Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr


MAP - publié le Mardi 28 Octobre à 08:53

La grève n'est "pas une solution", le gouvernement annoncera "une bonne nouvelle" mercredi



Rabat - La grève nationale préventive que des centrales syndicales comptent observer mercredi "n'est pas une solution" aux questions en suspens et le gouvernement annoncera une bonne nouvelle mercredi, le même jour de la grève, a affirmé, lundi à Rabat, le chef du gouvernement et secrétaire général du Parti Justice et Développement, Abdelilah Benkirane.



Lors d'une rencontre de coordination et de concertation sur le projet de loi de finances 2015, tenue par les dirigeants des partis de la majorité avec les membres des groupes et regroupements parlementaires de la majorité, M. Benkirane a souligné que le gouvernement poursuivra la mise en œuvre des réformes annoncées dans son programme notamment celle du régime des retraites.

Les tentatives constantes visant à ébranler et perturber le gouvernement ne l'empêcheront pas de mettre en œuvre les réformes nécessaires, a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération et secrétaire général du RNI, a fait savoir que l'exécutif vise à travers le PLF 2015 de poursuivre ses choix et rétablir l'équilibre sans porter atteinte au pouvoir d'achat des citoyens, augmenter l'impôt ou réduire le budget social.

Le gouvernement œuvre suivant une démarche positive, confirmée par les rapports internationaux et sa capacité à accéder facilement au marché financier, ainsi que par la confiance des investisseurs, a-t-il relevé.

Pour sa part, le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la politique de la ville et secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Nabil Benabdellah a appelé à contenir toute maneouvre visant à créer un climat de tension donnant l'image d'un pays en situation de crise.

Le gouvernement est appelé à garder le cap dans la gestion des questions politiques, sociales et syndicales, a-t-il dit, saluant les résultats positifs réalisés par le gouvernement dans un environnement régional et international aux prises avec des crises multiples.

Il a incité la majorité à mettre en relief les réalisations accomplies par le gouvernement dans les différents domaines, en s'appuyant sur des chiffres exactes et des indicateurs fournis par les départements concernés afin de consolider le projet gouvernemental face aux "attaques acharnées" auxquelles il fait face.

Pour sa part, Mohamed Moubdi, ministre délégué chargé de la fonction publique et de la modernisation de l'administration et membre du bureau politique du Mouvement populaire, qui représentait le secrétaire général du parti Mohand Laenser, a noté que contrairement aux mesures austères prises par les gouvernements de certains pays pour redresser l'équilibre de leur économie ayant touché les salaires, les budgets sociaux et les investissements, l'Exécutif marocain a veillé dans le PLF 2015 à la préservation du pouvoir d'achat des citoyens, à la consolidation des investissements publics et à l'encouragement des initiatives visant la création des richesses.

Le ministre a salué les dispositions prises dans le cadre du PLF, appelant les groupes de la majorité à le soutenir avec vigueur.

D'autres députés et conseillers de la majorité ont pris la parole pour saluer les mesures prévues dans le PLF 2015, réaffirmant leur appui à ces dispositions et aux initiatives prises par le gouvernement dans les différents secteurs, au service des citoyens.

Le ministre de l'économie et des finances Mohamed Boussaid avait donné, au début de cette rencontre, un aperçu des grandes lignes du projet de loi de finances 2015 et les prévisions sur la base desquelles il a été élaboré, soulignant que ce projet est "le meilleur qui puisse être présenté dans cette conjoncture".

Le projet de Loi de finances 2015, table sur un taux de croissance de 4,4 pc et ambitionne de ramener le déficit budgétaire à 4,3 pc du produit intérieur brut (PIB) en harmonie avec le programme gouvernemental.

Cet objectif est fixé sur la base des hypothèses d'un taux de croissance du PIB de 4,4 pc en 2015, d'un taux de change moyen de 8,6 DH/dollar et d'un cours moyen de pétrole de 103 dollars le baril.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara