Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



Essahal Mohammed - publié le Vendredi 9 Septembre à 16:06

La laïcité française : Une conception intégriste ennemie du religieux






La laïcité française : Une conception intégriste ennemie du religieux
Même si la ligue des droits de l’homme et le collectif contre l’islamophobie ont obtenu gain de cause suite à la décision du conseil d’Etat contre l’arrêté du maire de Villeneuve-Loubet, et que les autres arrêtés anti-burkini pouvaient être attaqués à leur tour, et que l’avocat du conseil d’Etat a mis en garde les maires que cette décision fait objet de jurisprudence, certains maires ont décidé de contre-attaquer comme le cas de celui de Cisco. 

Le tribunal administratif de Bastia a validé l’arrêté anti-burkini pris par la mairie de la ville de Sisco, interpellé sur le verdict du tribunal, le maire socialiste annone que cet arrêté a été pris à l’unanimité pour faire un retour du calme à la ville. 

Par conséquent, le débat juridique n’est pas clos et la polémique politicienne est loin d’être essoufflée, la première réaction vient de l’extrême droite et de la droite, le Front National estime que si il accepte le burkini, la France finira demain avec la charia, aussi il considère que face à la faiblesse de l’Etat, c’est au législateur d’être maintenant responsable et d’interdire ce vêtement d’apartheid, voilà un discours aussi radicalisé qui anime une action de stigmatisation. 

Certains républicains, à leur tête N. Sarkozy soutiennent vivement et farouchement les maires qui interdisent le port du burkini contrairement à la décision du conseil d’Etat parce que c’est une tenue qui est un symbole d’asservissement. 

A gauche, on trouve par contre des vertus à la décision du conseil d’Etat, certains leaders du Parti Socialisterefusent que les forces de l'ordre obligent une musulmane habillée en burkini sur une plage à se dévêtir en public, car selon Christian Estrosi, il ne correspond pas à leur « idéal de la relation sociale ». 

Donc, avancer des concepts flous pour interdire une simple tenue pour incarner le communautarisme au lieu de lutter contre. 
On ne va pas utiliser et prévenir le champ de la laïcité pour commencer à faire la police des vêtements. 

De sa part, Jean-Luc Mélenchon était content de la décision du conseil d'Etat, il annonce que "la laïcité n'a rien à voir avec les plages", et la polémique sur le burkini pour lui est une "farce sans nom" et une "honte pour notre pays et pour nous-mêmes", puis il a résilié les "tartufes" et les "hypocrites" selon lui, qui "défendent les droits de l'Homme" sans les avoir respectés par le passé. 

La polémique occupe tout l’espace public et politique à l’image de N. Sarkozy qualifié par ses adversaires et rivaux d’autoritaire et inégalitaire qui tenait son premier meeting de la compagne électorale pour les primaires on annonçant que « la fermeté de la république est aujourd’hui testée par des provocations, militantes et politiques, la république doit être ferme, je demande une loi d’interdiction surtout le territoire de la république». 

Il cherche à faire un programme électoral à la fois pour la droite décomplexée et l’extrême droite apaisée, mais il demeure autoritaire et inégalitaire dans un contexte marqué par la torpeur du terrorisme, qui d’ailleurs le domaine de la sécurité est son terrain préféré, alors que pour le front national, c’est un homme du système qu’il faut combattre. 

Mais la réplique vient rapidement de son ex-premier ministre quand il explique qu’« il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable » mais quand il s’adresse aux musulmans il affirme qu’il imposer aux musulmans de France « des règles communes, c’est une condition non-négociable ». 

La droite dénonce la faiblesse de la gauche sur le burkini, et le Parti Socialiste ne cache pas sa division, particulièrement, M. Valls quant à lui réfute la décision du Conseil d’Etat et riposte en donnant l’exemple de la statue « Marianne seins, nourrisse du peule, c’est une femme libre », il affirme que ces arrêtés ont été pris même pour l’ordre public et de s’habiller par pudeur de religion est contraire aux représentations de la république. 

Alors que la présidence se garde bien de se prononcer, elle s’est contenté juste d’une formule prudente ni provocation, ni stigmatisation. 

Cette situation pose un problème à l’intérieur d’un gouvernement qui a perdu l’esprit collectif, car elle remet sur le tas la question des libertés individuelles, jusqu’au va-t-on vérifier qu’une tenue est contraire aux bonnes mœurs, ce qui par ailleurs libère la parole raciste et on a remarqué dans la verbalisation, dans les incidents qui se sont déroulés (racisme, des dérives policières), par conséquent, elle provoque un débat très sensible car il y’a beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux et dans les médias étrangers jusqu’à qualifier ces arrêtés de la stupidité. 

1-    La décision du Conseil d’Etat est-elle d’ordre juridique ou politique ? 
Elle peut être les deux, mais il est visible juridiquement qu’on ne peut pas interdire une personne de s’habiller comme il souhaite dans un lieu public,mais c’est aussi, politique après les attentats de Nice de dire que les élus locaux sont fermes, mais c’est une mauvaise stratégie pour régler le problème. 

C’est vrai que seules les politiques qui se sont emparés du sujet en plein cœur de l’été, on a vu Valls monté en première ligne dans cette affaire, mais pourquoi il va aussi loin ? Certes, il possède des dogmes laïcs inébranlables, mais, il est allé plus loin, et il s’est trempé en suivant l’incroyable attitude maires concernés, car tout simplement le Conseil d’Etat a une force juridique et sa décision est comme une loi, mais ce qui est stupéfiant c’est qu’on demande aux citoyens de respecter les lois alors que les élus passent outre. 

Pour ne pas créer des dissensions au sein du gouvernement, M. Valls a dit qu’il ne fera pas de loi mais son attitude lui aussi a été exagérée. 

Dans le fond, c’est une question complexe qui révèle beaucoup de questions comme la fermeté de l’Etat, la laïcité, la place de l’Islam en France, la volonté d’une partie des musulmans de France d’imposer un mode de vie alternatif , donc, dire oui ou non au burkini ne réglera pas un débat compliqué et qui est un débat aussi piégé. 

Si pour Jean-Luc Mélenchon la question est tranchée en disant que « les musulmans sont des Français qui ont une autre religion et nous voulons vivre ensemble », pour les autres candidats à la présidentielle de 2017, ce n’est pas aisée car tout simplement ils ne sont pas libres et la problématique fait appel aux surenchères. 

Cependant, c’est contestataire de voir les maires ne respectent pas une décision de la plus haute instance administrative au pays. 

Globalement les responsables de la droite qui se droitise à l’approche de chaque scrutin électoral, ont condamné le port de ce vêtement, alors qu’il y’a une fracture à gauche, et ce n’est pas du tout le clivage habituel à tel point aujourd’hui que dans les positions de M. Valls, de N. Sarkozy et de M. Lepen on ne voit pas une très grande dissimilitude. 

Subséquemment, il y’a un problème de fonds celui de la relation de la nation et la place de l’islam en France qui est historique et chaque fois il y’a des psychodrames d’un détail qui révèle tout le reste. 

Voir une femme avec un foulard c’est un détail qui fait oublier tout le reste, le problème, c’est qu’on arrive à un point où on ne voit que le voile, alors que les musulmans de France sont dissipés derrière différents courants islamiques qui les déchirent en plus d’une intégration qui n’est pas réussie et présente des séquelles surtout pour la dernière génération. 

Beaucoup montrent de doigt un salafisme depuis trente ans, où il y’a des institutions intégristes avec un projet politique réactionnaire qui sont non seulement représentées en France, mais qui sont devenues partenaires et les principaux interlocuteurs de l’Etat. 

comme le cas de l’Organisation islamique de France qui existe depuis 1983 ayant des écoles conventionnées et qui est proche de l’idéologie des frères musulmans qui estiment que la charia est dessus des lois de l’Etat, on plus, le message identitaire plane dans les esprits des musulmans, mais le danger vient de trois problèmes majeurs à savoir : l'absence d’un leader crédible et meneur, les financements étrangers, et le manque de formation des imams pour prêcher un islam tolèrent et modéré. 

Les responsables et les politiques savent bien ce constat, mais au lieu de se saisir de ces phénomènes, ils préfèrent se mêler des polémiques, sur des conséquences d’un phénomène plutôt que de remonter chercher les causes. 

Il y’a une évolution de l’islam en France, d’équilibre au sein de la communauté musulmane française avec une progression constante, et une peur de voir l’islam comme un projet politique qualifié de totalitaire et risque de s’imposer un jour comme la norme en France. 
Les adversaires de cette religion voient dans, le burkini ou la burka des exemples pour que les intégristes afin de pousser leurs pions d’avantage pour tester la capacité de résistance de la France. 

