Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MALIK - publié le Mercredi 16 Avril à 00:00

La Chine s'attaque aux assiettes du tiers monde

La Chine enemi numéro 1 ?




Depuis le début des émeutes au Tibet, l’attention des médias se concentre sur les violations des droits de la personne en Chine, sur la répression au Tibet et sur les Jeux olympiques de Pékin. La crise internationale qui secoue la Chine dépasse ces enjeux, pourtant considérables.



La campagne d’appui au Tibet est en train de replonger les dirigeants chinois dans un cauchemar récurrent dont ils espéraient s’être débarrassé : la crainte de devenir l’ennemi principal des États-Unis, de l’Occident et peut être même des pays musulmans avec la discrète répression contres les population de la province Xinquiang Ouigour . En apparence, personne ne veut placer la Chine dans cette position. Les dirigeants américains ont besoin du gouvernement chinois pour négocier avec la Corée du Nord, pour financer le déficit fédéral, pour neutraliser l’influence des talibans en Afghanistan ou pour freiner le développement de l’armement nucléaire dans le monde. Beaucoup de dirigeants d’entreprises occidentales, qui craignent aussi les effets d’une récession aux États-Unis, considèrent la Chine comme le nouveau moteur de la croissance économique mondiale.

Et pourtant, un véritable courant d’opinion publique contre la Chine ressurgit périodiquement dans le monde, avec de plus en plus de force. Au-delà de la question du Tibet et du la plus discrète question des Ouigour musulmans chinois, des ingérences au Darfour soudanais, des droits de la personne, le gouvernement chinois est accusé d’espionnage, de dumping salarial contre le 1/3 monde, de soutien à des régimes extrémistes, de spoliation des ressources naturelles en Amérique latine et en Afrique (sous couvert de coopération technique "moderne"), de manipulation de l’information, de prédation sur les produits alimentaires dans le monde comme le blé et les huiles. La liste des récriminations est longue. (...)

Comme on le voit récemment des émeutes popualires contre la hausse des prix des produits alimentaires, du fait de la capacité d'achat de la Chine nouvelle ont lieu au Chili, en Haiti, et plus proche de nous en Mauritanie et en Egypte.

L'influence de la Chine a bien de quoi inquiéter le Maghreb et les pays arabes, car c'est notre concurrent numéro 1 sur les salaires. Et peut être plus encore dans l'avenir au fur et à mesure que nous entrerons en concurrence pour l'achat de produits alimentaires. Cette influence croissante à de quoi inquiéter l'opinion des peuples du Maghreb et du Machrek. Notons d'aileurs, que Chrétienté et Islam on coexisté depuis des siècles, l'attention médiatique est souvent axé sur ce thème sans préocuper de la menace que fait peser la puissance croissante de la Chine sur ces deux entités. Cette passivité a de quoi inquiéter.

Le point de vue chinois

Du point de vue des dirigeants chinois, la campagne médiatique actuelle est orchestrée par ceux qui ont intérêt à transformer la Chine en ennemi numéro un . Le dalaï lama est un artisan parmi d’autres de ce qu’ils perçoivent comme un vaste mouvement de propagande antichinois. Le gouvernement chinois redouble donc d’efforts pour renverser l’opinion publique mondiale. Deux événements très récents, et qui sont à peu près passés inaperçus en Occident, témoignent bien de cette guerre médiatique ainsi que de l’état d’esprit des dirigeants chinois.


               Partager Partager