Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



Jaafar Hanafi - publié le Jeudi 18 Juin à 11:09

La petite histoire de 9 consultations architecturales inédites






Dans cette histoire, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite, sauf moi… Je suis un personnage véridique… En chair en en os… Les architectes sont dispensés de lire cette histoire, puisqu’ils sont en plein dedans.

Je me suis engouffré dans cette histoire et après épuisement, un sentiment d’impuissance me ronge et me pousse à sortir de l’histoire, laissant les personnages de cette même histoire continuer leur périple, défiant toute logique, au vu et su de tout le monde.

Il s’agit de 9 consultations jumelles : même dénomination du projet, mêmes superficies utiles et même coût des marchés, sauf que dans des communes différentes.

Elles ont été placées astucieusement dans le portail, attiré l’attention d’un confrère qui s’empresse de m’appeler : « 9 consultations, identiques, même maitre d’ouvrage, une occasion unique pour décrocher au moins un projet ». A mon tour je me précipite et je passe un coup de fil à un autre confrère : « 9 consultations, identiques, même maitre d’ouvrage, une occasion unique pour décrocher au moins un projet ». Avec ce confrère ont a participé à une quinzaine de consultations, on s’est toujours fiché la gueule par terre, mais on a continué par participer parce que comme on dit souvent dans les compétions sportives « l’essentiel c’est de participer ».

Nous voila près à se lancer dans l’aventure. Avec un grand avantage en notre faveur, un caractère qui nous unit tous les quatre conjointement et solidairement : la naïveté.
La première chose à faire est lire le règlement de consultation. Lu en diagonale parce que tous les règlements se ressemblent, chacun dans son petit coin commence par esquisser.
Deux jours plus tard, le moins naïf des quartes s’empresse de nous donner une information qui ne peut laisser Bouddha indifférent, même dans sa tombe (s’il y est toujours).
- « Il faut relire le règlement de consultation, il y a un article 16, je crois que les dés sont tirés… ».

- « On abandonne, ce qui est demandé c’est la mer à boire : cinq planches 1188 mm x 840 mm et le tout en trois exemplaires. Une fortune pour une consultation architecturale. C’est un règlement de concours. »
- « En plus, trois planches avec chacune un étage. Une petite figure dans un petit coin de la planche et l’autre partie du papier restera blanche comme neige ».
Une incitation à la consommation du papier certes, pour faire tourner l’économie, ou une atteinte à l’environnement !
- « En plus, les planches doivent être non enroulables. En plus, la présentation graphique du projet doit permettre aisément sa reproduction dans les publications (c’est le seul point positif : même classés derniers, notre projet apparaitra dans beaucoup de publications !). En plus…, En plus… »

La décision est prise : on abandonne.
Deux jours plus tard, un avis rectificatif est lancé dans le portail. Quelqu’un a du mettre la puce à l’oreille du maitre de l’ouvrage : « c’est une blague, il faut vite changer le règlement, sinon on va passer pour des gens qui n’ont aucune notion d’échelle de plans, ni de format de papiers, ni…, ni… ».
Le règlement est modifié, la consommation du papier allégée et pour le reste, le règlement reste intact. Tant pis. Il y a toujours ce maudit espoir qui nous ronge de l’intérieur. Naïveté oblige. Alors on continue !

Chacun de nous rejoint son petit coin et continue par esquisser. Les logiciels de dessin tournent à fond, l’ordinateur déploie l’étendue de son génie, les méninges aussi, le clavier subit la force des mains qui déploient leurs ailes, ou leurs doigts, les calculatrices brandissent leurs chiffres après la virgule, les couleurs s’exhalent…, et le travail est bouclé : 4 projets différents, 4 plaquettes, 4 planches format 1188 mm x 840 mm, une panoplie de papiers, presqu’un mois de travail intense, Samedi et Dimanche compris… Naïveté oblige.
Je range astucieusement l’ensemble des documents dans une clef USB, pour parcourir 500 Km afin de passer le relai à un confrère, qui à son tour devra parcourir une centaine de kilomètres pour passer le témoin au dernier sprinter, qui est le maitre de l’ouvrage. Dans les courses à relais, les derniers sprinters sont toujours les plus rapides.
En effet, sitôt les dossiers entre les mains du maitre de l’ouvrage, celui-ci ouvre les plis, vérifie, étudie, calcule, classe, revérifie, recalcule, rédige… et franchit la ligne d’arrivée en grand vainqueur faisant parler la classe : le record absolu vient d’être battu dans l’histoire des consultations architecturales.

9 consultations architecturales, 51 dossiers, entre l’ouverture des plis et la validation des résultats : 5 jours. Qui dit mieux.
Comme à l’accoutumée, 4 dossiers présentés par nous, aucun projet décroché, encore une fois on s’est fait avoir… Sauf que cette fois ci, ce record suscite une curiosité: il faut emprunter des raccourcis pour battre un tel record.