Si les islamistes tout groupe confondu condamnent les femmes qui vont à la plage ou celles qui s’habillent moulants, pourquoi les politiques en France choisissent un thème qui n’est pas le bon. 
Les trente maires qui ont pris des décisions démagogiques, en vue de satisfaire leurs électorats ont fait croire au public qu’ils vont lutter contre l’intégrisme en interdisant un maillot de bain mais ils ne s’intéressent pas à ce qui ce passe dans des quartiers délaissés et on s’en prend à des braves dames qui vont se baigner avec leurs enfants. 

Les maires ont choisi une mauvaise arme qui ne tient pas juridiquement et ne tiendra pas constitutionnellement et offre une victoire au intégristes pour défigurer l’islam. 

2-    La polémique sur le burkini cache une lutte virulente 
Malgré le coup d’envoi d’une compagne présidentielle qui sera marquée fortement par la place de l’islam en France, le sujet réel sur le fond est la progression d’un islam intégriste en France. 
Mais commet protéger des femmes qui veulent cacher leurs corps par pudeur de religion, ces femmes qui sont agressées qui ont un sentiment d’humiliation des remarques racistes sont lancées, ces mesures sont destinées à masquer la capacité de ces élus locaux à trouver des mesures efficaces pour lutter contre le terrorisme. 

Il y’a une lutte interne qui prend pour otage la femme, et ces arrêtés rajoutent une autre, mais le burkini existe depuis 2003, il ne faut pas lier cette affaire au contexte actuel du terrorisme, et que le climat crée par les attentats pèse lourdement. 

Le plus important pour la sécurité, c’est de chercher les ramifications des réseaux terroristes, ceux qui profitent de la pauvreté et la précarité des jeunes pour les transformer en suicidaires, condamner les prêcheurs de la haine sur le net, faire des clarifications pour assurer le vivre en commun des gens, au lieu de faire le jeu de Daech en alimentant cette polémique et on voit par la suite un Etat qui réprime particulièrement les musulmans ce qui laisse à dire que les musulmans sont victimes de discrimination d’Etat. 

Donc, il faut travailler pour isoler ceux qui veulent nuire à la paix, au vivre en commun, et la prise stupide de ces arrêtés ne peut que gonfler l’effectif de ceux qui se sentent refusés par la société prétendue catholique en leur disant rentez- chez vous. 

Paradoxalement la quasi-totalité des groupes djihadistes et islamistes radicaux sont d’accord avec la demande d’interdiction du port du Burkini, mais, pas pour les mêmes raisons, car ils voient que le burkini n’est pas un vêtement islamique, ce qui impose une situation excentrique, où la demande des maires converge avec celle des djihadistes pour des motifs complètement inverses. 

Le problème c’est que la femme en général, est au centre d’une vraie bataille entre les progressistes de droite ou de gauche qui veulent absolument enlever ce voile parce que c’est le symbole de l’asservissement et de l’islamisation de la France. 

Pour l’Islamologue Mathieu Guidère, la femme musulmane est l’objet de débat idéologique et politique où les progressistes veulent la libérer ou précisément l’occidentaliser qu’elle veuille ou non, et les islamistes radicaux veulent l’asservir qu’elle veuille ou non, il rajoute que dans ce débat, le problème c’est que tous les deux vont sur le terrain de la religion alors que la bataille devrait être chez les progressiste avec des armes de progressistes et que chez les islamistes radicaux se face par des armes religieux. 

La polémique du burkini reste une affaire franco-française, et le débat amène les étrangers à se moquer des français dans les médias, plus encore, ils leurs donnent des leçons sur les libertés et l’Etat de droit, et de nombreux dirigeants internationaux leur reprochent de mettre trop de l’huile sur le feu. 
Car, après la décision du conseil d’Etat les commentaires tournent autour de la sécurité, et de l’ordre public en restant unanimes que les maires n’ont pas le droit d’interdire un simple vêtement de baignade en invoquant l’ordre public. 

Des grands journaux s’inquiètent déjà sur le climat social français, et même les étrangers sont intrigués par cette polémique qui s’exporte et mobilise les gens pour dénoncer un autre épisode de stigmatisation des musulmans de France, et certains n’hésitent pas à dire que c’est une propagande gratuite pour les terroristes. 

3-    Une laïcité à la française unique 
Il n’y’a pas d’interdiction du burkini en Europe, mais, les allemands discutent de l’interdiction de la burka, la France se trouve aujourd’hui parmi les pays les plus ou moins théocratiques qui refusent ce burkini d’où la compréhension des démocraties occidentales de prendre la France comme leader du combat idéologique ainsi, en 2003, la seule qui a interdit le voile, puis , en 2010, elle est la seule en occident qui a interdit la burka, et maintenant, on parle de burkini. 

Ce qui attise les tensions et place la France comme le premier ennemi des islamistes radicaux et des terroristes, car la laïcité à la française n’existe nulle, part ailleurs, en elle n’a pas été expliquée aux musulmans de France et ailleurs de telle façon que plusieurs affirment qu’en France, on ne peut pas pratiquer sa religion. 

En conséquence, la laïcité à la française est très mal comprise, et il n’y’a pas eu cet effort pour faire comprendre ce concept même pour les politiques français, ce qui laisse entendre qu’il y’a une conception française intégriste de la laïcité qui voit dans le fait religieux un ennemi où historiquement, il y’avait un conflit violent entre la république et l’église et de nombreux prêtres ont été assassiné et par la suite le vote de la loi de 1905 vient comme un compromis pour pacifier ces relations violentes. 

Aussi, ce n’est pas une loi anti-religion mais, elle indique que l’Etat est neutre et l’église voulait conserver l’influence de la doctrine religieuse sur les enfants dans l’éducation. 
Il y’a une forme d’intolérance à toute pression religieuse comme si c’était une menace pour la démocratie et l’islam est lui-même victime de ce regard à priori négatif sur la religion au contraire du judaïsme et de christianisme, il n’y a pas de séparation claire et compréhensive entre ce qui la foi et ce qui est la locution politique et publique de cette foi. 

Ce dilemme nous rappelle le rapport des maires qui appelle à la fermeture des crèches d’Angers, et le problème qui est dans la loi de 1905, c’est qu’il interdit à l’Etat de financer les édifices religieux et comme l’islam est une nouvelle religion, il y’a un problème pour les musulmans, mais ça n’empêche pas qu’elle soit contourné en donnant des subventions aux associations qui par la suite construisent des mosquées. 

Il convient de noter qu’après la déclaration de S. Khan, et la manifestation des anglais devant l’ambassade de France à Londres, certains analystes français en réplique à cette leçon annoncent que les rapports inter communautaires ne sont pas clairs, même en instituant des tribunaux islamiques avec des compétences bien précises et limitées, ce qui nullement accepté en France. 

4-    La décision du conseil d’Etat fait voter le Front national et la droite 
Le front national s’est positionné plus fort que la droite dans une forme de laïcité d’intransigeance cette réaction dure peut le favoriser dans les élections présidentielles surtout quand il pousse pour une loi spéciale contre les musulmans. 

Ce qui place N. Sarkozy en parfaite résonancepar rapport au thème dominant depuis l’été, il est en phase avec l’électorat de l’extrême droite, mais la question de la crédibilité reste suspendue, car il peut dire ce qu’il veut, mais il ne pourra être jugé que si il est au pouvoir. 

Cette situation développe une part de rejet des musulmans, car la majorité d’eux sont frustrés de cette polémique comme la majorité des français qui sont pris en otage entre une frange assez radicale des progressistes laïcs et une autre frange aussi radicale des islamistes, ces deux radicaux qui dominent et qui ne laissent pas les gens modérés et correctes ayant un avis objectif sur la situation de s’exprimer davantage.

Source : http://www.blog.ma/La-laicite-francaise-Une-concep...



               Partager Partager


Commentaires

1.Posté par Sandrine FROMENTIN le 11/09/2016 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La laïcité Française est comme sont nom l'indique est la neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses. Et le problèmes vient plutôt du fait qu'un musulman affiche sur la voie publique ses croyances, avec ses différentes tenues. Or c'est très prétentieux de faire cela en France et cela dérange forcément! ;-)

Le Français, par définition est Franc, direct et donc simple et ne va pas afficher se en quoi il croit sur la voie publique!

Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles