Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - Ahmed El Guermali - publié le Mardi 16 Août à 11:27

L'ouvrage "Musique du Sahara, Ikaouen et les rituels du jeu instrumental chez les Bidane" du chercheur Ibrahim El Hissen: un voyage à la découverte de la musique saharaouie




Guelmim - "Musique du Sahara, Ikaouen et les rituels du jeu instrumental chez les Bidane", est l'intitulé du nouvel ouvrage du chercheur en patrimoine littéraire et esthétique hassani et critique en arts plastiques, Ibrahim El Hissen, qui plonge le lecteur dans un voyage littéraire sensationnel à la découverte de la musique hassanie ou des Bidane et présente une analyse des aspects de la musique "Ikaouen" et des rituels du jeu instrumental au Sahara tout en décortiquant l'histoire de la société des Bidane.



Les Bidane ont la peau blanche et parlent arabe (dialecte hassani). Ils vivent dans un large espace géographique appelé "territoire des Bidane" qui s'étend de Oued Noun jusqu'au fleuve du Sénégal au Sud et de l'Océan Atlantique à l'ouest jusqu'au Mali à l'est.

Il s'agit d'une société tribale qui a fondé sa vie sur la gestion et la rareté, ainsi que sur l'adaptation avec l'environnement sahraoui et le nomadisme comme principal mode de vie.

Pour ce qui est des "Ikaouen", ils sont une catégorie de musiciens qui chantent des louanges à la gloire des ancêtres tout en dansant. Les origines de certains d'entre eux sont andalouses ou arabes, tandis que la majorité sont des Touaregs ou sont originaires du Soudan.

Les Bidane, en jouant de leurs instruments, "Tidnit" pour les hommes ou "Ardine" pour les femmes, esquissent des scènes ou le corps est omniprésent et des chorégraphies reflétant dans leurs différentes formes le rêve de l'Homme sahraoui.

L'ouvrage d'Ibrahim El Hissen présenté récemment à Tan-Tan dans le cadre de la deuxième rencontre sur l'art et le patrimoine, se décline en 129 pages (édition de 2016) et s'articule autour de quatre chapitres, à savoir "la société de l'étude", "Ikaouen et la musique des Bidane", "la danse et l'écriture corporelle", et "la feuille de travail du terrain".

Le premier chapitre aborde l'histoire des Bidane et leur hiérarchie sociale, tandis que le deuxième est axé sur la musique traditionnelle hassanie et les rituels de chant, de poésie et des instruments musicaux hassanis.

Le troisième chapitre jette la lumière sur les catégories de danses sahraouies, alors que le quatrième traite des mécanismes méthodiques en matière de collecte, d'archivage et de classification des différentes formes de la musique traditionnelle hassanie.

Dans la présentation de l'ouvrage, l'académicien mauritanien Mohamed Ould Hdhana, a répondu à plusieurs questions, braquant les projecteurs sur la musique hassanie des Bidane.

Il a ainsi relevé que la musique hassanie des Bidane est considérée comme un art et non comme un folklore, étant donné qu'elle est soumise à des règles artistiques qui peuvent être apprises et reprises, et qu'elle repose sur des fondements mêlant mélodies, musique et rythmes, notant que cette musique peut s'enrichir des nouveautés qu'apporte le folklore.

L'académicien, également président de l'union des écrivains mauritaniens, a estimé que la musique des Bidane constitue "une exception dans sa région", en raison de diversité, soulignant que cette musique est unique dans son environnement géographique et humain.

D'après lui, cette musique est composée par ses créateurs en s'inspirant du mode de vie des Bidane, en tant que groupe humain ouvert sur les différentes races et langues culturellement parlant, puisant ainsi dans chaque composante culturelle du large territoire qui s'étend de l'Oued Drâa au nord jusqu'au versant du fleuve Sénégal au Sud et de l'Océan atlantique à l'Ouest jusqu'à Azouad à l'est.

Il a ajouté que l'affluent arabe a été incontestablement un affluent principal de cette musique selon trois facettes, la première est relative au patrimoine hasani hilali qui a enrichi cette musique avec la musique hilalie reposant essentiellement sur des instruments tels que le "Tidnit" et la flûte, la deuxième a trait au patrimoine Fathi adopté ultérieurement par la dynastie des Almoravides, tandis que la troisième est relative au affluent africain.

Et de conclure que l'ouvrage "Musique du Sahara, Ikaouen et les rituels du jeu instrumental chez les Bidane" constitue un chef-d'œuvre en matière de recherche dans la culture des Bidane.

Le chercheur Ibrahim El Hissen, président de la section de Laâyoune de l'Union des écrivains du Maroc est lauréat, deux années d'affilée, du Prix de Sharjah de la critique en arts plastiques. Il est l'auteur de plusieurs publications sur le patrimoine littéraire et esthétique sahraoui.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».