Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



Chaalal Mourad - publié le Mardi 9 Décembre à 09:50

La francophonie, une entité en quête d'âme




".. On ne sait pas quand, ni à quelle occasion le langage a été inventé. Mais l’on sait à quoi il sert : la séduction, le conflit, l’échange, autrement dit l’amour, la guerre, le commerce, ou encore la culture, la politique et l’économie. ." M. Hervé Crone



La langue française est en fait le seul tribut d'une occupation coloniale française, qui s’attela aux quatre coins du monde et qui consomma plusieurs générations dans ces pays, une France jadis, forte et impérialiste, qui se voulait et se voyait "civilisatrice" au point où "Kateb Yacine", l’auteur de «Nedjma» (1956), roman culte de la littérature maghrébine et parlant de la langue française, a introduit et pour la première fois, l’expression " un butin de guerre", au grand bonheur de la francophonie littéraire.

Il est vrai que, des écrivains, aussi bien Maghrébins, africains que haïtiens exhibaient un amour démesuré de la langue et de la civilisation française et c'est dans leur droit. La langue française fascine, chatouille les sens, berce les émotions et enivre l'envie de vivre, au point où le parler français est devenu, un mode de vie et de culture et c’est tant mieux d'ailleurs, du moment qu'il ne se fasse pas au détriment des langues et cultures locales.

L'on convient que toute occupation est par définition une entreprise humainement désastreuse et est donc condamnable. Néanmoins, il y a occupation et occupation ; en effet et s'agissant des pays africains comme le nôtre qui ont subi un redoutable colonialisme français, qui a duré 132 ans, 17 autres pays africains ont vécu la même expérience, durant des périodes différente mais où la langue française demeure à ce jour la langue officielle, sinon la seconde et la plus parlée.

Il faut avouer de même que la langue française est l’une des unions géoculturelles les plus importantes de la planète, celle que la France "éclairée", appelait de ses vœux pour bâtir la paix au service du dialogue entre les cultures. Face au rêve américain et la mondialisation tous azimuts, la francophonie suscite alors un autre rêve, celui des valeurs francophones et propose une autre vision du monde.

Mais quel est donc l'apport réel et palpable de la langue et la culture françaises dans le vécu des peuples et des pays africains ? A l’échelle individuelle, cette langue, restée accessible à presque toute la société, nous a ouvert les horizons, permit de porter une autre conception et regard sur le monde.

Avec la culture française, une nouvelle promesse d'une vie meilleure venait de naître surtout pour l’élite, généralement les fils(filles) des hauts responsables qui eurent la chance de continuer leurs études en France et de retourner chez eux, théoriquement pour aider à la bonne gouvernance de leur pays et transmettre les valeurs de la francophonie, à savoir, la promotion de la démocratie, le respect des droits de l’homme, de la diversité culturelle, de la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et les injustices , car c'est de ça dont il s'agissait en fait.

Les fils des dictateurs, des militaires, de la bourgeoisie parasitaire, des hauts responsables de ces États et de tous ces pilleurs de ressources, ceux qui sont la cause même des maux qui frappent leus pays et de leur sous-développement. Par œuvre de magie deviennent des ambassadeurs de la paix, de la démocratie. Des voleurs, des voyous "de parler français" et qui doivent à la Mère-France , leur statut, leur promotion et même leur vie. Cette France a aidé leurs parents à rester au pouvoir des années durant, leur assurant appui politique, soutien de tout genre et qui continue à ce jour son œuvre de charité et de générosité bienveillante envers leurs mômes. En fait, la France a toujours choisi ses interlocuteurs parmi les chefs d'États africains qu’elle fabriquait elle-même ou à la limite, ils se faisaient fabriquer devant son regard et avec son consentement. Au point où en Afrique par exemple le coup d’État est devenu un mode de régulation politique, dont les véritables instigateurs sont des États occidentaux à réflexes impérialistes. En tête de liste de ces parrains étrangers des coups d’État africains, il y a indéniablement la France qui a abusé de ce moyen anticonstitutionnel dans son « précarré », en vue de maintenir sur sa traînée et autour de son orbite d’influence des pays prétendument indépendants de droit.

Pour vous dire, sur les 26 pays africains concernés par les 67 coups d’État, il y a en 16 qui ont été des colonies françaises ; soit 61.5% du total. Dans ces ex-colonies de "la Françafrique" sont survenus 45 coups d’État, ce qui représente 67.2% de l’ensemble.

Afin de prendre les rênes des commandes dans son pays d'origine, l'élite "raffinée", celle qui a côtoyé la culture française dans son berceau et ses grandes écoles n’a aucune chance d’influencer l’exercice du pouvoir, une fois de retour chez elle, si elle n'appartient pas aux cercles des décideurs au sein de leurs pays et ne peut donc changer le cours de la politique dans son pays, dans le sens des valeurs francophones inculquées.

Oui la France a supporté et supporte encore et toujours des régimes pitoyables et criminels dans ce pauvre continent. Une Afrique qui se trouve en continuelle régression dans tous les domaines, oui la culture française est raffinée et est vectrice de nobles valeurs, malheureusement piétinées sous les bottes des militaires et d’une classe politique véreuse qui lui fait office de vitrine civile et qui déploie tout son pouvoir au sein de régimes vassaux.

Le bloc de la francophonie, communément appelé "OIF", compte 77 pays membres avec quasi 900 millions d'hommes et de femmes qui partagent la langue française dans le monde. "L'Organisation de la francophonie s’apparente plus à un ensemble de pays à culture francophone, une sorte de mini-Unesco, dédiée à la culture francophonie dont les enjeux sont clairs mais les objectifs demeurent non atteints encore.



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles