Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Imane Lachhab - publié le Jeudi 7 Août à 19:24

La souffrance de l’enfant marocain entre les deux rives






La souffrance  de l’enfant marocain entre les deux rives
L’enfant marocain mène un malheur qui le guette, non seulement dans son pays d’origine, mais aussi derrière les frontières. La question de l’enfance ne cesse jamais de tirer la sonnette d’alarme au Maroc : l’enfant marocain demeure toujours en butte aux différentes calamités (abandon scolaire, mariage précoce, employabilité des mineurs, etc.…). En dépit de toutes les actions réformistes que tache le Maroc d’y procéder, la situation de l’enfant est encore condamné à précarité et à marginalisation. Même à leur pays d’origine, de maints enfants marocains n’arrivent même pas à entrevoir un abri qui les prémunit contre le monde monstrueux « la rue ». Un exemple édifiant peut faire preuve de ce fléau : Amine, un petit mineur refusé par une institution de bienfaisance sous prétexte qu’il ne dispose pas de pièces d’identité.

S’il y a des gens qui conjecturent encore que les enfants marocains vivant dans « la terre du lait et du miel » ont le vent en poupe, ils ont tout à fait tort. Des milliers sont les enfants appelés « MRE » qui souffrent aux pays d’accueil.

Souvent victimes d’une décision paternelle, les enfants MRE mènent une vie qui leur impose- pour gagner sa générosité- à délaisser leur culture, parfois même leurs croyances religieuses. Déjà depuis les événements de 11 septembre 2001, le sel est mis sur la plaie. Le pire, c’est que ce contexte « belliqueux » vole l’enfance de l’enfant MRE, en le mettant dans l’obligation de devenir un adolescent précoce. Ce dernier qui doit fouiller sa vraie identité fondue dans un autre contexte culturel qui s’engage à la massacrer à tout prix.
Au cours de ce processus de haine de la culture de l’autre, ces confrontations, ainsi que ce déséquilibre ; l’enfant MRE dépourvu de son enfance se met dans un tunnel ténébreux en espérant d’y sortir et trouver un jour sa marocanité.


Tagué : Imane Lachhab

               Partager Partager