Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 19 Juillet à 10:47

La nomination de Brahim Ghali, une preuve de la volonté de l'Algérie d’aller loin dans ses surenchères vis-à-vis des Sahraouis



Beyrouth - La nomination de Brahim Ghali à la succession de Mohamed Abdelaziz, à la tête du pseudo polisario, est '’une preuve de la volonté de l’Algérie d’aller loin dans ses surenchères vis-à-vis des Sahraouis’’, a souligné lundi, le journaliste libanais, Khayer Allah Khayer Allah.



"La désignation de Brahim Ghali a été un choix opéré par l’Algérie, étant donné que ce dernier est connu par sa rigidité (…), ce qui démontre clairement que l’Algérie vise à aller loin dans ses surenchères vis-à-vis des Sahraouis, dans un conflit artificiel dont le but n’est autre que d’épuiser l’économie marocaine’’, a ajouté le journaliste dans un article publié par le quotidien +Al Mostakbal+ sous le titre ‘’Le polisario : Quoi après la nomination d’un successeur à Abdelaziz ?’’.

Et de poursuivre que la désignation de ‘’cet homme’’ pour succéder à Mohamed Abdelaziz reflète également ‘’la mauvaise foi de l’Algérie, dans sa logique d’escalade à l’égard du Maroc au lieu de faire prévaloir sa conviction que les revendications du polisario, relèvent plutôt de l’utopie et demeurent sans aucune relation avec le droit des peuples à l’autodétermination.

Pour ce journaliste, l’Algérie, en désignant Ghali, cherche manifestement à se cacher derrière l’ONU et la partialité de son secrétaire général, Ban Ki-Moon en vue de justifier sa politique visant à faire perdurer ce conflit monté de toutes pièces.

A ses yeux, en adoptant cette démarche, l’Algérie ne cherche qu’à divertir le Maroc et à l’éloigner de son souci à savoir ‘’le combat contre la pauvreté, et l’engagement pour le développement des institutions du Royaume et ses infrastructures pour être en mesure de relever tous les défis actuels’’.

Il s’agit aussi d’un désir démesuré de remettre en cause l’engagement du Royaume en matière ‘’de coopération pour la lutte contre le terrorisme, ou ses initiatives pour résoudre la crise libyenne ou encore faire face à la situation dans la région du Sahel où, l’implication du pseudo polisario dans des événements dangereux est établie.

La nomination de Ghali aux commandes de cette entité fantoche émane aussi d’une situation de morosité et de stagnation, qui marque actuellement l’Algérie où il est impossible de connaitre qui y détient réellement le pouvoir.

Pour l’auteur de cet article, le refus de l’Algérie ‘’d’adopter une politique réaliste fondée sur une approche rationnelle pour gérer un conflit artificiel, n’est autre que le fruit d’une mentalité politique caduque’’, fondée sur ‘’la nuisance à autrui par tous les moyens possibles même s’il s’agit d’un pays voisin, au lieu d’œuvrer à favoriser une coopération régionale à même de faire face à la menace terroriste qui pèse sur la région’’.

Et de faire savoir que le refus d’Alger de mener le combat contre la pauvreté, demeure commandé par une volonté manifeste de faciliter la mission des terroristes en Afrique du nord ainsi que dans la région sahélo-saharienne, notant que ‘’le terroriste pour l’Algérie n’est pas considéré comme tel tant qu’il opère en dehors de son territoire’’.

L’auteur de l’article n’a pas manqué de relever qu’il ne peut y avoir de solutions pour la question du Sahara en dehors de l’initiative marocaine d’autonomie des provinces du sud sous souveraineté du Royaume, dans le cadre de la décentralisation adoptée par le Maroc, conformément à des lois claires et une Constitution moderne à même de garantir les droits de tous les citoyens et résidents au Maroc.

Il a fait part également de son étonnement quant à l'acharnement de l’Algérie sur son voisin marocain, se demandant si l’illusion de pouvoir jouer un rôle régional, pourrait justifier les agissements de pays et son acharnement à s’opposer à toute coopération régionale en matière de lutte contre le terrorisme.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara