Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh



Moukrim Zoubeir - publié le Lundi 27 Janvier à 12:39

La sécurité routière au Maroc : Comment le contrôle technique contribuera à améliorer le transport routier?






A l’occasion de la journée nationale de la sécurité routière, je tiens tout d’abord à remercier l’ensemble des intervenants qui luttent contre ce fléau devenu une problématique économique, sociale, et voir même culturelle. D’autre part, je tiens à présenter au nom de notre réseau de contrôle technique, récemment crée, nos sincères regrets à l’ensemble des familles des défunts et victimes des accidents de circulation.

De notre point de vue, l’insécurité routière est semblable à une équation mathématique dont les composantes sont multiples et le seul inconnu de cette formule est la sécurité routière. Ceci dit, que nous soyons de hauts responsables ou de simples citoyens, nous sommes tous responsables et impliqués. Aucun de nous ne peut exprimer sa quiétude morale face à cette guerre routière, dont les chiffres et statistiques ne cessent de croître. Aucun de nous ne peut décliner sa responsabilité directe ou indirecte dans le résultat final de cette équation.

De ce fait, nous sommes tous tenus à se réactiver ensembles, et à la juste dose, afin de résoudre cette catastrophique équation, et pouvoir identifier l’inconnu.

Le contrôle technique automobile est un élément important de cette formule, je dirai même que c’est un secteur qui assure directement la sécurité des automobilistes et des utilisateurs de véhicules, ainsi que celle des piétons. Autrement dit, un bon contrôle technique : professionnel, responsable, et honnête ne peut qu’améliorer l’état du parc automobile national, d’où l’amélioration de la qualité de notre transport. Certainement, c’est le but ciblé par l’ensemble des intervenants ici présents.

Cependant, soyons tous objectifs, et admettons que le contrôle technique n’est qu’un secteur parmi d’autres, responsables des accidents de la route. Admettons aussi que les articles de lois qui régient le secteur ont, pendant très longtemps, omis un élément essentiel de cette équation qui est : l’élément humain.

Cet élément à qui on confie l’opération de la visite technique, et la mission d’appliquer les lois comme il se doit, mais pour qui la loi n’a prévu que des sanctions sévères dans le cas contraire. Ce professionnel, a été pendant longtemps, un élément négligé par le secteur, quant à ses droits sociaux et à ses conditions de travail. Tout ce qui le liait directement avec la responsabilité, étaient des punitions pénales prévues par le code de la route, mais aucune garantie ou couverture professionnelle ou sociale. Cet élément est le premier visé par les doigts en cas d’accident, mais le dernier pour lequel ont œuvrait pour améliorer ses conditions sociales. Ensemble nous devons être conscients que la sécurité routière passe avant tout par la sécurité professionnelle et sociale de ceux qui appliquent le code de la route.

De notre point de vue, nous croyons sincèrement que ces professionnels qui sont censés juger l’état d’un véhicule, doivent avant tout être à l’abri de toutes les tentations matérielles, doivent se sentir indépendants dans leur prise de décisions, et se sentir responsables dans leurs lieux de travail. Ce n’est qu’ainsi qu’ils assumeront leurs responsabilités honnêtement. La réactivité entre les différentes composantes d’un centre de contrôle technique est primordiale.

Cette réactivité ne deviendra positive dans les centres de visite technique, qu’à deux conditions :
- Distinguer le juridique du commercial,
Et
- appliquer le code de la route en parallèle avec le code du travail.

Que nous soyons réseau de contrôle technique, centre de contrôle ou professionnels, si notre réactivité est mal orientée, mal comprise et ou mal interprétée, nous continuerons à discuter de ce problème sans aucun résultat. Chaque secteur dans cette immense équation doit admettre ses failles, même les plus minimes, et y trouver une solution rapide. Le sujet principal nous est connu et nous en sommes tous conscients, alors essayons de chercher dans ses petits détails pour arriver à une sécurité routière digne du Maroc d’aujourd’hui et de demain.

Moukrim Zoubeir
Président Directeur Général
Compagnie Nawras De La Sécurité Routière


Tagué : Moukrim Zoubeir

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème