Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Martin Santa - Reuters - publié le Mercredi 14 Août à 12:58

La zone euro sort de la récession, pas de la crise




* Croissance de 0,3% au T2 après six semestres decontraction
* L'Allemagne et la France ont fait mieux qu'attendu
* Le rebond n'est pas général, certains pays restent enrécession
* La croissance devrait rester fragile jusqu'en 2015



Un rebond plus marquéqu'attendu de l'activité en Allemagne et en France a permis à lazone euro de sortir au deuxième trimestre de la plus longuerécession de son histoire, sans pour autant assurer unerésolution rapide de la crise dans laquelle elle est plongée.

Le produit intérieur brut (PIB) des 27 a augmenté de 0,3%par rapport aux trois premiers mois de l'année, montre lapremière estimation publiée mercredi par Eurostat, un chiffrelégèrement meilleur que celui de 0,2% attendu par leséconomistes selon le consensus Reuters.

La croissance a atteint 0,7% en Allemagne, la meilleureperformance de la première économie d'Europe depuis début 2012,grâce principalement à la consommation des ménages et du secteurpublic. (voir: )

En France, le PIB a progressé de 0,5%, le chiffre le plusélevé depuis début 2011, là aussi grâce à la consommation desménages et à une production industrielle plus dynamique, même sil'investissement des entreprises reste en berne.

Les deux principales économies de la zone euro affichentainsi pour avril-juin une croissance plus forte que celle desEtats-Unis (0,4% sur la base du chiffre annualisé de 1,7%annoncé fin juillet).

"Pour l'année prochaine, nos prévisions montrent que lareprise (en Europe) devrait être plus solide tant que nousparvenons à éviter de nouvelles crises politiques et desturbulences nuisibles sur les marchés", a déclaré Olli Rehn, lecommissaire européen aux Affaires économiques et monétaires.

Les chiffres publiés par plusieurs autres pays de la zoneeuro incitent également à l'optimisme. Au Portugal, l'un despays de la région sous assistance financière internationale, lePIB a bondi de 1,1% au deuxième trimestre, le meilleur chiffredepuis près de trois ans, grâce à la hausse des exportations età une baisse moins marquée des investissements.

VERS UNE REPRISE INEGALE ET FRAGILE

La tendance est également à l'amélioration en Autriche et enFinlande. Mais les Pays-Bas restent en récession, tout commel'Espagne et l'Italie.

"Le retour à des taux de croissance économique modestes dansla zone euro dans son ensemble ne suffira pas à résoudre desproblèmes économiques et budgétaires profonds des payspériphériques", souligne Capital Economics dans une note.

Les analystes estiment que la croissance devrait ralentir aucours des deux derniers trimestres de l'année et qu'elle neretrouvera un rythme soutenu qu'à partir de 2015.

Si l'Allemagne, locomotive de la zone euro, semble désormaissur la voie d'une reprise durable, ce que suggèrent les derniersindicateurs conjoncturels et des enquêtes récentes auprès deschefs d'entreprise et des ménages, la situation est nettementplus fragile dans le sud de la zone euro.

Ainsi en Espagne, le Fonds monétaire international (FMI) asouligné le mois dernier la nécessité de mesures urgentes pourfavoriser la création d'emploi et stimuler la croissance, mêmesi la consolidation budgétaire et la réduction des déséquilibresde la balance courante commencent à porter leurs fruits.

En Grèce, soumise aux plans d'économies drastiques imposéspar la troïka en échange des plans d'aide successifs des troisdernières années, la récession s'atténue très progressivementmais ne suffit pas à apaiser les craintes de voir Athènes raterses objectifs.

Dans ce contexte, les dirigeants de la région ont infléchileurs discours sur l'austérité budgétaire ces derniers mois, ensoulignant la nécessité de ne pas compromettre le retour de lacroissance et de lutter contre le chômage.

Au début du mois, le président de la Banque centraleeuropéenne (BCE), Mario Draghi, a déclaré que le marché dutravail restait affaibli mais qu'il devrait bénéficier d'unereprise progressive de la demande mondiale.

En dehors de la zone euro, la République tchèque est elleaussi sortie de la récession au deuxième trimestre et lasituation s'est améliorée dans plusieurs autres pays de l'est del'UE, même s'ils restent loin d'une reprise soutenue.
Graphique du PIB de la zone euro zone
Graphique du PIB de la zone euro zone

Graphique du PIB de la zone euro depuis 2007
Graphique du PIB de la zone euro depuis 2007


Tagué : Crise, zone euro

               Partager Partager