Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


AA - publié le Mercredi 3 Février à 15:38

La France pourrait participer à une opération militaire en Libye (Gouvernement)



La France "pourrait apporter un soutien ou participer" à une intervention internationale en Libye contre Daech, annonce le porte-parole du gouvernement



La France pourrait participer à une éventuelle opération militaire en Libye contre Daech, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement français Stéphane Le Foll.

"S'il y avait quelque chose qui était décidé dans laquelle la France pourrait apporter un soutien ou participer, bien sûr", a déclaré le porte-parole lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement à l'issu du conseil des ministres.

La France ne prendra "pas d'initiative seule" comme elle l'a fait au Mali mais elle pourra participer à une initiative internationale, notamment à la "demande" d'un éventuel gouvernement d'union nationale à Tripoli, selon Le Foll.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait déclaré mardi que la France n'envisageait pas d'intervenir militairement en Libye, tout en reconnaissant que son gouvernement subit une "pression" pour une telle intervention.

"Il n’est absolument pas question que nous intervenions militairement en Libye", avait martelé Fabius ajoutant qu'il ne savait pas "de quelle source provient" ce type d'information.

Le quotidien français "Le Figaro" avait soutenu dans son édition de mardi que la France s'apprête à une "nouvelle offensive" en Libye au vu de l'installation d'un nouveau gouvernemental central dans le pays ravagé à nouveau par des conflits internes depuis 2014, après une première guerre civile en 2011.

Dans une interview parue dimanche, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait estimé qu'il était "urgent" de trouver une solution politique à la crise libyenne, se disant "très inquiet" de l'implantation de Daech "sur près de 300 kilomètres linéaires de côtes" libyennes et "à 350 kilomètres de Lampedusa [en Italie]".

L'Union africaine (UA) se montrait pour sa part prête à "agir" en Libye "en collaboration avec un gouvernement légitime".

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus