Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



AFP - publié le Jeudi 12 Avril à 10:20

L'ombre d'Al-Qaida au Maroc ?




Casablanca - Les services de sécurité marocains étaient à la recherche mercredi d'une dizaine de kamikazes, qui seraient cachés dans Casablanca et risqueraient de se faire exploser, comme les quatre qui se sont donné la mort la veille lors d'une importante opération de police



Le Maroc, nouveau terrain de guerre sainte pour Al-Qaida? La question se pose au lendemain des suicides de trois kamikazes à Casablanca et au moment où le Groupement salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), rebaptisé fin janvier «Al-Qaida au pays du Maghreb islamique», a revendiqué les attentats meurtriers dans l'Algérie voisine.

Le wahhabisme encouragé par les autorités marocaines avant 2003

«L'enquête sur les suicides de mardi n'est pas suffisamment avancée pour le savoir», répond Catherine Graciet, co-auteur de «Quand le Maroc sera islamiste» (éd. La Découverte) qui note que la bombe utilisée le 11 mars dernier pour faire sauter un cybercafé de Casablanca était de fabrication artisanale.

Un amateurisme qui ne doit pas faire oublier que de nombreux Marocains ont participé à des attentats d'Al-Qaida à l'étranger, notamment le 11 mars 2004 à Madrid. «Dans les années 1990, les autorités marocaines ont encouragé la pénétration et le financement des courants wahhabites, afin de diviser l'opposition. Ce n'est qu'en 2003, après les attentats de Casablanca, qu'un holà a été mis, provoquant une tension très vive avec l'Arabie saoudite», souligne Catherine Graciet.

Des réseaux bien présents

«Il a été prouvé en 2001 que des terroristes, après des mois d'entraînement en Afghanistan, ont rejoint le Maroc, sur instruction d'Oussama ben Laden en personne, pour y créer des cellules», révèle Guillaume Dasquié, journaliste spécialiste du terrorisme islamique. «Dans le cadre de l'enquête sur l'attentat d'Al-Qaida de 2002 contre des navires américains dans le détroit de Gilbraltar, la troisième chambre du tribunal de Casablanca a également établi que ces terroristes se marient au Maroc pour s'insérer et mettre sur pied des liens de sang qui assurent la continuité du jihad», explique-t-il.

«Al-Qaida a su profiter de la montée spectaculaire de l'islamisme dans les quartiers défavorisés». Là même où les terroristes ont préféré mardi se faire sauter que se rendre à la police.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles