Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Mohamed Takadoum - publié le Mercredi 30 Octobre à 18:12

La menace de trop du nouveau chef de la diplomatie algérienne contre le Maroc






Ramtane Lamamra
Ramtane Lamamra
Commentant le communiqué de la MAP qui s’est insurgé contre le contenu du  dernier discours du président Bouteflika prononcé sur le Sahara Marocain en son nom  lors du dernier sommet africain d’Abuja  ainsi que la dernière sortie de M Chabate qui a rappelé la position du parti de l’Istiqlal sur le Sahara oriental, le nouveau ministre des affaires étrangères de l’Algérie  a qualifié  d’«inadmissibles» et «irresponsables» ces   déclarations. Menaçant, directement le Maroc, M Ramtane Lamamra a dit espérer qu’«une conclusion sera tirée et que ces deux positions inadmissibles et irresponsables seront les dernières du genre que nous entendrons».

C’est on ne peut plus clair, ce ministre menace le Maroc. Ne reste que le contenu de cette menace qui n’a pas été précisée.  A moins  de nous déclarer la guerre militaire (car la guerre diplomatique économique territoriale est déjà déclarée et effective) il est permis de se demander quel  genre de menace les gouvernants d’Alger peuvent –il encore  nous réserver ?  En effet, les gouvernants d’Alger ont tout fait pour déstabiliser notre pays et l’isoler diplomatiquement et territorialement avec la fermeture des frontières notamment. Si le ministre a qualifié les positions marocaines « d’inadmissibles » et « irresponsables »  permettez-nous de lui rappeler que c’est bien la position de son pays à notre égard qui a toujours été « inadmissible » et « irresponsable » et auxquelles  nous ajoutons « ingrate ».

Les gouvernants d’Alger hébergent et financent un mouvement  sécessionniste contre le Maroc. Ils consacrent des millions de dollars pour ouvrir et faire fonctionner les « ambassades » et autres bureaux du Polisario à travers le monde et financent différents lobbies pour contrer la position marocaine  tout en achetant pour  de milliards de dollars d’équipements militaires dont une partie bénéficie au Polisario, alors même que  les populations sahraouies  en territoire algérien à Tindouf en Algérie continuent de vivre dans des conditions misérables en dépit de l’aide internationale notamment européenne qui leur est allouée.http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/comment-l-aide-humanitaire-98152

La course aux armements imposée au Maroc  préoccupé d’abord  par son développement économique et  qui ne dispose pas de moyens financiers de   l’Algérie (pays pétrolier)   vise à l’asphyxier économiquement.
Ce qui est inadmissible et irresponsable aussi, c’est que tout en déclarant officiellement que l’affaire du Sahara Marocain ne les concerne pas, les gouvernants d’Alger font de la défense de la  « cause sahraoui », la  seule préoccupation de leur diplomatie  auprès des autres pays et de tous les organismes internationaux oubliant au passage tout ce que  notre pays a enduré pour l’Algérie voir l’article publié sur ce site à ce sujet http://www.lemag.ma/L-ingratitude-algerienne_a72946.html.

Par ailleurs pour les média-algériens, l’affaire du Sahara Marocain est une ligne rouge. Aucun média ne peut déroger à la position officielle d’Alger sous peine de voir le journaliste sanctionné d’une manière ou d’une autre et le journal se asphyxié économiquement car  privé des annonces publicitaires de l’état détenues par  les services  de la sécurité militaire (encore une aberration algérienne) et récemment transférés à l’état-major de l’armée. Ces mêmes médias traitent notre pays comme un pays ennemi alors qu’il ne l’a jamais été pour l’Algérie. En effet côté marocain, avec son arrivée au pouvoir en 1999, Mohammed VI a demandé la normalisation des relations avec l’Algérie. En tant que chef d’état, il a demandé l’ouverture des frontières Est de son pays qui étaient fermées avant son arrivée au pouvoir. Ses appels sont demeurés vains et la main tendue à l’Algérie est restée sans suite car pour les officiels algériens cette normalisation profiterait plus au Maroc qu’à l’Algérie. En fait, la raisons est toute autre car cette fermeture des frontières  est liée au conflit saharien.

Pendant le règne du Roi Hassan II et alors que les attaques du Front Polisario contre l'armée marocaine se faisaient à partir du territoire algérien, le souverain marocain n'a jamais permis à l'armée d'exercer le droit de suite pour ne pas insulter l'avenir et engager les deux pays dans une guerre fratricide. De même que pendant la décennie noire en Algérie, le Maroc a toujours refusé de constituer une base arrière aux terroristes islamistes. Certains journaux algériens reprochent au Maroc d'avoir tourné le dos à l'Algérie pendant cette période alors qu'objectivement  tout ce qu'il pouvait faire, c’était la remise aux services de sécurité algériens des terroristes recherchés et qui prenaient asile sur son territoire      

Par ailleurs, en maintenant les frontières terrestres fermées, les gouvernants d’Alger essaient d’isoler géographiquement le Maroc, et de  le couper des autres pays du Maghreb et du monde arabe. Drôle de  fraternité vis-à-vis du « pays frère » toujours à la bouche des gouvernants d’Alger au plus haut niveau.

En conclusion : nous pouvons avancer que si on ne peut pas partager les digressions de M Chabat   la réaction de la MAP est une réaction saine et logique. Quant aux menaces du ministre algérien, je ne sais pas ce qui peut nous arriver de pire qui n’est pas déjà là avec ce pays.



               Partager Partager


Commentaires