Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



khalid benslimane - publié le Jeudi 31 Mars à 10:24

La gauche impériale...






Voila ce que l’on pourrait qualifier d’une citation d‘anthologie.
"Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie » 
(Michel Rocard, Ouest-France, 27.8.92)
Tu parles d’une prophétie !

Le constat est pourtant là, dur et amer, et  tellement que même un probable « j’ai décidé de m’aigrir » ne relève plus de la volonté propre du pékin moyen européen mais une fatalité, dont même son droit de vote ne pourra le sauver.

Mais aigri c’est encore mieux que mort leur dirons les adeptes de la prédation social-démocrate. Les néo-gauchos des masses bovines  que l’on traîne, en agitant l’épouvantail barbu, vers l’abattoir des consciences pour mieux les traire, tambours battant de médias alignés aidant.

« Nous sommes en guerre ! »

Ah la belle affaire ! Une formule magique qui dispense de rendre des comptes sur l’échec d’une politique Européenne préférant la fuite en avant du mensonge.

Il n’y a encore pas très longtemps une grave crise financière menaçait le monde d’en haut, profilant le spectre de la famine et de la précarité, livrant au statut du sans abri moult recrues potentielles.

La prophétie à fait chou blanc et l’Europe s’en revient aux classiques coloniaux - ce qu’elle sait le mieux faire- pour sauver ce qui reste de son autorité en train de craquer aux jointures.

Mais pour combien de temps encore le pillage du monde d’en bas, sous l’alibi d’un soit disant choc de civilisations fabriqué de toutes pièces, pourra-t-il continuer à sauver le monde d’en haut ?

Le grand alibi restant l’ouvrier, sacré empereur, pour qui l’on veut préserver son boulot métro dodo

Pour combien de temps encore la sécurité se limitera au renforcement du sécuritaire ?

Pour combien de temps le plus de démocratie se limitera à engendrer une citoyenneté de seconde zone ?

Pour combien de temps encore la monnaie unique servira-t-elle d’idéologie à l’Europe ?

Dans une vie, individuelle ou collective, l’argent vient toujours à manquer. Et si l’Europe, comme sont en train de la concevoir ces nouveaux impérialistes de gauche, ne tient que par l’argent, elle finira inéluctablement par se désagréger par l’argent.

Il sera alors dit à l’ouvrier « c’est pour toi que nous avons fait tout cela » avec, écrit en tous petits caractères en bas du contrat social : « pour que tu puisses encore voter pour nous ».

La grande équation demeurant l’hypothétique éveil d’un cas de conscience chez l’ouvrier,  fixant une limite au nombre de morts dans le monde d’en bas pour préserver son emploi.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».