Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


MAP - publié le Mardi 15 Décembre à 11:21

La productrice du film marocain "Insoumise" ravie de son succès à Marrakech, un prix du jury conforté par l'intérêt fort des distributeurs



Marrakech - Khadija Alami, productrice du film marocain "Insoumise" (Rebellious girl) de Jawad Rhalib, s'est félicitée du succès de cette œuvre consacrée Prix du jury lors de la 15-ème édition du Festival international du film de Marrakech (4-12 décembre) et de l'"intérêt fort" suscité auprès des distributeurs.



Ph. FIFM
Ph. FIFM
"Je suis plus que satisfaite, mon film a gagné un prix, des distributeurs intéressés, une société qui veut assurer la vente à l'international : on ne peut pas rêver mieux dans un festival!", a-t-elle dit dans un entretien à la MAP.

"Insoumise" relate l'histoire d'une jeune informaticienne marocaine sans emploi (Laila) qui quitte son pays pour un travail de saisonnière en Belgique où elle réussit à faire partager son sentiment de révolte par ceux qui l'entourent. Le film a remporté samedi le prix du jury collectivement avec les autres films en compétition (à l'exception de l'Etoile d'or), une première dans l'histoire du festival.

Avant même l'annonce du palmarès, le film marocain a su intéresser les distributeurs, a assuré Mme Alami qui remercie le Festival pour son initiative d'inclure au programme cette année une rencontre avec les professionnels du secteur de la distribution.

Grâce à cette initiative, qui est "une première et très encourageante", la productrice a confié qu'elle a pu avoir "4 ou 5 intérêts assez forts pour le film, ce qui est une merveilleuse nouvelle pour un film qui vient de faire sa première apparition en public".

"Les contrats sont en discussion mais l'intérêt est très fort", a-t-elle précisé, notant qu'elle révélera le nom du distributeur une fois le contrat signé.

Globalement, Khadija Alami perçoit cette consécration comme "l'apothéose" de sa participation au Festival où elle a été honorée l'année dernière pour sa carrière et sa contribution à la promotion de la production cinématographique nationale.

"Une année l'hommage, l'autre un film en compétition et on signe avec des distributeurs. Je pense que c'est une merveilleuse nouvelle!", s'est réjouie la productrice, tout aussi émue que lorsqu'elle recevait le trophée du Festival l'année dernière.

"C'est toujours très gratifiant de savoir que les gens reconnaissent le travail des gens de l'ombre qui n'ont pas l'habitude d'être exposés. C'est merveilleux !", a-t-elle ajouté.

Elle s'est dite optimiste pour l'avenir de la production nationale, le Maroc étant doté de réalisateurs et de réalisatrices "très talentueux" avec "des idées extraordinaires", comme en témoigne le palmarès du Festival de Marrakech.

En revanche, les résultats s'annoncent, à ses yeux, "moins positifs" pour ce qui est de son métier consistant, pour l'essentiel, en la prestation pour les productions étrangères, eu égard à l'insuffisance, estime-t-elle, de mesures incitatives pour attirer les investissements internationaux en la matière, d'autant plus que le Maroc en tant que destination de tournage fait face à une rude concurrence, notamment de pays comme la Jordanie, l'Afrique du Sud et la Hongrie.

Pour y remédier, elle dit espérer que la loi proposée dans ce sens par le Centre cinématographique marocain (CCM), soit votée, sachant l'importance des impacts socio-économiques inhérents à l'activité de tournage au Maroc des grosses productions (emplois directs, formation de techniciens, transports, hôtels etc.). 

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus