Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Abdelatif GUELMIM - publié le Mardi 15 Avril à 11:39

L'impératif de "boycott des produits Européens"






Alors même que l’UE alloue des milliards d’Euros de « subventions massives » à son agriculture (contraire aux bonnes règles de la libre concurrence), en s'attaquant « aux exportations marocaines de fruits et légumes » à travers un changement unilatéral des règles du jeu en cours de parti (fixation par l'UE des prix à l’entrée pour les produits agricole marocains), l’Europe vient une nouvelle fois de montrer son vrai visage d’hégémoniste et son incapacité à supporter qu’un pays de sud tel que le Maroc puisse encore continuer à lui tenir tête.

L’une des volontés de l’Europe est de couper le Maroc de ses marges commerciales dans le secteur agricole (d’où des subventions massives très fortes dans filières clés tel que les tomates et les agrumes qui empêche de manière indirect l’augmentation des revenus des paysans et travailleurs agricoles marocains), afin de lui porter gravement préjudice jusqu’à le toucher dans sa chair (la décision irresponsable de l’Europe va priver des centaines de milliers de familles pauvres ou modestes de leurs revenus du quotidien).

Ainsi, alors même que des puissances telles que la Chine déversent quotidiennement des milliards d’euros de marchandises sur l’Europe, ce sont donc les quelques camions de « tomates et fruits et légumes » arrivant du Maroc, qui approvisionnent ses marchés durant l’hiver, qui cristallise les frustrations des européens et qui les empêches de « dormir sur leurs deux oreilles ».

Derrière cette affaire, il y a bien entendu un anti-marocanisme primaire, porté par des députés européens dit altermondialistes complices de la tentative d’hégémonisme européen, pour qui bien entendu le Maroc est l’antithèse de leur vision ethnocentriste du monde : « eux, les européens généreux au secours des pays africains affamés ».

Ainsi, est-on aujourd’hui en droit d’appeler, la société civile, ainsi que l'ensemble des acteurs économiques Marocain à boycotter les produits européens dont les produits industriels et les matières premières (allant des grandes marques industriels, aux produits stratégiques tels que les blés et céréales); l'idée étant de faire parvenir les grands opérateurs économiques à s’approvisionner sur d’autres marchés (ex : le marché Russe est nettement moins cher et de meilleures qualités sur les blés), ainsi qu’augmenter notre production nationale dans ces même secteurs clés.

Par ailleurs, le Maroc doit permettre à des puissances industrielles tel que la Chine, la Russie, le Japon, l’Inde ou la Corée du Sud, d'installer leurs industries à Tanger « porte de l'Europe, de l’Afrique et du monde », ainsi que dans la région du Souss (première touché par cette décision irresponsable de l’Europe), ce qui créera des milliers d’emplois nouveaux qui bénéficierons aux victimes de la politique de l’Europe, qui sont d’abord des travailleurs agricoles pauvres ou modestes en charge de leurs familles dont plus de 35.000 femmes dans la plaine du Souss.

« L'accord de libre échange » avec l'UE (qui déséquilibre fortement le Maroc), ainsi que « l'accord de pêche» (signé sous l’emprise du chantage Européen autour de questions qui concerne notre souveraineté nationale, et qui en définitif n’a pas comporté « d’indexation aux prix mondiale des matières premières et des énergies » empêchant ainsi l’existence réel d’une contrepartie dite de 40millions $ an) doivent être dénoncé. Ainsi, les navires européens doivent-ils quitter les eaux territoriales nationales au large des provinces du sud!
Par ailleurs le Maroc n'est pas « le gendarme de l'Europe », la police marocaine n'a pas a empêcher les migrants de franchir s'il le souhaite les barrières construites de manière illégale par l'Espagne autour "des villes occupés de Sebta et Melilla". Ainsi, nous rappelons par là, que l’UE continue jusqu’à présent à occuper illégalement des territoires Marocains, et que cette situation est pour nous la pire.

Ainsi, en solidarité avec les milliers de travailleurs agricoles marocains pauvres ou modestes qui vont être les premières victimes de la politique de l'Europe , nous appelons au "boycott de tous produits européens".




               Partager Partager


Commentaires