise de ce puissant outil de communication et de manipulation que constitue l’image. La seconde Guerre mondiale en est la parfaite illustration. La propagande a joué dans ce conflit un rôle essentiel.  Les Alliés aussi bien que les nazis ou les fascistes ont tous compris l’efficacité d’une telle arme, et l’ont chacun utilisé pour tromper l’ennemi.

Aujourd’hui le monde n’est plus en guerre dans le sens traditionnel du terme. Cependant l’image continue d’être utilisée par les médias comme une arme redoutablement efficace. De l’affiche de  propagande en passant par la télévision, le cinéma ou la peinture, l’image remplace l’idée, fait l’opinion et peut facilement induire en erreur, manipuler les esprits.

Les Nations policées travaillent donc à soigner leur apparence. Elles travaillent à construire, entretenir et maîtriser leur image : les USA, l’Europe, La Russie, les pays asiatiques … contrôlent l’image qu’ils donnent d’eux au reste du monde. Ils veillent farouchement à ce que cette image soit perçue à l’intérieur comme à l’extérieur positivement, même si la réalité à laquelle elle renvoie peut être différente. L’essentiel est ce que les gens perçoivent. L’essentiel c’est ce que véhicule l’image dans l’imaginaire de l’autre. Peu importe son rapport à la réalité, à la vérité. Aujourd’hui plus qu’hier, l’habit ne fait pas le moine².

Comme toute Nation fière et veillant jalousement à son honneur, les Marocains et Le Maroc doivent tenir compte de l’image qu’ils donnent d’eux et de leur patrie. Dans le règne de l’image, donc de l’apparence, le respect découle non pas de ce que l’on est réellement, mais de l’image que l’on donne de cette réalité. Un exemple parmi tant d’autres : l’histoire récente du Belge d’origine marocaine qui a été refusé à la proposition d’un emploi sous son vrai nom marocain, et qui a été accepté sous un nom belge. Ce seul exemple montre très clairement le pouvoir exercé sur l’opinion par l’image collée à une Nation, image qui peut décider du sort des hommes. On peut aussi citer le cas des films qui montrent systématiquement les arabes et les noirs dans des rôles secondaires ou négatifs, jusqu’à très récemment. Depuis le 11 septembre 2001³, les images de l’effondrement des deux tours américaines ont associé dans l’imaginaire collectif mondial l’Islam et les Arabes au terrorisme. Ce qui a eu pour effet d’occuper les Arabes et les Musulmans à passer leur temps à se justifier, pendant que les autres Nations progressent dans la recherche et la connaissance creusant ainsi davantage les écarts.

La puissance et le danger de l’image comme arme de destruction des cultures et des civilisations n’est, hélas, plus à démontrer. Cette vérité doit être enseignée aux jeunes en particulier, et au peuple. Elle doit être intégrée comme une précaution vitale par tous les Marocains conscients de l’enjeu, à savoir l’intérêt suprême de la Nation et la patrie.

Le Maroc vaut au moins mille trois cents⁴ fois mieux que l’image que ses ennemis tentent en vain de donner de lui. Est-il besoin de le rappeler. Ses nombreux atouts historiques et naturels, son ouverture d’esprit, son élégance, sa population et sa culture diversifiées, son pragmatisme, son expertise, ses réformes politiques, économiques et sociétales, son engagement irréversible vers l’Etat de droit sous l’impulsion de SM Mohammed VI, sont sa force et font de lui un Etat de référence dans le continent africain et un allié de poids pour les puissances occidentales. Cela se vérifie quotidiennement.

Tout n’est cependant pas parfait, on le sait. Nous ne versons pas non plus dans l’autosatisfaction et l’angélisme. Mais les efforts pour un développement durable dans un Etat de droit sont bien réels et reconnus par les experts internationaux. Ainsi, tous les Marocains, chacun à son niveau, doivent promouvoir et défendre une image patriote du Maroc : l’Etat et les représentations diplomatiques bien évidemment, mais aussi la société civile et les citoyens,  juifs, chrétiens, musulmans, amazirs, arabes, andalous, saharo-hassanis, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières. L’éducation nationale, là aussi, doit avoir les moyens pour jouer pleinement son rôle essentiel comme le lui demande sans cesse SM Mohammed VI. Il faut éduquer la jeunesse marocaine et le peuple à l’image et à sa véritable fonction. C’est une arme psychologique moderne dévastatrice. Les guerres du début du XXI siècle ont été menées et gagnées par la maîtrise de l’image. Et ce n’est que le début. En témoignent les expérimentations des hologrammes dans certains  aéroports internationaux et notamment à Orly en France⁵.

Les Marocains ne peuvent plus continuer à ignorer,  négliger l’impact, la puissance et le pouvoir de l’image. Sauf à scier la branche sur laquelle ils sont assis, c’est-à-dire, contribuer à détruire, et se détruire avec, le pays historique auquel ils s’identifient, qui les rassemble, les abrite et les protège.

Le linge sale se lave en famille.


¹ « Le Maroc est une maitresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux, mais qu’on doit défendre ».
² Expression d’origine latine datant du XIIIe siècle signifiant qu’il faut s’abstenir de juger par les apparences souvent trompeuses. L’mage a donc cette faculté de tromper. L’expression rappelle ainsi un fait historique : en 1297, François Garimaldi et ses compagnons d’armes se sont déguisés en moines franciscains pour s’emparer par la ruse de la forteresse bâtie sur le rocher monégasque. Ce fait est rappelé sur les armoiries de Monaco. Cette expression fait échos également au cheval de Troie utilisé par les Grecs pour détruire la cité imprenable.
³ Plusieurs vidéos publiés sur YouTube tentent de démontrer la manipulation de l’opinion publique mondiale et dénoncent un complot. On y voit notamment des images falsifiées ou censurées.
⁴ La Nation marocaine existe depuis 13 siècles.
Hologrammes à Paris-Orly

Abdellatif Chamsdine
Diplômé de 3ème cycle Université Paris7 Jussieu
Ancien professeur Assas-Sorbonne Paris II
Ancien professeur référent ESSEC
Professeur de Lettres en exercice au lycée Jules Verne.



               Partager Partager


Commentaires