Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Mohamed SIHADDOU - publié le Mercredi 11 Mai à 00:00

Le Maroc 2030 : entre 'mondialisation' et 'Prévisions astrologiques'




Mohamed SIHADDOU * - Le Haut Commissaire au Plan nous surprend encore une fois par sa présence médiatique dans un forum intitulé : « le Maroc 2030 : Environnement Stratégique et Economique » organisé conjointement avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).



Les analyses théoriques et les « prévisions astrologiques » ne manquent pas pour ces réunions mondaines où on essaie de lire dans l’avenir d’un pays dont on ne maîtrise pas son présent.

Le Haut Commissariat au Plan n’a du Haut apparemment que son nom puisqu’à ce jour cette institution est incapable de nous fournir une radioscopie claire et un diagnostic détaillé de l’état socio-économique actuel du pays. Les sources à ce sujet sont souvent extraites des études globales des Organisations Internationales et non Gouvernementales.

L’organisation de ces manifestations est certes utile pour des pays développés où toutes les institutions sont transparentes dans l’acquisition et la publication des données socio-économiques et rigoureuses dans le respect des échéances de la planification programmée. Pour les pays sous-développés oh pardon! en développement comme le Maroc, ces rencontres savantes organisées manquent d’objectivité scientifique et d’ailleurs ses conclusions ne sont jamais suivies d’effets et se trouvent condamnées comme pour les précédentes aux archives.

Il est aisé, comme le fera tout bon théoricien, de projeter des prévisions à partir des données fiables en prenant en compte les aléas conjoncturels naturels et humains (sécheresses, catastrophes, conflits, guerres…) qu’on ne peut et qu’on ne sait pas maîtriser dans les sciences sociales et humaines. Cependant, pour un pays comme le Maroc ces données socio-économiques indispensables pour toute projection prévisionnelle ne sont pas totalement disponibles et/ou imprécises.

On relève dans la presse que les éminents participants à ce forum se sont accordés à souligner l’importance « incontestable » des groupements régionaux pour le devenir du Maroc, puisque selon eux le socio-économique est étroitement lié au géopolitique. Qui peut dire le contraire à ce sujet puisque tous les groupements économiques régionaux qui existent se sont constitués sur des fondements géopolitiques. Cependant il existe des exceptions, et à cet égard on peut citer des Etats et même des Micro-Etats qui sont politiquement autonomes, économiquement développés et influents sur la scène économique et politique internationale sans faire parti d’un quelconque groupement régional de grande importance.

Monsieur le Haut commissaire insiste sur la nécessité pour le Maroc de se situer dans la mondialisation, par rapport aux grandes configurations régionales riveraines, tels que l’Europe, le Maghreb, l’Afrique et le Monde Arabe. Il est vrai que la position géographique du Maroc est un avantage naturel pour l’intégration et lui permet d’être un acteur actif dans ces ensembles empiriques. Cependant la géographie absolue n’est pas valable à l’heure de la mondialisation et de la globalisation. La disparition des frontières des grands ensembles géopolitiques, la montée en puissance de la Chine et de l’Inde et les accords de libre-échange (mondialisations des échanges entre les états des différents continents), l'impact des nouvelles technologies de l’information, de la communication et de l'économie du savoir est un constat d’échec de cette vision géopolitique classique.

La prospective globale et la prévision des évolutions probables de l'économie marocaine est possible dans la mesure où elle ne concerne que des scénarios de l'évolution de notre environnement économique régional proche (Europe, Méditerranée, Maghreb, Afrique), par rapport aux grandes tendances de la géostratégie mondiale des grandes puissances économiques existantes et montantes.

La programmation d’une planification réussie à moyen terme et les choix stratégiques d’un développement durable maîtrisé d’une nation comme le Maroc ne peut se faire seulement sur la base des scénarios élaborés mais nécessairement sur la base des données socio-économiques fiables du pays et de la bonne gouvernance.

* Ingénieur en Télédétection Aérospatiale


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles