Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Reuters - publié le Samedi 2 Août à 09:00

Le Hamas dit ignorer le sort d'un soldat israélien disparu



Gaza/Jerusalem - La branche armée du Hamas a revendiqué samedi l'embuscade tendue vendredi dans le sud de la bande de Gaza mais dit tout ignorer du soldat israélien qui, selon l'armée israélienne, aurait été enlevé lors de cette opération et dément avoir violé le cessez-le-feu, arguant avoir agi avant le début de celui-ci.



Israël a annoncé vendredi la disparition du sous-lieutenant Hadar Goldin, 23 ans, et accusé le mouvement palestinien d'enlèvement et de violation d'une trêve humanitaire de 72 heures entrée en vigueur dans la matinée.
 
Le cessez-le-feu n'a duré que 90 minutes. L'Etat hébreu a repris ensuite ses bombardements sur le territoire, tuant au moins 150 Palestiniens et en blessant des centaines d'autres.
 
Au lever du jour samedi, le système antimissiles Dôme de fer a intercepté deux roquettes tirées par les groupes palestiniens sur le secteur de Tel Aviv et une troisième au-dessus de Beersheba.
 
Le Hamas dit avoir effectué des tirs de roquettes à longue portée vers Haïfa et Tel Aviv mais aucune frappe sur ces villes israéliennes n'a été rapportée.
 
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a convoqué samedi son cabinet restreint en réunion extraordinaire et averti les factions palestiniennes qu'elles subiraient "les conséquences de leurs actes".
 
Dans un communiqué, les brigades Kassam expliquent rencontrer des difficultés de communication avec les activistes qui opéraient dans le secteur du sud de la bande de Gaza où le sous-lieutenant a été porté disparu par Tsahal.
 
"Nous avons perdu le contact avec le groupe de combattants qui a participé à l'embuscade et nous pensons qu'ils ont tous été tués dans le bombardement (israélien). En supposant qu'ils avaient réussi à capturer le soldat pendant les combats, nous estimons que (le soldat) a également été tué dans l'incident", dit ce texte.
 
DIVERGENCE SUR L'HEURE DE L'EMBUSCADE
 
L'embuscade aurait eu lieu à 07h00 (04h00 GMT), ont poursuivi les brigades Kassam, ajoutant ne détenir "aucune information sur le soldat disparu ni sur les circonstances de sa disparition".
 
Selon le récit de l'armée israélienne, une heure et demie après le début de la trêve à 09h30 (06h30 GMT), des soldats de Tsahal qui cherchaient à localiser des tunnels ont été attaqués dans le sud du territoire palestinien.
 
"Des terroristes ont surgi de dessous la terre. L'un au moins était un kamikaze qui a fait sauter la charge qu'il transportait. Il y a eu un échange de tirs", a déclaré le lieutenant-colonel Peter Lerner, un porte-parole de l'armée. Il a fait état de deux soldats israéliens tués. "Selon les premières informations, un soldat a été enlevé par les terroristes", a-t-il ajouté. Mark Regev, porte-parole de Benjamin Netanyahu, a par la suite accusé le Hamas d'enlèvement.
 
Entré en vigueur à 08h00 (05h00 GMT), au 25e jour du conflit, le cessez-le-feu de trois jours, annoncé jeudi soir par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et le secrétaire d'Etat américain John Kerry, devait permettre l'ouverture au Caire de négociations entre Israéliens et Palestiniens sur une solution de long terme.
 
"Nous informons les médiateurs qui ont participé à la mise en place du cessez-le-feu humanitaire de notre accord pour effectuer une trêve dans les villes sionistes et les colonies mais nous ne pouvons pas cesser de combattre contre les troupes (israéliennes) qui poursuivent des opérations et se déplacent continuellement dans la bande de Gaza", a déclaré la branche armée du Hamas.
 
Au Caire, un haut responsable du ministère des Affaires étrangères a assuré que les discussions seraient malgré tout lancées dimanche, l'Egypte espérant que les deux parties cesseront les hostilités avant le début des négociations.
 
PLUS DE 1.600 MORTS
 
Au total, 1.592 Palestiniens, pour la plupart des civils, ont été tués et 7.000 blessés depuis le 8 juillet, début de l'opération "Bordure protectrice", qui a débuté par une campagne de bombardements avant d'entrer le 17 juillet dans une phase terrestre.
 
Soixante-trois militaires israéliens ont été tués et plus de 400 blessés. Trois civils ont été tués en Israël par les roquettes palestiniennes. Le nombre de morts palestiniens est désormais supérieur à ce qu'il était lors du dernier grand conflit entre Israéliens et Palestiniens qui a fait plus de 1.400 morts en 2008-2009.
 
Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a déclaré que le cessez-le-feu proposé par son pays constituait une "réelle chance" de mettre fin aux combats dans la bande de Gaza et qu'une perte de temps ne pouvait que compliquer la situation.
 
Barack Obama a appelé à la libération sans condition du soldat israélien et estimé que le rétablissement de la trêve allait être "très difficile" à réaliser après les événements du jour. Ban Ki-moon a également condamné la violation de la trêve imputée aux islamistes et demandé la libération du soldat.
 
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a dit avoir demandé l'intervention du Qatar, qui est proche du Hamas, et de la Turquie pour aider à retrouver le militaire.
 
A Washington, la Chambre des représentants a approuvé à une quasi-unanimité le déblocage de 225 millions de dollars en urgence pour financer le système Dôme de fer.
 
John Kerry a demandé à la communauté internationale de "redoubler d'efforts pour que disparaissent les tunnels (entre Gaza et Israël) et que cessent les attaques de roquettes des terroristes du Hamas contre le territoire israélien, les souffrances et la mort de civils." 

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara