Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Stéphane Richard : Orange étudierait un rachat de Canal+ en cas de... | via @lemagMaroc https://t.co/hBzYztbJ0I https://t.co/oNgFfGqDnb



Keziah Ridgeway - publié le Vendredi 6 Septembre à 16:02

Lady Gaga et les musulmans : pas forcément une histoire qui finit mal






Lady Gaga et les musulmans : pas forcément une histoire qui finit mal
Philadelphie – Après quelques apparitions publiques, vêtue d’une burqa (voile intégrale qui recouvre le corps, le visage et les yeux) transparente, Lady Gaga semble décidément vouer une fascination pour cette tenue, qui fait l’objet d’une de ses nouvelles chansons, intitulée Burqa (Aura) - qui n’a pas été encore lancée officiellement.

La chanteuse a déclenché une controverse : sa référence à la burqa rappelle les préjugés raciaux et la caractérisation sexuelle de l’orientalisme. Un débat, animé par Dena Takruri, organisé par Huffington Post Live a d’ailleurs récemment abordé ces thèmes.

Au fond, Lady Gaga a le droit de porter la burqa et de chanter une chanson à ce propos, mais elle doit tenir compte du fait que les libertés artistiques qu’elle s’octroie rabaisse toute une communauté. Néanmoins, malgré le mécontentement de certains musulmans, la chanteuse peut encore devenir une alliée des musulmanes. Artiste engagée, elle soutient de nombreuses causes.

En tant qu’Afro-américaine musulmane, je me méfie beaucoup de l’exploitation artistique de symboles culturels ou religieux. Dans le cas qui nous intéresse, des millions de fans se sont précipités sur Twitter, la semaine passée, pour afficher leur « burqa haute couture », comme si ce voile intégral était un déguisement et non un symbole de dévotion religieuse. Adultes comme adolescentes ont posté des photos d’elles-mêmes, une serviette de bain sur la tête, avec le commentaire #BurqaSwag (déguisement burqa), sans se rendre compte de la connotation négative de leurs remarques, qui évoque le surnom injurieux de « towel head » (enturbanée) donné aux Arabes et aux musulmanes en Amérique. Même si en l’occurrence, les fans de la chanteuse s’amusent innocemment, elles me font néanmoins penser aux gens qui, à Halloween, se noircissent le visage pour se déguiser.

Par ailleurs, la sexualisation de la burqa tend à dévaloriser les femmes qui la porte pour des raisons religieuses et – étant donnée la célébrité de Lady Gaga – la tenue revêt une connotation qui prime sur son sens premier, ou le lui enlève. Ce phénomène évoque pour moi le mouvement de l’orientalisme, et sa vision sexualisée et dégradante de l’Orient et des Arabes - que les Européens considérait comme adéquate, étant donnée qu’elle émanait d’intellectuels ou d’explorateurs célèbres.

Certaines personnes trouvent qu’au contraire, la chanson de Lady Gaga permet d’attirer l’attention sur la cause des musulmanes à qui l’on impose de porter la burqa . Je suis la première à encourager la solidarité avec mes coreligionnaires en difficulté, mais il faut faire attention à ne pas généraliser. La chanteuse américaine devrait faire une distinction claire entre les femmes qui sont forcées de porter le voile intégral et celles qui choisissent de le faire - et éviter par là même de perpétuer le cliché de la femme musulmane opprimée.

Lady Gaga est connue pour défendre les droits de la femme. Elle a dit dans une interview : « on nous inculque une certaine façon de percevoir les femmes. Dans mon travail, je rejette cette perception visuellement et musicalement … Le poids de la sagesse des femmes, ça c’est la tendance qu’il faudrait lancer !».

La chanteuse milite également pour les droits de diverses minorités – telle que la communauté LGBT (ou non hétérosexuelle). Elle déplore leur oppression et imprègne ses chansons de messages concernant les problèmes politiques ou sociaux liés à ces groupes.

Lady Gaga a peut-être voulu prendre une initiative qui valorise les musulmanes avec Burqa (Aura). Mais cette nouvelle chanson a eu l’effet contraire : elle semble plutôt rabaisser, railler et sexualiser la tenue portée par certaines femmes musulmane. Il est vrai que le contexte fait le tout, et le public, quant à lui, n’aide pas vraiment à déchiffrer le véritable message que la pop star essaie de transmettre.

En prenant à cœur les inquiétudes de nombreux musulmans, Lady Gaga pourrait agir de manière décisive pour sa carrière et se montrer solidaire des musulmanes. C’est le moment où jamais de saisir l’occasion.

Elle pourrait promouvoir des images qui vont à l’encontre des préjugés sur la burqa et sur les musulmanes, ou encore lancer un débat public sur la façon dont on peut valoriser les musulmanes - indépendamment des vêtements qu’elles choisissent de porter.

Mother Monster (comme ses fans l’appellent affectueusement) pourrait prendre la tête d’une initiative allant dans ce sens. Elle pourrait commencer par le tournage d’un clip vidéo pour Burqa (Aura) dans lequel, elle développerait les paroles de sa chanson et mettrait en scène des femmes fortes, portant peut-être la burqa ou le niqab.

Même si les médias donne des musulmanes une image de femmes opprimées et sans ressort, nous sommes intelligentes, fortes et en sécurité, et surtout très capables de nous exprimer.

J’espère sincèrement que la chanteuse tiendra compte des sentiments et des opinions des musulmanes et qu’elle y répondra d’une manière qui permettra un dialogue et une alliance significative

* Keziah Ridgeway est professeure d’histoire, conseillère aux études, bloggeuse dans le domaine de la mode et écrivaine. Elle habite dans le quartier nord de Philadelphie. Article écrit pour (CGNews).


Tagué : Keziah Ridgeway

               Partager Partager