Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Mehdi Bennani - publié le Vendredi 15 Mars à 08:03

La diplomatie humanitaire du Roi du Maroc en direction du continent africain




L’histoire du Maroc est profondément africaine. La plaie, toujours vive, et qui rappelle au monde l’identité du royaume, intimement liée au continent noir, n’est autre que la question du Sahara, dont le qualificatif occidental est récent. Tantôt appelée Sahara atlantique, puis espagnol sous la colonisation, cette partie du territoire marocain a historiquement constitué le principal axe de communication entre les sujets des Sultans du Maroc et le reste de l’Afrique.



La diplomatie humanitaire du Roi du Maroc en direction du continent africain
Pourtant, cette question, hautement politique, et qui couve des intérêts purement matérialistes et hégémoniques des voisins du Maroc, témoigne de toute l’importance que représente l’Afrique pour le royaume chérifien. En effet, les relations entre le Maroc et le continent africain sont imprégnées d’une réelle abnégation. Laquelle renvoie à des liens indéfectibles et à une solidarité accrue.

Observer l’action humanitaire du Maroc en Afrique suffit pour convaincre de cet engagement désintéressé du royaume à l’égard des pays africains « frères ».

Ainsi, au plus fort de la crise malienne, précisément le 8 avril 2012, le Roi Mohammed VI a donné ses instructions pour l’octroi d’une aide humanitaire au Niger, au profit des réfugiés maliens ayant fui les combats déclenchés dans leur pays. Par ailleurs, et dans le cadre du même conflit, il a été procédé à l’envoi de 50 tonnes de denrées alimentaires ainsi que de produits pharmaceutiques en faveur des déplacés internes, victimes des hostilités, dans le but d’alléger la pression sanitaire et humanitaire subie par l’Etat malien déjà en crise.

Le dernier acte de la solidarité marocaine à l’égard du peuple malien s’est matérialisé au mois de mai 2012, lorsque des instructions royales ont été formulées pour l’acheminement de la même quantité de denrées alimentaires, soit 50 tonnes, et de produits pharmaceutiques vers le Burkina Faso, au profit des réfugiés maliens y établis.

Cette démarche tous azimut de la part du Maroc s’explique par la volonté du Roi du Maroc de réduire les répercutions liées au conflit et de prévenir une éventuelle déstabilisation des pays voisins qui ont la charge et la responsabilité d’accueillir des citoyens maliens se trouvant dans le besoin le plus vital.

Outre la crise malienne, la solidarité marocaine s’est manifestée à l’occasion de plusieurs catastrophes naturelles et crises humaines dont ont souffert divers pays africains. Les multiples actions du royaume, dans ce sens, sont à même de mettre un terme aux dénigrements d’une certaine presse voisine qualifiant l’implication humanitaire marocaine dans le conflit malien d’« outil de pression diplomatique ».

En effet, en 2012, suite à l’explosion d’un dépôt de munition au Congo, le Maroc, conformément à la volonté royale, a ordonné la projection dans ce pays d’un hôpital militaire de campagne afin de prodiguer des soins d’urgence ainsi que des soins plus conventionnels aux victimes de cet incident.

Enfin, aux graves inondations qu’a connues le Niger, au mois d’octobre 2012, le Maroc a, une nouvelle fois, octroyé un don de l’ordre de 50 tonnes de denrées alimentaires au profit de la république sinistrée.

Ces actions humanitaires, toutes récentes, ne sont nullement exhaustives. Car, dès ses premières années d’indépendance, le Maroc s’est engagé dans des actes de solidarité et de coopération partout en Afrique. Il a dans ce sens été un acteur incontournable en matière de lutte pour le recouvrement des indépendances de nombre d’Etats africains. Il a joué un rôle premier dans le processus d’émancipation des peuples et n’a, depuis, ménagé aucun effort en vue de favoriser le développement et le bien-être du continent noir.

Mehdi Bennani
Conseiller auprès du Centre d’Etudes Internationales


Tagué : Mehdi Bennani

               Partager Partager