Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Mardi 26 Juillet à 11:38

La Estrella : Brahim Ghali, connu pour son "passé noir", a été désigné par l'Algérie à la tête de sa créature le polisario



Panama City - Brahim Ghali, connu pour son "passé noir" et poursuivi en justice pour son implication dans plusieurs crimes, a été désigné par l'Algérie à la tête de sa créature le polisario, a écrit, dimanche, le journal panaméen +La Estrella+.



Dans un article du journaliste Demetrio Olaciregu, le journal a indiqué que le régime en Algérie "a donné sa bénédiction pour la nomination de Brahim Ghali, connu pour son passé noir et poursuivi par la justice espagnole pour des crimes de génocide, d'assassinat, de torture et de disparition forcée, au poste de secrétaire général du front du polisario après la mort de Mohamed ould abdelaziz".

Brahim Ghali, qui a fini par être expulsé de l'Espagne vers l'Algérie, a été aussi poursuivi par les tribunaux espagnols pour traitements inhumains dans les camps de Tindouf sur le territoire algérien, a ajouté le quotidien.

Et la publication de rappeler que le nouveau chef des séparatistes fait face à un mandat d'arrêt international de la part de la justice espagnole, ce qui limitera ses activités en dehors du territoire algérien.

"Le choix de Brahim Ghali n'était pas surprenant, mais le plus étonnant est que l'Algérie, qui détient le pouvoir de décision sur le polisario, qu'elle a créé, entraîné, armé et financé jusqu'à l'heure actuelle, mise sur une personne de la vieille garde, connue pour son passé ignoble", a-t-elle expliqué.

Le journal a fait remarquer que "Brahim Ghali, connu pour son suivisme et son strict respect des ordres du régime algérien, qui exploite le polisario dans sa confrontation avec le Maroc depuis plus de quatre décennies, partage avec ce régime le désir de pérenniser le statu quo actuel".

+La Estrella+ a, par ailleurs, rappelé que l'avenir de l'Algérie demeure "incertain" en raison de la crise des prix du pétrole, les plus bas depuis 30 ans, et qui ont engendré un déficit inédit pour le pays, outre la crise de succession du président Abdelaziz Bouteflika, estimant que cette "impasse politique est apparue en raison de l'échec des cadres du régime à se mettre d'accord sur un successeur du président".

Dans ce sens, le quotidien a affirmé que l'Algérie vit une situation de "déliquescence" depuis près de trois ans, due aux problèmes de santé du président Bouteflika et au déficit estimé à 30 milliards de dollars, qui pourrait avoir un impact sur la valeur de la monnaie locale, ce qui donnera lieu à une inflation incontrôlée.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara