Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



tyfawt - publié le Mercredi 10 Janvier à 00:00

La mort, par pendaison de Saddam, est-elle HALLAL ?




La mort, par pendaison de Saddam, est elle HALLAL ? Ou aurait il fallut l'égorger ? Telle est la cynique question que se pose certaines personnes. Pour d'autres, Saddam n'est qu'un bouc émissaire que l'on sacrifie, sur l'autel de la démocratie ?



Quoique l'on dise, il aurait été plus juste, de le laisser en vie. D'abord, pour qu'il expie ses crimes contre les kurdes. Ce peuple écartelé entre trois dictatures. Ce peuple gazé, sous l'indifférence des peuples environnants. Ensuite, pour apporter aux générations futures un maximum d'éclaircissements.

Maintenant qu'il est mort par pendaison, certains osent s'élever contre son élimination, non pas par humanisme, mais par nostalgie ! Que pensent ils du génocide kurdes ? Que font ils de ces nombreuses fosses communes ?

Certains esprits, au nom d'une chimérique coalition arabo-musulmane, sont prêts à pardonner les crimes les plus odieux. Aujourd'hui ils critiquent, à juste titre, les émirs du golf. Demain si ces derniers osent défier Israël, ils deviendraient des héros, des porte-étendards.

Les musulmans, faces à leurs dictateurs, se résignent et courbent l'échine. N'importe quel dictateur peut les asservir en toute impunité. Pour les peuples musulmans, trois mots magiques suffisent à leur faire oublier leurs malheurs quotidiens. ISLAM. ARABE. PALESTINE. N'est ce pas ainsi, que Saddam a réussi à faire taire son peuple et à le réunir autour de sa folie. N'est ce pas au nom de cette trinité, que Ben Laden se fait pardonner les trois milles morts des Twin Towers ? N'est ce pas aussi, au nom de cette trilogie, que certains africains arabisés, tuent d'autres au Darfour ? Le peuple palestinien, ainsi prit en otage par ces obscurs barbus, souffre doublement.

Qu'importe l'éducation de nos enfants ! Qu'importe l'alphabétisation de nos peuples ? Qu'importe que nous soyons les cancres de ce monde ? Qu'importe que l'on traîne nos scandales derrières les autres nations ? Les dictateurs, pour mieux nous appauvrir, ont trouvés une formidable arme hypnotique. Un leurre, qu'ils agitent, dés qu'ils se sentent menacées : El Ouma Al Islamya.



               Partager Partager