Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Jaafar Hanafi - publié le Mercredi 15 Juillet à 16:43

La petite histoire de 9 consultations architecturales inédites (5)






Il est 17 h. Allongé sur le lit, mi sommeil mi éveil, je scrute les Eguilles d’une horloge qui peinent à tourner, le temps semble interminable et le café noir inaccessible. Le Ftour (le premier repas) est prévu à 19 h 45. Il faut attendre presque 4 H avant de renouer avec les petites et grandes saveurs du mois de Ramadan.

Le téléphone sonne et au bout du fil mon avocat. Pour le premier procès qui consiste en ma demande d’arrêt des procédures c’est niet. Le tribunal a prononcé son jugement, dont le texte parviendra à mon avocat dans les jours qui suivent. Aucune discussion avec mon avocat, lui aussi fervent du café noir. Les neurones peinent à tenir debout. En attendant, une petite alternance entre petits sommeils, petits éveils, les journaux télévisés, les petites senteurs qui quittent la cuisine juste pour attiser quelque énervement…

Le soir venu la vivacité reprend ses droits, le cerveau retrouve son éveil et la terrasse du café ses aromes. Tous les ingrédients sont réunis pour une discussion qui peut reprendre son cours normal après une petite trêve.
- « Qu’est qu’il faut faire maintenant?
- « Le deuxième procès qui porte lui sur le fond (demande d’annulation des résultats) suit son cour normal. Une audience est prévue le 6 Aout. Pour le premier procès on verra… On a droit de faire recours auprès du tribunal administratif de Rabat.
- « Les chances penchent de quel côté ?

Nous connaissons tous les deux la réponse à cette question. Il est difficile de battre (au sens noble du terme) un adversaire de taille. Un adversaire qui n’a toujours pas répondu à mon vrai questionnement qui porte sur l’impossibilité d’ouvrir des plis, de vérifier, d’étudier, d’évaluer, de comparer, de calculer, d’appliquer des formules de pondération, de classer…, de rédiger des PV pour 9 consultations, de présenter les résultats au maitre de l’ouvrage, pour un ensemble de 51 dossiers en 5 jours. Le premier à savoir que cela est impossible est le maitre de l’ouvrage. Parce que lui il connait exactement la taille de ces dossiers, qui sont tout simplement des avants projets détaillés, comme il est clairement stipulé dans le règlement de consultation.

Je me sens en face d’un état d’esprit, d’une forme de gouvernance et d’une façon de voir les choses qui s’efforcent de se maintenir intacts, pour quelque intérêt minime que j’ignore, par rapport à l’essor que connait actuellement notre pays.

Je me sens devant un maitre d’ouvrage qui du haut de son perchoir, se désintéresse totalement de ce qui est avancé ci et là, comme grandes idées pour faire valoir la grandeur de notre pays : état de droit, transparence, équité, loyauté, égalité des chances…

Je me sens devant un maitre d’ouvrage sûr de lui et de ce qu’il fait, surtout que toutes les copies de mes lettres envoyées à Mr Le…, Mr Le…, Mr Le…, n’ont surement intéressé personne.
Je garde soigneusement deux lettres, que j’ai reçu du maitre de l’ouvrage, et qui manifestent sans aucun équivoque cet état d’esprit qui fait parti d’un temps révolu. Ces deux lettres ont été mises à la disposition du tribunal administratif. Elles n’apportent aucune réponse à mon questionnement, et j’imagine qu’elles ont été écrites dans la précipitation juste pour répondre, et informer ainsi les supérieurs que l’administration a répondu et que le dossier est bouclé.

Avec mon avocat on continue notre petite discussion, d’autres amis font état de leurs points de vues, autour d’une table ou les verres de thés qui à la menthe fraiche, qui à l’absinthe, qui à rien du tout, essayent de détrôner le petit café noir qui même petit reste imbattable avec l’appui inconditionnel de la cigarette.

Je me permets un petit rappel Pour ceux qui viennent d’intégrer cette petite histoire. Pour les plis du 8 Avril et qui concernent 3 consultations avec 17 dossiers : les extraits de PV avec les résultats sont signés le 9 Avril. Pour les plis du 9 Avril et qui concernent 2 consultations avec 9 dossiers, les résultats sont signés le 10 Avril. 26 dossiers bouclés en trois jours. Il faut ajouter à ceux là 25 dossiers traités entre le 14 et le 15 Avril. Au total 51 dossiers en 5 jours.

Pour chaque consultation, l’ouverture des plis aujourd’hui, les résultats le lendemain. Aucune des consultations n’a fait exception, suscitant petit débat, pour départager, ou plus d’explications lors de la présentation des résultats au maitre de l’ouvrage, ou…, ou…. Avec un chronométrage plus que parfait. Le tout publié sur le Net. Comme si de l’autre côté de l’écran, tout le monde louche…
- « Impossible».
- « Impossible oui, mais il faut argumenter…».
- « Tout dépend. Selon l’angle de vue. Selon la façon dont nous percevons notre pays. Si la vision est positive, l’argumentation est sans appel. Si elle est négative, on va continuer par tourner en rond, comme dans le passé. Il y a d’abord le décret en mal de transparence mais dans ce cas précis c’est le maitre de l’ouvrage qui est en manque de crédibilité. C’est l’application du décret qui est mise en cause ».
- «C’est trop voyant en plus. Ils auraient espacés les dattes et je n’aurait vu que du vent… »
- « C’est l’erreur fatale. Une erreur qui place le maitre de l’ouvrage en tête du peloton pour ce qui est des bévues repérées ou non depuis la mise en application du décret ».

La discussion continue au rythme de petites gorgées et petites taffes. Cet ancien directeur de travaux publics raconte son expérience dans les marchés publics. Cet ancien cadre du ministère de l’agriculture s’interroge sur le devenir de notre pays. Cet autre vétérinaire ancien cadre lui aussi de l’administration publique fait état d’un litige avec un organisme qui finira à coup sur dans le tribunal administratif. Tous lauréats du départ volontaire et pour qui, l’administration publique est de plus en plus méconnaissable. Tout le monde essaye de comprendre cette petite histoire des 9 consultations architecturales mais les neurones peinent à suivre. La discussion bute à chaque fois sur un mur en béton. Autant oublier pour un moment ces maudites consultations, l’Aïd est dans quelques jours.

Un Aïd qui sera fêté dans un monde fou. Un printemps qui s’est mue en tornade ravageant tout ce qui se trouve sur son chemin. Nos jeunes acheminés au cœur de cette tornade ne savant pourquoi ni comment ? Egarés ils ne savent ou se donner la tête dans une guerre ou tout le mode appuie sur la gâchette au non d’Allah. Une vraie poudrière ou la folie humaine déploie toutes ses forces. Une Europe secoué par un tremblement dont l’épicentre se trouve en Grèce et la grande faille en Espagne. Une méditerranée qui se mue petit à petit en grand cimetière ou reposent paisiblement ceux en quête d’un peu de nourriture, d’eau douce et de liberté…

Une tornade qui n’épargne aucunement mon pays. Avec de petits événements qui nous rappellent qu’on vit nous aussi dans un monde fou. Jennifer Lopez qui sillonne notre pays de bout en bout bouche à oreille à l’appui, médias aussi. Je me permets à ce sujet une petite confidence. Je suis pour la retransmission de son spectacle dans toutes les chaines marocaines pourvu qu’on ne m’oblige pas à la voir ou à ne pas la voir. J’ai une petite télécommande qui ratisse les continents et océans tous confondus, en passant par les tout velus et les tous rasés. Je suppose que vous avez-vous aussi cet appareil.

Il y a aussi ce débat politique qui n’arrive toujours pas à se positionner comme il se veut dans un Maroc en plein essor. Il faudra peut être une mise à niveau de certain partis politiques dont les leaders sont en marge de l’histoire, ou à coté de la plaque… Il y a d’autres choses et beaucoup de choses, passant par les 9 consultations architecturales inédites.
Mais le Maroc reste debout et se maintiendra debout. Les berbères de Ghardaïa aussi…

Je souhaite une très bonne fête à ma mère, à mes deux petites nièces orphelines depuis tout juste un mois, à toute ma famille qui les empreint de toute la tendresse du monde…
Je souhaite une très bonne fête à tous les marocains, musulmans, juifs, catholiques, athées, hommes, femmes, petits et grands, à mon grand pays au pluriel, c’est toute sa grandeur…
Je souhaite une très bonne fête à mon adversaire, espérant qu’il restera avec moi dans cette petite histoire, avec toute sérénité que cela requiert, juste pour enclencher un débat sur l’épineux problème des marchés publics.

Je souhaite une très bonne fête à mon pays tant chéri, avec cette constante qui le maintiendra toujours debout : une grande histoire et un grand Roi.

A suivre
Par Jaafar Hanafi (Architecte)



 



               Partager Partager