Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 6 Avril à 13:02

La France appelle les pays de l'OCDE à mettre le Panama sur la liste des paradis fiscaux



Paris - La France a appelé mercredi les pays de l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) à mettre le Panama sur la liste des paradis fiscaux, à la suite des révélations de l'affaire " Panama Papers".



Michel Sapin
Michel Sapin
"Il ne faut pas que l'on soit tout seuls. Il faut que ce soit un mouvement général. C'est pour ça que j'ai souhaité aussi que l'OCDE (...) se réunisse pour que la même décision (que la France) soit prise par l'ensemble des pays concernés", a indiqué le ministre français des Finances Michel Sapin dans une déclaration sur radio Europe 1, notant qu'il n'était pas intimidé par les représailles économiques envisagées par le Panama.

La France a décidé mardi de réinscrire le Panama sur la liste des paradis fiscaux Ce pays d'Amérique centrale a annoncé, juste après cette décision, qu'il envisageait des représailles économiques contre la France .

"Au Panama, il existe une loi qui prévoit des mesures de rétorsion contre les pays qui incluraient le Panama sur les listes grises", a déclaré mardi le ministre de la Présidence, Alvaro Aleman, lors d'une conférence de presse.

Paris avait retiré le Panama de la liste des paradis fiscaux en janvier 2012, après la signature d'une convention avec les autorités panaméennes sur la lutte contre l'évasion fiscale.

Par ailleurs, le ministre a eu un entretien, mardi, avec le PDG de la banque française "Société Générale", accusée d'avoir créé de nombreuses sociétés offshore, dans le cadre des révélations dites des "Panama Papers". 

"Je lui ai dit que je souhaitais que tout soit mis sur la table. J'ai exigé de connaître l'état actuel total de la situation, l'évolution de 2012 à 2015 et les raisons de l'ouverture éventuelle de nouveaux comptes offshore", a-t-il expliqué.

La banque française est mise en cause, via le cabinet panaméen "Mossack Fonseca", dans le dossier "Panama Papers" pour avoir créé 979 sociétés offshore, ce qu'elle avait démenti mardi dans un communiqué, faisant valoir que des dizaines de ces sociétés créées pour ses clients étaient encore actives et qu'elles étaient gérées de façon "totalement transparente".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara