Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Regragui Fatiha - publié le Lundi 23 Février à 14:58

La compétence au Maroc: entre la conception et la réalité?

Politique de formation et insertion professionnelle






Essai d'analyse statistique

J'aimerai mettre l’accent sur le contexte macroéconomique marocain d’éclosion d’une telle grandeur qui est la compétence,considérée comme vecteur de la performance micro et macroéconomique.

En effet, à la suite de l’application du programme d’ajustement structurel au Maroc au cours de la décennie 1980, la crise du chômage est devenue plus aigüe car les recommandations des instances internationales ont porté sur le resserrement des dépenses publiques par le gel d’emploi et des salaires.

Par conséquent, le peuple s’est manifesté contre la politique restrictive menée par l’Etat sous l’égide du FMI et de la Banque Mondiale.

Il aurait fallu repenser au problème du chômage et les autorités économiques marocaines ont créé le conseil national de la jeunesse et d’avenir, pour résoudre le problème d’emploi au Maroc.

Des études ont été établies pour détecter les défaillances en matière d’embauche auprès des entreprises et des diplômés et il s’est avéré que le problème du chômage est dû plutôt à l’inadéquation entre l’offre et la demande d’emploi

En effet, les entrepreneurs arguaient que les diplômés existent en abondance mais ils ne répondent pas à leur besoin, faute de compétence requise, et de leur côté, les diplômés souffraient du manque d’offre d’emploi.

Devant ce déséquilibre, émergeait la problématique de la compétence, il est donc clair que la compétence est une pierre angulaire d’un processus économico-social qui implique recrutement et évaluation.

En outre, les mutations structurelles de l’économie marocaine ont imposé à l’entreprise le changement de son processus de travail et de ses critères d’embauche et ont aussi imposé à l’Etat de repenser à la formation qui devait plutôt cadrer avec le besoin du marché.

L’université devait changer ses filières, réaménager ses programmes et proposer un système modulaire capable de s’adapter au besoin ardent de l’investissement.

La création des EST, des ENCG, des FST…était une solution parmi d’autres pour résorber la crise d’emploi et pour garantir la compétence de la main d’œuvre.

La question qui doit se poser aujourd’hui est de savoir si on est arrivé au stade de la compétence à travers les efforts des responsables marocains sur les plans réglementaire et institutionnel à la fois.

Et si la satisfaction est là, elle le devra des deux côtés de l’offre et de la demande d’emploi et donc est ce que nos ressortissants, nos DUT et nos diplômés en général arrivent –ils à s’intégrer facilement dans le marché d’emploi ?

-Est-ce que l’entreprise répond au besoin des diplômés et réciproquement ?

-Où sommes-nous de la compétence ?

Par rapport à quel référentiel peut- on établir notre analyse macroéconomique sur la compétitivité ?
Regragui Fatiha, Professeur Universitaire à l'EST de Meknès, Université Moulay Ismail, Spécialité: Economie, Gestion et Finance


Tagué : Regragui Fatiha

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles