Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



LAMIRI Moustapha - publié le Vendredi 28 Septembre à 10:12

La dignité




Le mot « dignité » est abstrait et signifie « qualité de digne ». Dérive de l'adjectif latin dignus, qui est traduit par « précieux ». D'où la dignité est la qualité de ce qui est précieux d'un être humain.



La dignité
La valeur est insérée dans ce qui est propriété maximale de l'être humain : le bien. Ce bien a pour avantage de mettre en avant une vision de l’humain. Si on ne prend pas en considération la dignité humaine, à quoi bon parler de principes comme le consentement informé ? Cette notion constitue une vision ou un objectif vers lequel on doit tendre, qui permet d’établir un certain nombre d’autres principes que l’on peut par contre définir plus clairement. En outre, être digne c’est agir dignement, ceci implique l’éducation de l’homme à honorer par ses actes les idées de dignité humaine.

Par ailleurs, la dignité humaine fait référence à une valeur intrinsèque et particulière de l’être humain. Ce principe de dignité humaine, Kant l’a formulé ainsi : «agi toujours de telle sorte que tu traites l’humanité, dans ta personne aussi bien que dans la personne d’autrui comme une fin et non comme un moyen ». Il y a donc une morale de la dignité humaine. Son principe fondamental est le respect de la nature humaine en soi-même et dans les autres. Comme vous le savez, après la santé qui est le capital de l’être humain, sa dignité se classe en deuxième lieu pour renforcer sa personnalité car la source de la dignité c’est la nature supérieure et spirituelle de l’homme. Elle ne se manifeste qu’à travers un comportement. Elle nous conduit à agir conformément à ce qui fait notre valeur en tant qu’homme. Ce comportement implique un effort pour que nos attitudes ne soient pas soumises à nos passions et nos instincts les plus vils mais guidées par nos vertus. Elles sont la générosité, l’humilité ou encore l’amour.

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité mais dans certains pays, la dignité nécessite l'élaboration d'une lutte pour l’égalité des droits civiques de chaque citoyen, lutte pour que ce citoyen puisse avoir un emploi avec un bon salaire (l’augmentation des salaires et des smic doit être parmi les priorités des gouvernements en fonction du pouvoir d’achat pour avoir le nécessaire et pas pour vivre dans le luxe), lutte pour le droit à l’enseignement, lutte pour avoir une couverture médicale, une couverture sociale et son propre logement, lutte pour avoir la sécurité, lutte pour ne pas marginaliser les retraités....etc.

Ce qui est inacceptable, c’est qu’Il y a des pays qui sont comptés parmi les plus riches en matières premières mais restent les plus pauvres du monde, en particulier lorsque les ressources naturelles représentent la majorité de leur revenu national et que les richesses ne sont pas partagées équitablement.
L’association entre richesse en ressources naturelles et grande pauvreté semble paradoxale.
Il devrait être possible, comme l’affirment de nombreuses compagnies de l’industrie extractive, que l’investissement dans l’exploitation des ressources naturelles contribue sensiblement à la dignité humaine par un développement durable et à la réduction de la pauvreté. Il devrait aussi être possible de mener des activités extractives dans le respect des droits humains.
Or, il est indéniable que dans beaucoup de pays en voie de développement, riches en matières premières, les dizaines d’années d’investissement n’ont pas abouti à ces résultats.
Au contraire, l’exploitation des ressources naturelles et les énormes revenus de l’industrie extractive ont trop souvent alimenté des conflits et des violations des droits humains, aggravé la pauvreté et n’ont pas abouti au développement durable comme compromis.

Dans le secteur des industries extractives en particulier, c'est-à-dire pétrole, gaz et exploitation minière, les projets sont souvent mis en œuvre sans évaluation en bonne et due forme de l’impact potentiel en matière de droits humains, y compris sur le plan écologique et social.
Des groupes d’habitants sont fréquemment chassés de leurs terres. Lorsqu’ils ne le sont pas, leurs moyens de subsistance traditionnels peuvent être détruits ou leur vie menacée si leurs terres sont contaminées et leurs sources d’eau polluées.
L’industrie extractive est largement associée à de nombreuses atteintes aux droits humains, comme les expulsions et les déplacements forcés, les violations du droit à un niveau de vie suffisant (nourriture, logement, eau et assainissement) et les violations du droit à la santé.
Des liens peuvent aussi être établis entre ce secteur et la torture et autres mauvais traitements, la discrimination, le harcèlement, la répression de la liberté de réunion pacifique et les violations du droit à la vie, notamment les exécutions extrajudiciaires, qui découlent directement de la manière dont sont menées les opérations de sécurité (publiques ou privées) liées aux activités extractives.
Les populations les plus touchées par les répercussions négatives de ces activités sont le plus souvent les groupes les plus pauvres, les plus vulnérables ou les plus marginalisés, comme les populations autochtones.

Enfin, il faut signaler qu’il y a une nouvelle forme de dignité, c’est celle de chaque pays dans la communauté internationale. Dernièrement, les pays en voie de développement ont subi des répercussions inattendues suite à la crise financière (Erreur de quelques établissements financiers des pays riches) et qui ont eu un impact négatif sur les domaines économiques et socioculturel. Il y a aussi les changements climatiques qui ne cessent de menacer la politique socio-économique des pays en voie de développement qui sont des victimes des multinationales qui continuent à polluer avec préméditation. Egalement, il ne faut pas oublier d’établir un commerce équitable entre les différents pays afin d'aider des coopératives dans ceux en développement à se développer de manière durable.

En conclusion, les pays du monde devraient toujours tendre à promouvoir la dignité et le bien-être de chaque personne et en particulier ceux de la femme tant au monde urbain qu’au monde rural et cela en partageant les biens équitablement entre les citoyens et en combattant les discriminations sous toutes leurs formes, racistes, sexiste….etc. La dignité est une nécessité qui renforce la personnalité, qui détermine l’identité, qui réalise l’égalité et qui favorise la stabilité.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0