Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



khalid benslimane - publié le Mardi 8 Mars à 00:14

Le 08 mars et je m'en fous !






khalid benslimane
khalid benslimane
Si, selon le principe du déterminisme, les mêmes causent mènent très souvent aux mêmes effets, alors  les mêmes arrières pensées mènent certainement aux mêmes opinions lorsque il s’agit de se donner bonne conscience  sans vouloir réellement bousculer l'ordre établi des choses.

Ah la femme ! En voila une noble cause qui fait beaucoup d’effet sur l’homme dont un bon nombre de représentants vont  militer pour et l’autre mauvais nombre contre...tout contre même d’après Sacha Guitry,  faisant que les deux chemins,  antagonistes, trouvent leur point de convergence  en cette mystique journée du 08 mars qui s’en vient cristalliser toutes les attentes des femmes dans la portion congrue d’une date.

Une journée  où l’on s’est empressé de jeter, pêle-mêle,  toutes sorte de doléances fémino-féministes, un peu comme on jetterait des grigris concoctés par le Fqih du coin  dans le grand brasero d’un droit jalousement gardé par les cerbères du genre masculin.

Bon déjà il faudrait  se mettre d’accord. Est-ce la journée de la femme ? La journée des femmes ? La journée des droits des femmes ?
 
D’aucuns trouvent déjà à en redire (pas moi rassurez vous...je gobe tout chez la femme...euh les femmes...bref,  le genre féminin) à propos de cette tergiversation syntaxique, car il paraîtrait que « le singulier aurait pour effet pervers d’essentialiser une forme de féminin.  Comme s'il existait une essence du féminin sur lequel s'ancre tout un imaginaire collectif assez puissant » : la femme, pour ceux là, serait donc fatale, perverse, etc. Les femmes étant multiples, il faudrait donc utiliser le pluriel.
 
Pour d’autres, l'usage du pluriel contribue à démonter les stéréotypes liés au genre. « On s'est battu très fort contre "la" femme. On avait réussi à ce que cela ne se dise plus, mais c'est très enraciné, cette expression revient. Or la femme, cela n'existe pas, c'est une représentation inventée par les hommes. Aussi, dans cet optique, quand on dit la 'journée de la femme', cela fait un peu fête des mères »
 
Et côté représentation, au-delà du lexical, dites vous bien qu’en réalité, lorsque un homme parle de « la » femme c’est qu’il parle de toutes les femmes en général et que lorsque il balance à tout va ses « les femmes »,c’est qu’il pense à une femme en particulier.
 
On est le 08 mars et je m’en fous plus précisément de cette journée que de la femme car le meilleur moyen d’occulter une chose 364 jours par an est de lui consacrer ,en aumône, une journée commémorative que beaucoup fêteront à la manière de la st valentin ou de la fête des mères.
 
Une journée casée entre la journée de la paix et la journée de la plomberie…indécent  n’est-il pas ?
 
N'est-ce pas là une nouvelle façon de spolier la femme, les femmes et le genre féminin du droit fondamental d’une reconnaissance s’inscrivant dans la durée? Parce que, entre nous, 24 heures chrono c’est pas énorme lorsque même le cheval jouit d’une semaine…de quoi piétiner à gros sabots de longues décennies de luttes et rendre hystérique  toute une génération de féministes échevelées.
 
Nous sommes le 08 mars, je m’en fous de cette journée mais jamais de la femme, puisque c’est d’elle que je descends !



               Partager Partager