Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



par Frankie Martin - CGNEWS - publié le Jeudi 15 Juillet à 11:50

L’islam, les Pères fondateurs et la Fête nationale du 4 juillet






Washington – En ce 4 juillet, les Américains se sont retrouvés autour de leur barbecue, ils ont regardé les feux d'artifice et ont évoqué le souvenir de ceux qui, en 1776, avaient signé la Déclaration d'indépendance à Philadelphie. Pour beaucoup de gens, ces célébrations sont un rappel de la valeur de la liberté dans ce pays arraché à la monarchie et à la tyrannie par la volonté de tout un peuple.

Il est parfois trop facile d'oublier que les fondateurs de l'Amérique ont également défendu une autre liberté: la liberté de conscience.

Pour les Pères fondateurs, la liberté de conscience constituait l'essence même du fait américain. Ainsi que l'écrivit George Washington, le premier président de la nation, l'Amérique était prête à recevoir “les opprimés et les persécutés de toutes les nations et toutes les religions”, chrétiens, juifs et musulmans. Mais il est parfois arrivé que l'Amérique trahisse son idéal, tout récemment encore après la destruction des tours de Manhattan.

J'ai pu le constater de mes propres yeux lorsque j'ai voyagé avec une équipe de recherche dirigée par le Pr. Akbar Ahmed de l'American University, dans le cadre d'une tournée de 75 villes américaines et 100 mosquées pour le nouveau livre, Journey into America: The Challenge of Islam. Ce livre analyse la façon dont les Américains musulmans s'assimilent dans la société américaine et aborde forcément la question de l'identité américaine. Nous avons rencontré des citoyens américains musulmans qui avaient été incarcérés sans jugement et détenus dans des conditions inhumaines, sur le simple soupçon d'avoir projeté ou d'avoir participé à des actions terroristes, d'autres dont les mosquées avaient été attaquées aux cocktails Molotov, et tant d'autres qui avaient subi des agressions et des vexations de la part de leurs voisins et concitoyens.

Il suffit d’ailleurs de brancher la télévision pour y voir partout des commentateurs qui ridiculisent et dénigrent le livre sacré de l’islam et son prophète. Certains Américains sont même allés jusqu’à me dire que les musulmans ne peuvent pas être américains.

Ces Américains-là feraient bien de lire les oeuvres de nos Pères fondateurs. Les érudits et hommes d’Etat exceptionnels qu’ils étaient ont manifesté un immense respect pour l’islam et ont tout fait pour accueillir des musulmans. John Adams, deuxième président des Etats-Unis, a désigné le prophète Mahomet comme l’un des grands esprits épris de paix, aux côtés de Socrate et de Confucius. Thomas Jefferson, troisième président et auteur de la Déclaration d’Indépendance, a appris l’arabe avec son exemplaire du Coran et a organisé le premier iftar présidentiel marquant la fin du jeûne quotidien du ramadan. Les Pères fondateurs ont également puisé aux sources des principes des civilisations musulmanes, parmi bien d’autres, lorsqu’ils ont construit le système politique et judiciaire de la nouvelle nation.

De tous les Pères fondateurs, c’est peut-être Benjamin Franklin qui nous a légué les textes les plus remarquables sur l’islam. Ce grand penseur et homme de science américain a témoigné de son respect pour l’islam et de son profond attachement à la liberté de conscience lorsqu’il a exprimé son souhait de voir le mufti d’Istanbul prêcher l’islam du haut de la chaire d’une église de Philadelphie.

Mais c’était sans compter qu’il serait difficile d’amener ses concitoyens à faire preuve de tolérance.

En décembre 1763, une bande d’une cinquantaine de pionniers de Pennsylvanie, bien décidés à empêcher les attaques d’Américains autochtones contre leurs maisons, et mécontents de voir que leur gouvernement ne faisait rien contre les tribus hostiles, avaient torturé, mutilé et assassiné un groupe d’Amérindiens chrétiens pacifiques dans des circonstances particulièrement affreuses.

Ces pionniers prétendument chrétiens, s’indigna Benjamin Franklin, étaient plus barbares que ceux envers lesquels ils se prétendaient supérieurs.

Franklin affirmait également que ces Amérindiens auraient été mieux protégés dans un pays musulman, car l’islam montre plus d’humanité envers les prisonniers que les pionniers n’en avaient manifestée à l’égard d’hommes libres. L’homme d’Etat louait la compassion du prophète Mahomet, précisant que celui-ci avait applaudi l’humanité des soldats qui traitaient humainement leurs captifs. Il exprimait aussi son admiration pour Saladin, ce sultan du 12e siècle, qui faisait preuve à la fois de justice et de compassion.

Dans un pays où l’hostilité à l’islam est répandue, l’état d’esprit des Pères Fondateurs prend toute sa signification. En ces temps de tension entre certains éléments du peuple américain et le monde musulman, musulmans et non-musulmans auraient tout à gagner en s’inspirant et de l’idéal américain des Pères Fondateurs et de l’idéal islamique pour lequel ceux-ci nourrissaient une vive admiration.

Ces idéaux complémentaires ont été intégralement remis en question par l’affrontement qui a suivi les événements de septembre 2001. Lorsque nous reprendrons notre train-train quotidien après ces fêtes du 4 juillet, j’aimerais que nous prenions le temps de nous rappeler l’Amérique, la vraie, celle que ces hommes extraordinaires avaient rêvée en 1776 et que nous œuvrions pour la faire devenir réalité. C’est ce que les Pères fondateurs auraient attendu de nous.

###

* Frankie Martin est associé de recherches à la chaire Ibn Khaldun de l’Institut de Service international de l’American University. class="link">http://www.commongroundnews.org/article.php?id=280...


Tagué : cgnews

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles