Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - publié le Vendredi 25 Mars à 10:38

Le 13è Festival international des nomades à M'hamid El Ghizlane célèbre un héritage culturel transcendant les barrières linguistiques et géographiques




Errachidia - La 13è édition du Festival international des nomades, qui s'est tenue du 18 au 20 mars à la M'hamid El Ghizlane (province de Zagora), a réuni des troupes artistiques en provenance de plusieurs pays du monde qui participent chaque année à cet événement en hommage à un héritage culturel unique qui transcende les barrières linguistiques et géographiques.



Le festival a connu cette année la participation d'un florilège d'artistes et de groupes de musique au talent avéré représentant moult courants musicaux comme le "Blues Touareg", "afro Blues", la "musique viking" de la Norvège, le Flamenco, le groupe de rock Terakaft, le groupe ''Mnat Azwan'' et Said Cherradi de la musique hassanie, ainsi que l'artiste populaire Saïd Senhaji et le groupe Tinariwen El M'hamid.

L'événement a été ponctué par une exposition des produits d'artisanat et de terroir tels le henné, les dattes, les roses, le miel et l'argan, une exposition d'art plastique, des ateliers de calligraphie arabe et des rencontres avec une pléiade de créateurs, poètes, romanciers, critiques et historiens.

Les organisateurs se sont félicités que le festival ait réussi à atteindre ses objectifs, à savoir renforcer la culture de coexistence, consolider la pluralité artistique et culturelle et promouvoir le rayonnement touristique de la ville.

Cette manifestation ambitionne de contribuer à la préservation de la mémoire des nomades, leurs traditions et leur legs socioculturel qui fait partie intégrante du patrimoine culturel national, a indiqué le directeur du festival, Noureddine Bougrab, dans un entretien à la MAP. 

Le festival constitue un véritable levier de développement local puisqu'il contribue à la promotion de l'industrie culturelle et artistique dans la ville et à la valorisation du legs culturel des nomades, a-t-il expliqué, ajoutant que l'édition de cette année a rassemblé des artistes, musiciens, poètes et intellectuels de plusieurs pays du monde, qui ont gratifié le public de prestations de qualité dans différents registres musicaux (blues, jazz, musique populaire, hassanie, musique du monde).

Grâce à la conjugaison des efforts des organisateurs et des partenaires (société civile, autorités locales et autres institutions), le festival a acquis un rayonnement international conforté par la présence de dizaines d'artistes étrangers tout au long des éditions précédentes, a-t-il fait valoir, ajoutant qu'il s'agit de promouvoir la culture locale de l'oasis M'hamid El Ghizlane et d'en faire un tremplin pour le développement de toute la région de Drâa-Tafilalet.

Relevant le rôle prépondérant du festival dans le développement de l'économie touristique en plein essor à la région Drâa-Tafilalet, M. Bougrab a mis en avant les atouts touristiques, naturels et culturels de l'oasis M'hamid El Ghizlane qui, conjugués à la réputation mondiale du festival international des nomades, permettront de drainer davantage d'investisseurs et de touristes.

La valeur ajoutée de cette 13ème édition consiste dans la volonté affichée par les organisateurs de renforcer l'ouverture à la recherche académique à travers le lancement de la première édition du Forum des nomades dans le but d'approfondir le débat autour de la culture locale et d'exhorter les responsables des établissements universitaires à s'ouvrir davantage à la culture locale en l'intégrant dans leurs programmes d'étude et de recherche, a-t-il expliqué.

Outre son caractère culturel et spirituel, cet événement est aussi l'occasion, selon le directeur du festival, de promouvoir le produit touristique des provinces du sud auprès des touristes mélomanes férus de musiques du monde et animés par le désir de découvrir la culture marocaine millénaire et, en particulier, le mode de vie des nomades dans les provinces du sud du Royaume.

Les organisateurs cherchent ainsi, a-t-il ajouté, à mettre en valeur les atouts naturels et culturels de ces contrées et faire connaître davantage certains aspects du mode de vie des nomades (les us et coutumes, les habits traditionnels, la gastronomie, les jeux, la musique) à travers l'organisation d'activités parallèles comme des expositions des produits de terroir, des tables rondes, ateliers, sessions de formation, des soirées artistiques et poétiques, des courses de dromadaires et des tournées touristiques dans les provinces du sud.

Le festival international des nomades offre aux participants un espace propice pour développer des idées et des projets créatifs au service du développement local, mais il a aussi pour vocation de promouvoir les valeurs de la tolérance et de la pluralité culturelle, a-t-il conclu.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».