Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Fatima Zahra Farahate - publié le Lundi 28 Avril à 17:10

La pollution aujourd’hui






L’effet de serre n’est plus qu’une simple polémique dont on entend parler un peu partout dans les medias ; mais c’est devenu bel et bien un fait vécu que l’on ressent chaque jour, surtout ces dernières années qui ont été porteuses des pires catastrophes naturelles jamais connues dans une même période de temps, surtout aussi courte que celle ci.

Ouragans, pluies acides, tornades, tempêtes, canicule et accables en tout genre font désormais parti de notre quotidien, et cela nous cause à chaque fois de la peine de voir le taux de destruction, tant sur le plan humain que matériel. Aujourd’hui c’est l’est des états unis d’Amérique, demain c’est Tahiti, et après les Philippines ou le Japon. Mais ceci est tout à fait normal me diront quelques uns. D’autres me citerons toutes les catastrophes que les époques précédentes ont connues, comme quoi chaque époque a sa part de malheurs.

Je suis tout à fait d’accord avec cette idée, sauf qu’il ne faut pas oublier que l’intervalle dont on parle est tout au plus 20 ou 40 ans, et que les critiques ont tous notés des augmentations de température accablantes. Toutes ces donnés scientifiques ne peuvent être mise aux oubliettes juste parce que « le monde change », que le sujet n’est plus d’actualité, ou qu’on ne veuille juste pas y penser. Il ne faut jamais sous estimer les petits détails qui souvent ont la plus grande part de vérité entre leurs ailes. Quand on parle de pollution, on dit extinction des espèces animales et végétales, on parle de déforestation, de contamination des eaux, de dangers nucléaires, l’assaichement des nappes phréatiques, de pluies acides devastatrices pour les récoltes, de pertes soudaines de fertilité …

La pollution est un terme générique qu’il faut comprendre avant d’essayer d’arrêter son impact cruel sur notre monde. Les hommes, depuis le début de l’existence ont toujours voulu, et sont arrivés, à façonner le monde selon l’image qu’ils veulent adopter. On a toujours voulu dominer la nature ; la nature, elle, donne et reprend à sa guise. Car malgré tout les progrès que l’on peut faire, on ne peut vivre sans les ressources naturelles qui constituent le pilier sur lequel toutes nos civilisations prospèrent. L’eau, l’air, la terre, tous les aliments que l’on consomme, les matières premières …

On ne peut s’en passer. Pourtant, on épuise, on pollue, on décime, on coupe, et cela sans penser à l’impact que cette action aura sur l’équilibre de l’éco système et surtout de la vie en général, puisqu’on est toujours la cause de la perte ou du succès des générations futures. Ils vont soit nous remercier pour l’art, la beauté, l’architecture, les sciences, le patrimoine culturel … soit ils nous maudiront à jamais. Et à vrai dire, on ne peut totalement éviter un changement brusque de l’état naturel, le monde à toujours été ainsi.

On ne peut changer l’histoire et faire en sorte de ne jamais retomber dans une ère glacière ou changer de planète après avoir épuisé celle ci. Mais cela doit être fait de son propre grès, selon les envies et les caprices de dame nature, selon son propre cycle et suivant ses propres règles. On ne peut durer en tant que maitres puisqu’on n’est que des résidents de cette terre, des individus de passage ; qui ne peuvent survivre qu’avec et dans cet habitat qu’on maltraite. Il faut qu’on soit conscients de nos actes, de nos simples gestes quotidiens. Il faut réparer les dégâts tant qu’ils sont encore minimes, car si l’on continue à vivre au jour le jour sans penser ou même s’intéresser au sort de ce qu’adviendra la vie future, il n’ya que nous, être humains, qui en souffrirons le plus.



               Partager Partager


Commentaires