Avec mes confrères, on commence par imaginer tous les scenarios possibles, poussant notre imagination à l’extrême, scrutant le portail des marchés publics pour trouver des cas similaires, piochant dans nos propres expériences dans l’administration publique, ce record est impossible. Cette fois ci il faut batailler, il ne faut pas laisser passer.
Je jette le clavier sur mes genoux, mes pieds sur la table de l’ordinateur et dans une position mi assis mi couché, je donne libre cour à mes doigts pour taper ce qu’ils veulent et là ou ils veulent : « Je pris les membres du jury de s’apprêter à un exercice très simple : prendre une plaquette format A3 de 30 pages, la lire sans réfléchir à ce qu’on lit, s’arrêter de temps en temps juste pour se reposer en regardant des plans, des coupes, des perspectives, sans réfléchir à leurs contenu, et me dire le temps que cela peut prendre ».
Je dresse des tableaux, je pousse mon argumentation à fond et je continue: « Permettez moi de manifester encore une fois ma complète désolation quant l’attention moins que négligente accordée à ces dossiers, par le jury, Et le grand perdant dans tout cela est notre pays le Maroc ».

Sitôt la lettre de 6 pages écrite, demandant des éclaircissements sur ce record inédit, elle est faxée au maitre de l’ouvrage et des copies de celle-ci sont envoyées à Mr Le…, Mr Le…, Mr Le…
Quelques jours plus tard, et toujours dans la même position, mi assis mi couché, j’esquisse une autre lettre, avec d’autres tableaux, mon argumentation est sans appel : « Je crois que le jury dans l’ensemble des consultations à fait tout son possible pour boucler ce dossier du point de vue administrative et juridique, avec un chronométrage plus que parfait, sauf qu’il a été trahit et rattrapé par la science et la logique. Aucune loi dans le monde n’interdit une personne d’aller de Kenitra à Tanger à pieds en 2 mn, mais aucune science ni logique ne le permet ».
Sitôt la lettre de 5 pages écrite, demandant l’annulation des résultats des dites consultations, elle est faxée au maitre de l’ouvrage et des copies de celle-ci sont envoyées à Mr Le…, Mr Le…, Mr Le…
25 mn plus tard, je reçois une réponse. Enfin une réponse. Avec cette fois ci un record plus qu’absolu. Ma lettre de 5 pages a été lue, décortiquée, analysée, une réponse confectionnée, le tout en 25 mn.
Je lis le premier paragraphe et un grand bonheur aplanit ma colère, une joie inégalée brise mes soucis: « Faisant suite à vos remarques relatives aux consultations architecturales lancées par cette (…) et leurs résultats, j’ai l’honneur de vous exprimer mes remercîments de vos remarques en la matière ».
Enfin, un maitre d’ouvrage reconnait mes efforts quant à formuler des remarques. Un maitre d’ouvrage moderne, reconnaissant, respectueux…
Je passe au deuxième paragraphe et mon bonheur se mue en colère, ma joie en désespoir : « En ce qui concerne votre offre à la consultation architecturale N°…, il ne vous échappe pas qu’elle n’a pas été retenue ».
On a participé à 4 consultations, ou sont passées les trois autres? Encore une fois, mon clavier sur mes genoux…, je cite avec exactitude le numéro des consultations auxquelles ont a participé et j’interpelle le maitre de l’ouvrage sur le sort des 3 autres consultations : « ma préoccupation est encore plus grandissante, car j’ai peur que le jury ait oublié d’étudier les 3 autres offres ». Encore une fois, la copie de cette lettre est envoyé à Mr Le…, Mr Le…, Mr Le…
Quelques jours plus tard, je reçois un courrier à donner le vertige au commun des mortels : « Notre (…) n’a reçu aucune des trois offres, objet de votre lettre…, d’après les documents que nous disposant, vous n’avez participé qu’à 4 offres… ». Une réponse digne du petit jeu qu’on trouve dans les journaux « cherchez les 7 erreurs ».
Je formule une autre réclamation, réitérant ma demande d’annulation des résultats de ces consultations, avec comme toujours une copie adressée à Mr Le…, Mr Le…, Mr Le… et je quitte mon histoire. Il m’est arrivé de mener une petite bataille avec un autre maitre d’ouvrage, fax contre fax pendant trois jours, jusqu’à mon épuisement et mon abandon.
Cette fois ci, je compte retourner dans mon histoire pour continuer cette bataille, tout en gardant l’espoir dans les copies des lettres adressées à Mr Le…, Mr Le…, Mr Le…
Je consulte un avocat qui rentre à son tour dans cette histoire…
A suivre…



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles